Hassan Badreddine, le magicien de la photo

17 juin 2008 - 11h10 - Italie - Ecrit par : L.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Casablanca connaît une présence étrange ces jours-ci. Ses murs, ses immeubles et ses monuments sont appréhendés par un homme qui vient d’ailleurs. Avec son appareil photo, il capture à chaque instant un endroit historique, un visage symbolique, un regard magique…

C’est le photographe marocain Hassan Badreddine qui, après de longues années d’absence en Italie, revient à son pays natal. Il est là pour réaliser une collection de photographies sur sa ville d’antan, et ce, pour une revue italienne spécialisée en voyages, « Gente Viaggi » (gens de voyages). L’artiste profite de son passage pour venir nous voir. « Je suis célèbre en Italie mais pas chez moi. J’aimerais bien être reconnu au Maroc et avoir une place parmi les artistes nationaux. Je rêve d’exposer mes œuvres dans une des galeries marocaines. » nous confie avec beaucoup d’émotions Hassan Badreddine.

Au look décontracté où les accessoires tiennent une grande place, un large sourire aux lèvres, il nous parle avec passion de son parcours. D’un simple amateur de l’art photographique, Hassan Badreddine est devenu un grand pro. « C’est un génie de la photographie » ou encore « un poète de la photographie » a titré le magazine Photo Italia, considéré comme la bible des photographes en Italie mais aussi en Europe. L’aventure de notre artiste a commencé il y a exactement une vingtaine d’années. « En fait, ce n’est pas moi qui ai choisi la photo mais c’est elle qui m’a choisi. » raconte avec un air nostalgique Hassan avant de nous raconter sa première anecdote avec la photo. « J’étais encore petit quand un jour, mon cousin, photographe, m’a pris ma première photo.

J’étais pieds nus mais il m’a promis de résoudre le problème en chambre noire. Quand j’ai vu la photo, j’ai découvert qu’il m’a enfilé des sandales. C’est là que j’ai découvert la magie de la photographie. Depuis, j’ai rêvé d’en faire un jour. » Quelques années plus tard, à Ancône dans les Marches italiennes, Hassan Badreddine visite une exposition de Mario Giacomelli où il fut touché par la photo d’une vieille dame tenant une horloge dont les aiguilles sont cassées.

Le spectateur intègre alors une école de photographie et inscrit petit à petit son nom sur la scène des grands. Il commence d’abord à exposer dans les petites salles d’exposition de sa ville avant d’être sollicité par d’autres galeristes à travers la botte d’Europe. Il présente alors ses œuvres à Venise, à Rome, à Milan, à Senigallia… avant de devenir membre d’Art Partner, une grande agence locale de photographie. « J’ai commencé à dévoiler mes travaux sur le Maroc. C’était une façon de ma part de déclarer que je suis un Marocain, de ne pas oublier mes origines mais aussi d’atténuer la nostalgie pour mon pays d’origine et de le faire connaître à l’étranger. » raconte Hassan. Son objectif capte les moments insaisissables de la vie.

Outre les paysages, Hassan Badreddine aime immortaliser les émotions de l’autre. Parmi ses travaux récents, l’exposition itinérante « Blessure de lumière » que l’artiste a réalisée sur des enfants atteins de cancer. Sur les images d’un impact extraordinairement émotif, on peut percevoir des regards tristes entourés d’oiseaux, de calligraphies qui reflètent l’optimisme de la vie. « La photographie t’affronte parfois à des situations difficiles. Je me sers souvent de la réalité et la transforme en une autre. J’ajoute certains et en supprime d’autres pour donner naissance à une ?uvre que je n’ai pas choisie mais qui s’est imposée à travers mes sentiments et mes faiblesses.

Le résultat final est acquis après une concentration, une méditation et une vibration intérieure. » philosophe l’artiste. Spécialiste de la technique de la chambre noire, Hassan Badreddine rend hommage à travers chaque photo prise à son maître Giacomelli. « J’organiserai bientôt une grande exposition à Senigallia pour honorer le plus grand photographe d’Italie, Giacomelli. » déclare Hassan. Ce n’est pas tout car Hassan Badreddine rêve également d’exposer à la Moma, musée d’art moderne de New York. Mais ces grandes ambitions n’égalent en rien son désir d’être connu au Maroc. « Mon succès dans le monde entier n’aura aucun goût si je n’arrive pas à avoir un public au Maroc. » conclut notre photographe.

Source : Le Matin - Khadija Smiri

Sujets associés : Casablanca - Italie - Photographie - Hassan Badreddine

Suivez Bladi.net sur Google News

Nous vous recommandons

Casablanca

Maroc : où les riches passent-ils la période de confinement ?

Alors que les pauvres sont restés chez eux pendant cette période de confinement imposée pour freiner la propagation du coronavirus dans le royaume, les riches, eux, ont préféré vivre dans leurs fermes équipées, loin des grandes villes...

Une femme fait les frais d’une vendetta à Casablanca (vidéo)

Plusieurs individus armés au sabre ont pris d’assaut dimanche soir le domicile d’une famille au quartier Lahraouiyine à Casablanca. Une femme de 56 ans a été mortellement poignardée.

Divorce de Said Aouita : qu’en est-il vraiment ? (Vidéo)

L’ancien champion du monde d’athlétisme, Said Aouita, a entamé une procédure de divorce pour mésentente avec sa femme, Khadija Sakhir, avec qui il partage sa vie depuis près de 37 ans. Une aventure extraconjugale serait derrière cette...

Casablanca : 97% des demandes de divorce sont par consentement ou par discorde

En 2020, le taux de la dissolution des contrats de mariage par consentement mutuel ou par discorde représente plus de 97% des 15 956 actes enregistrés. C’est ce qui ressort des statistiques du tribunal social de première instance de...

L’anarchie foncière règne à Casablanca

Les biens fonciers de la ville de Casablanca font l’objet d’un recensement en vue de la réalisation de projets de développement. Il en ressort que 1 875 biens fonciers dans huit arrondissements communaux de la métropole ont fait l’objet d’une...

Italie

Un homme recherché par Interpol pour homicide arrêté à Casablanca

Un individu de 33 ans, recherché en vertu d’un mandat d’arrêt international émis par les autorités judiciaires italiennes, a été interpellé samedi, à Sidi Bernoussi à Casablanca.

Le navire-école italien « Amerigo Vespucci » fait escale à Casablanca

C’est un invité surprise. « Amerigo Vespucci » un navire-école italien, fait étape à Casablanca jusqu’à ce lundi 8 aout, dans le cadre d’une série d’escale méditerranéennes.

L’Inter Milan ne veut pas lâcher Achraf Hakimi

L’inter Milan rencontre d’énormes difficultés de trésorerie au point où les joueurs ne perçoivent plus leur salaire. Le club a même du mal à payer au Real Madrid, le montant du transfert du joueur marocain Achraf Hakimi, mettant le latéral droit dans une...

L’Inter Milan inquiète après la blessure d’Achraf Hakimi

L’international marocain Achraf Hakimi s’est blessé durant la première partie du match aller contre la Centrafrique, le vendredi 13 novembre dernier. L’inter Milan tient à préserver son joueur et ne souhaite pas que ce dernier dispute le match retour prévu...

Mise en quarantaine obligatoire aux Marocains arrivant en Italie

Après la décision de réouverture des frontières de l’Union européenne, l’Italie annonce que les Marocains et autres citoyens issus des pays hors de l’espace Schengen arrivant sur son territoire seront obligatoirement mis à l’isolement pendant 15...

Photographie

Mouna Saboni expose ses photos-poèmes à Montreuil

Franco-marocaine d’origine, Mouna Saboni expose à travers ses photos-poèmes, la vie des réfugiés, l’exil, le retour au pays, partant de la Palestine à l’Arménie, d’Égypte au Maroc. Le tout en deux séries, à contempler à la Galerie 127, à Montreuil, jusqu’à fin...

La « hchouma », ou la honte, à travers une série de portraits de jeunes arabophones

Le photographe marocain Hamza Abouelouafaa et son collègue Soukayna se sont inspirés de l’expression « hchouma », qui renvoie à la honte pour proposer une série de portraits mettant en lumière une vingtaine d’histoires que ce mot a marquées au niveau des...

La photo d’El Othmani et d’un mannequin ne plait pas à tout le monde

La photo du Chef du gouvernement, Saâdeddine El Othmani, et l’ancienne top-model, Chourouk Chelouati, a fait le tour des réseaux sociaux.

Nouvelle distinction pour Yto Barrada

La photographe franco-marocaine Yto Barrada a remporté le Queen Sonja Print Award 2022, premier prix d’art graphique dans le monde, qui récompense les graphistes.

Milan : une exposition en hommage à la culture amazighe

« Berbères Portraits », c’est le nom de l’exposition portant la touche du photographe portugais Rui Pires et qui s’est ouverte récemment à Milan, mettant en avant la richesse de la culture amazighe...

Hassan Badreddine