Recherche

Pays-Bas : accusé d’agression sexuelle, Fouad Laroui s’en défend

© Copyright : DR

22 décembre 2020 - 08h40 - Société - Par: S.A

L’écrivain marocain, Fouad Laroui, également professeur de littérature française, membre de la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) est accusé d’avoir sexuellement agressé plusieurs étudiantes de l’Université d’Amsterdam. Il rejette en bloc toutes ces accusations.

L’affaire est connue du public suite à un article du journal néerlandais NRC publié le 16 décembre dernier. Selon ses co-auteures, les faits remonteraient à début 2017. L’Université d’Amsterdam aurait missionné, début décembre, le cabinet Berenschot Consultency de mener des recherches sur un professeur marocain de littérature française après plusieurs plaintes émanant d’étudiantes sous couvert d’anonymat. La description du mis en cause : le professeur est marocain, il est écrivain et conférencier, et a reçu plusieurs prix littéraires a permis de découvrir qu’il s’agissait de Fouad Laroui.

Selon la même source, une étudiante de 21 ans, en troisième année d’étude, se serait "liée d’amitié" avec son professeur de littérature française en 2016. L’année suivante, ce professeur "fait un burn-out" et serait tombé "gravement malade". Il aurait invité l’étudiante chez lui un vendredi 13 janvier après que celle-ci lui a envoyé un mail pour prendre de ses nouvelles avant de lui proposer un café. "Ce qui aurait dû être une tasse de café pour soutenir son professeur, qui était surmené et déprimé, s’est terminé en une expérience d’agression sexuelle", poursuivent les co-auteures de l’article.

Le 29 août 2017, l’étudiante dépose une plainte officielle, déclarée recevable trois semaines plus tard. Dans une conversation avec le professeur marocain, Fred Weerman, doyen de la faculté des sciences humaines lui explique que son comportement est "inapproprié". Cette situation aurait conduit à la suspension de M. Laroui. D’autres étudiantes de différentes classes se seraient également plaintes du comportement de leur professeur de littérature française, fait savoir le même média.

Contacté, il a déclaré au journal néerlandais que l’affaire était classée, et refusé de répondre aux multiples sollicitations des deux journalistes. Pendant ce temps, il a confié au site d’information marocain Le Desk être "en sévère burn-out qui le rend incapable de faire quoi que ce soit"." Vers la mi-janvier 2017, une ancienne étudiante vient passer trois quarts d’heure chez moi, à sa demande. Elle me fait du thé, on bavarde, etc. Au moment où elle s’en va, je lui donne un ‘hug’ (accolade) pour lui montrer ma reconnaissance, parce que je suis touché par son geste”, indique le professeur marocain à la même source.

Il nie toute agression sexuelle. Toutefois, il reconnaît que son comportement était "inapproprié". "Mon ex-étudiante dit que je lui ai passé la main sur le flanc gauche… Je suis Méditerranéen, pas calviniste, et je reconnais aujourd’hui que mon comportement n’était pas approprié". Il qualifie les autres plaintes émanant d’autres étudiantes de "dénonciations abusives" et de "pures diffamations". L’écrivain marocain et engagé se dit par ailleurs victime d’un "racisme ambiant...dans un pays où l’extrême droite est très active".

Mots clés: Amsterdam , Fouad Laroui , Sexualité , Violences et agressions

Bladi.net

Bladi.net - 2021 - - A Propos - Contact