>

Le gouvernement marocain noté par Jeune Afrique

11 novembre 2011 - 11h18
Le gouvernement marocain noté par Jeune Afrique

Règlements de comptes, coups bas, guerre de communiqués, individualisme et mariages de raison, caractérisent les derniers jours du gouvernement Abbas El Fassi. A l’approche de la date fatidique du 25 novembre, plusieurs ministres au bilan insignifiant comptent pourtant rempiler. Jeune Afrique les a notés.

Le président du gouvernement Abbas El Fassi et le ministre de la Communication Khalid Naciri, ont obtenu tous deux une note de 3,5/10, soit une mention faible pour les deux politiciens dont le rendement est jugé à la limite de la médiocrité.

Le ministre des Finances, Salaheddine Mezouar, initiateur de la "Coalition pour la démocratie", a récolté 6,5/10. Mezouar qui n’a pas réussi à concrétiser bon nombre de réformes, est accusé par ses collègues au gouvernement de mener un jeu individuel.

Le bilan tant critiqué de l’exercice de la ministre de la Santé, Yasmina Baddou, qui a fait nuit blanche devant le siège de la province d’Anfa à Casablanca, pour être la première à déposer sa candidature aux élections législatives, est noté passable par l’hebdomadaire français, qui lui attribue un 5,5/10. Etonnamment, Yasmina Baddou retente sa chance pour une place au gouvernement, alors qu’elle envisageait de quitter la vie politique en mars dernier.

Ahmed Akhchichine, ministre de l’Education nationale, a obtenu un 4/10, une note qu’il aurait méritée en raison de l’impasse dans laquelle se trouve à ce jour le programme d’urgence 2009-2012, dont l’objectif est d’optimiser le rendement du système éducatif national.

Le ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, a obtenu un 6/10 parce qu’il a eu l’idée de commanditer une étude sectorielle sur l’agriculture marocaine à McKinsey, dès sa nomination en 2007.

La stratégie agricole "Plan Maroc Vert" lancée par Akhannouch, qui accorde une place de choix à l’agriculture d’exportation, profite essentiellement aux grosses entreprises, au dépend des petits agriculteurs. Jeune Afrique estime toutefois que les proches collaborateurs du ministre de l’agriculture et de la pêche maritime, ont été particulièrement exceptionnels lors des négociations de l’accord de pêche du Maroc avec l’Union Européenne.

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Taïb Fassi Fihri, a quant à lui décroché un 6,5/10 pour sa gestion rigoureuse du conflit autour du Sahara marocain. L’homme qui a remporté une victoire retentissante avec l’entrée du Maroc au Conseil de sécurité de l’ONU, a réussi ces derniers jours à faire oublier quelques-uns de ses échecs à la tête de la diplomatie marocaine, dont la rupture des relations avec l’Iran ou encore l’absence du Maroc de l’Union africaine.

La politique étrangère du Maroc, du ressort du Roi Mohammed VI, se distingue par un réalisme avéré, perceptible à travers le statut privilégié du Maroc avec l’Union Européenne, un lobby influent à l’ONU et l’éloignement des organisations régionales (Union Africaine, Ligue Arabe) pour conserver ses relations avec ses principaux partenaires.

Le ministre de l’Intérieur, Taïb Cherkaoui, 6/10, travaille lui d’arrache-pied depuis sa nomination en janvier 2010. La lutte contre le terrorisme, le traitement du dossier du Sahara et celui du Mouvement 20 février, sont autant d’affaires ayant démontré les qualités de cet ancien juge ayant appris à désamorcer les révolutions.

Hier jeune technocrate, Karim Ghellab est aujourd’hui décrit comme un monstre politique. Avec 8,5/10, le ministre du transport est le symbole de la génération Mohammed VI au sein du gouvernement El Fassi.

Découvert par le défunt conseiller Royal Abdelaziz Meziane Belfkih, Karim Ghellab s’est distingué par sa politique volontariste et ouverte, en imposant le nouveau code de la route. Député du cercle de Sbata à Casablanca, cet ancien des Ponts et Chaussées de Paris, qui défend becs et ongles le TGV marocain, est un fin négociateur qui sait écouter sans forcément faire de concessions.

- Par: Jalil Laaboudi



Ces articles peuvent vous intéresser
Ramadan : un Marocain en prison pour avoir mangé en publicRamadan : un Marocain en prison pour avoir mangé en public
Un Marocain a été condamné à de la prison ferme par le tribunal de première instance de Tzinit, 900 km au sud de Rabat, pour avoir mangé en plein...
Derb Ghallef, paradis marocain du piratage menacé de disparitionDerb Ghallef, paradis marocain du piratage menacé de disparition
Derb Ghallef, souk casablancais des nouvelles technologies serait menacé de disparition. La sentence a été prononcée par le Conseil de la ville de...
Marrakech, destination préférée des starsMarrakech, destination préférée des stars
Le magazine Gala vient de publier un article répertoriant les destinations favorites des stars. Trois destinations seulement ont, selon le...
Les F-16 marocains inquiètent l'EspagneLes F-16 marocains inquiètent l’Espagne
Les avions de chasse F-16 marocains inquiètent au plus haut niveau l’armée espagnole. "En cas de conflit entre le Maroc et l’Espagne, les Marocains...
Se sentant rejeté, le beau-fils d'une actrice marocaine tue 6 personnes en CalifornieSe sentant rejeté, le beau-fils d’une actrice marocaine tue 6 personnes en Californie
Elliott Rodger, fils de Peter Rodger, un réalisateur célèbre pour avoir participé à Hunger Games, et beau-fils de l’actrice marocaine Soumaya...
Casablanca, une des villes les plus chères au monde pour les expatriésCasablanca, une des villes les plus chères au monde pour les expatriés
Casablanca figure parmi les villes les plus chères au monde pour les expatriés, dans le classement 2014 de l’indice de qualité de vie "Mercer". La...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2014