>

Maroc : campagne d’explication pour la réforme du statut des femmes

6 mars 2004 - 11h17
Maroc : campagne d'explication pour la réforme du statut des femmes

Les organisations féminines marocaines mènent une campagne soutenue pour vulgariser et favoriser l’application d’une réforme profonde du statut des femmes, entrée en vigueur en février dernier, à l’occasion de la journée mondiale de la Femme.

Le nouveau "Code de la famille", qui remplace l’ancien "Code du statut personnel", place le foyer conjugal marocain "sous la responsabilité conjointe des deux époux", pose des conditions draconiennes à la polygamie et à la répudiation, et porte à 18 ans au lieu de 15 ans l’âge du mariage des filles.

"Nous sommes passées à la vitesse de croisière dans notre campagne de vulgarisation du code, que nous menons dans toutes les villes du Maroc", a déclaré à l’AFP Latifa Jbabdi, présidente de l’Union de l’action féminine (UAF), l’une des plus représentatives du mouvement des femmes.

"La mise sur pied de mécanismes de suivi conernant l’application de la nouvelle loi, la coordination entre les acteurs concernés et l’organisation des débats en sont les points saillants", a ajouté Mme Jbabdi qui qualifie le nouveau code de "grand acquis" pour les femmes.

"A l’approche du 8 mars, nous intensifions notre campagne d’explication au profit des femmes en difficulté", déclare à l’AFP Soumeya Aïdmane, membre de l’Association solidarité féminine (ASF).

"De nombreuses difficultés pourraient surgir" dans l’application du nouveau texte, notamment pour "les femmes célibataires et les enfants nés hors mariage", s’inquiète Mme Aïdmane.

"Par exemple, pour soumettre un homme au test génétique, il faut qu’il y ait eu des fiançailles avec la mère de l’enfant", ce qui est, selon elle, "difficile à prouver - surtout que les fiançailles ne sont accompagnées d’aucun document au Maroc".

"Et pour se marier, poursuit Mme Aïdmane, il faut remplir un formulaire et le soumettre au juge, ce qui pourrait générer des retards, alors qu’avant, le mariage était conclu sur simple présence d’adouls (notaires), souvent en pleine fête de mariage".

"J’appelle les juges à être souples", lance Mme Aydmane en affirmant que "le Code de la famille demeure largement positif". Elle se félicite notamment de ce que "législateurs et responsables ont pris conscience de l’existence des femmes célibataires, et du droit des enfants nés hors mariage de porter le nom de leur père".

Les autorités marocaines et les média publics organisent de leur côté rencontres et débats pour expliquer les différents volets du nouveau texte.

L’installation de la "juridiction de la famille" (Qada al-ousra), qui doit avoir "ses propres locaux" dans 70 tribunaux de première instance au Maroc, est "en marche", affirme-t-on au ministère de la Justice.

Le Code de la famille avait été soumis directement au parlement par le roi Mohammed VI. Il a été soutenu par l’ensemble des partis politiques, y compris le Parti justice et développement (PJD, islamiste modéré).

AFP

-



Ces articles peuvent vous intéresser
Le Maroc, première force aérienne en Afrique du nordLe Maroc, première force aérienne en Afrique du nord
L’armée marocaine possède la plus importante, sinon la meilleure force aérienne de l’Afrique du nord. Le constat dressé par la revue spécialisée "Air...
Israël : les Français d'origine marocaine ne sont pas les bienvenusIsraël : les Français d’origine marocaine ne sont pas les bienvenus
C’est un quasi-délit de faciès ou alors du racisme en bonne et due forme : Une française d’origine marocaine de 26 ans a été arrêtée, lundi, à son...
Immigration au Canada : les nouveautés à connaîtreImmigration au Canada : les nouveautés à connaître
Le Canada prévoit de mettre en place un nouveau système d’immigration à destination des travailleurs qualifiés à partir de 2015. Ce système devra...
Un président de commune aurait organisé des orgies sexuelles à KhémissetUn président de commune aurait organisé des orgies sexuelles à Khémisset
Le président de la commune rurale Aït Yadine, province de Khémisset, soupçonné d’avoir organisé des orgies impliquant de jeunes filles mineures, a été...
Les futurs milliardaires marocains selon ForbesLes futurs milliardaires marocains selon Forbes
Le nombre des multimillionnaires marocains ne cesse d’augmenter. Selon Forbes, outre les noms facilement identifiables comme Othman Benjelloun ,...
Une affaire de photos pornographiques secoue le lycée Lyautey de CasablancaUne affaire de photos pornographiques secoue le lycée Lyautey de Casablanca
Depuis quelques jours, un compte Instagram diffuse des photos de jeunes lycéens du Lycée Lyautey, à Casablanca, sur internet. Le compte est fermé...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2014