Moudawana

Voici une sélection d'articles en rapport avec le thème : Moudawana

Le Code de la famille, une loi asexuée ? (8 mars 2008)

Le Code de la famille, une loi asexuée ?

Le Code de la famille n’est le code ni de la femme ni de l’homme. Mais des deux. Le législateur a tenté avant tout de rééquilibrer les droits. Est-ce que les tribunaux de la famille ont suivi ou pas ? La question est d’autant plus pertinente que l’actualité est marquée par deux événements : la Fête de la femme prévue le 8 mars et le Code de la famille qui souffle sa 4e bougie. La loi 70-03 a indéniablement régénéré l’ancien statut personnel et familial : coresponsabilité et égalité entre époux, abolition de la tutelle matrimoniale, verrouillage de la polygamie…


52% des Marocains pensent que la Moudawana protège l’unité de la famille (7 mars 2008)

52% des Marocains pensent que la Moudawana protège l'unité de la famille

Près de 52 pc des Marocains estiment que le Code de la famille protège, en premier lieu, l’unité de la famille, selon un sondage sur la perception du code de la famille par la population, réalisé par le Centre des droits des gens.


Moudawana, quatre ans pour rien ? (23 février 2008)

Moudawana, quatre ans pour rien ?

Entré en application en février 2004, le nouveau Code de la famille souffle sa quatrième bougie. L’occasion de revenir sur le bilan de cette réforme emblématique.


Les mariages ont augmenté de 9% en 2007 (11 février 2008)

Les mariages ont augmenté de 9% en 2007

Quelque 297.660 actes de mariages ont été conclus au Maroc en 2007 contre 272.989 en 2006, soit une augmentation de 9,04 pc. Quelque 18.751 jugements de validation des mariages ont été également rendus l’année dernière par les tribunaux contre 16.832 en 2006, soit une augmentation de 11,40 pc.


Nouvelle Moudawana, quel fossé entre l’esprit et la pratique ! (26 janvier 2008)

Nouvelle Moudawana, quel fossé entre l'esprit et la pratique !

Lundi 21 janvier, la grande salle de la juridiction dédiée aux affaires familiales était archi-comble. Ce jour, au tribunal du quartier Habous de Casablanca, les visages étaient crispés et le climat frisait la déprime. Les femmes engagent rapidement la conversation. Question de soulager leur peine, voire justifier le déplacement. Comme si le recours à la justice « est en soi un pêché ». Une jeune femme au foyer, accompagnée de sa fille de 4 ans et demi confie : « Je suis mariée depuis 11 ans. Plusieurs fois, j’ai voulu faire le pas mais j’ai toujours hésitée à cause de mes deux filles. Alcoolique, violent, infidèle et après une absence de 4 mois, j’ai décidé d’agir ».


Mariages précoces : 9 demandes sur 10 autorisées (26 janvier 2008)

Mariages précoces : 9 demandes sur 10 autorisées

Beaucoup de débats autour de la Moudawana et de son application. Avec la même conclusion : il faut réviser la loi. Des rencontres, séminaires et forums tenus sur les droits des femmes permettent de dresser un état des lieux de la situation tout en dégageant un certain nombre de recommandations pour combler le vide. Concernant d’abord le mariage des mineures qui intervient suite à des abus sexuels ou autres motifs, le code de la famille ne précise pas l’âge minimum mais laisse une large place au pouvoir du juge.


Les derniers polygames marocains (13 janvier 2008)

Les derniers polygames marocains

Le nouveau Code de la famille n’est pas venu à bout d’un phénomène, la polygamie, que l’on dit en baisse et que les chercheurs taxent de “curiosité sociologique”. Enquête. “Je les aime toutes les deux, mais je dois avouer que la deuxième est ma préférée. Elle est jeune, belle et prévenante”. Marié à deux femmes, Abou Hamza, un Casablancais de 45 ans, avoue ne pas pouvoir “taire ce que lui dicte son cœur”. Et il se défend de toute discrimination conjugale entre ses deux moitiés. Sa première épouse, 41 ans, rencontrée sur les bancs de l’université, est la mère de ses quatre enfants. La deuxième, qui affiche seulement 20 ans au compteur, a l’âge de l’une de ses filles.


44% des Marocains favorables à la polygamie (9 décembre 2007)

44% des Marocains favorables à la polygamie

Une enquête sociologique menée au Maroc rapporte que "44% des Marocains sont favorables à la polygamie" dans la dernière édition de Telquel. Des hommes et des femmes ont été interrogés, 36,9% des sondés sont âgés entre 18 et 24 ans alors que 60% ont 60 ans et plus. L’enquête, chapotée par trois chercheurs marocains, a été réalisée auprès d’un échantillon de 1.156 Marocains.


Adoption : Le Maroc change ! (28 novembre 2007)

Adoption : Le Maroc change !

La crèche de Tanger est l’unique lieu de la ville où sont recueillis les bébés abandonnés. Sur le bureau de sa présidente, s’accumulent une centaine de dossiers : les demandes d’adoption qui attendent d’être satisfaites. Ceux auxquels la vie n’a pas donné la chance d’enfanter n’hésitent plus aujourd’hui à venir frapper à la porte de la crèche. Que l’on cesse donc de répéter que rien ne change au Maroc.


L’enlèvement parental, nouvelle facette de la société marocaine (18 août 2007)

L'enlèvement parental, nouvelle facette de la société marocaine

Avec le nouveau Code de la famille, le Maroc ne cesse de découvrir de nouvelles facettes de sa société. Par exemple ? Eh bien, les enlèvements d’enfants. Ce phénomène concerne principalement les couples de Marocains résidant à l’étranger et les couples mixtes. L’affaire que traite depuis le début du mois de juin, un tribunal de Casablanca est donc loin de constituer une bizarrerie. C’est celle de Larbi, émigré établi en Italie.


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 14

Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2014