Maroc : les victimes de sextorsion incitées à dénoncer

15 mai 2017 - 14h00 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Les victimes de sextorsion sont incitées à dénoncer les harceleurs, appelle Transparency Maroc dans une campagne de communication lancée la semaine dernière.

Pour l’organisation non gouvernementale, la récente affaire du professeur de mathématiques de l’université de Tétouan soupçonné d’avoir abusé sexuellement d’étudiantes en échange de bonnes notes, montre que le phénomène est bien présent dans le pays.

« il s’apparente à de la corruption puisqu’il s’agit d’une incitation à un acte sexuel en contrepartie d’une faveur ou d’une aide », explique Ali Sadki, membre de Transparency Maroc, au site h24info.

« Stop Sextortion Maroc » est une campagne de sensibilisation lancée partenariat avec l’association internationale des femmes juges.

« Ce projet qui durera une année s’articule autour de sondages de cas, de campagnes d’incitations à la dénonciation, l’organisant de tables rondes et l’établissement de partenariats avec des ONG nationales ainsi que des partenaires institutionnels, notamment les ministères de la fonction publique, de la santé et de la famille », ajoute la même source.

Sujets associés : Transparency Maroc - Sextorsion

Suivez Bladi.net sur Google News

Nous vous recommandons

Transparency Maroc

La corruption fait perdre au Maroc, annuellement, 5% de son PIB

Les nombreux efforts engagés par le Maroc depuis des décennies pour lutter contre la corruption ne semblent pas porter leurs fruits. Lancée en 2015 et mise en œuvre l’année suivante, la stratégie nationale de lutte contre la corruption dont l’échéance...

Ceuta : la précarité est la cause principale de la crise migratoire, selon Transparency

La précarité dans le nord du Maroc serait la cause principale des départs irréguliers et massifs de plusieurs jeunes marocains dont des mineurs vers Ceuta, a indiqué Transparency Maroc, se prononçant sur la vague migratoire observée en mai dernier, dans...

Corruption : ce que propose Transparency Maroc

Lors d’une conférence de presse tenue cette semaine, Transparency Maroc a présenté un mémorandum sur les priorités de la lutte qu’elle mène contrela corruption, dont une copie a été adressée à Aziz Akhannouch.

Interdite d’activité, Transparency Maroc dénonce un abus de pouvoir

Transparency Maroc dénonce l’interdiction, en l’espace d’une semaine, de deux de ses rencontres. Elle y voit un « abus de pouvoir qui confisque le droit de l’association de se réunir et d’organiser des rencontres...

Harcèlement et chantages sexuels : Transparency Maroc condamne

Après le CNDH, c’est au tour de Transparency Maroc de réagir face à la montée des dénonciations de harcèlement et chantage sexuels, venant de plusieurs étudiantes inscrites dans des écoles et universités marocaines. Dans un communiqué, l’institution a déclaré...

Sextorsion

Prison ferme pour avoir fait chanter Hervé Renard

Victime de sextorsion, l’ancien sélectionneur des Lions de l’Atlas, Hervé Renard, a assigné en justice deux individus originaires d’Oued Zem, qui s’étaient fait passer pour une Libanaise afin de lui soutirer de l’argent. Les prévenus ont été condamnés jeudi...

Maroc : une école d’Oudja au cœur d’un scandale sexuel

Après la Faculté des sciences juridiques et politiques de Settat, c’est au tour de l’École nationale de commerce et de gestion d’Oujda (ENCGO) d’être secouée par une affaire dite « sexe contre bonnes notes ». Le mis en cause est, encore une fois, un...

Maroc : réduction des peines de prison dans l’affaire « sexe contre bonnes notes »

Les deux responsables de l’université Hassan 1ᵉʳ, accusés dans l’affaire « sexe contre bonnes notes », ont obtenu jeudi dernier une réduction de peine par la Chambre criminelle près la Cour d’appel de...

Oued Zem : un coiffeur jugé pour chantage et extorsion

Le tribunal de première instance d’Oued Zem va se prononcer cette semaine sur une affaire de sextape et d’extorsion. Les victimes sont des Marocains et des ressortissants des pays du Golfe.

Espagne : procès du Marocain qui a enterré un homme vivant

Le procès de Mohamed Achraf, 37 ans, et sa femme, Hedangeline Arrieta, 36 ans, s’est ouvert ce lundi au tribunal de Saragosse. Le couple est accusé de l’enlèvement et du meurtre de José Antonio Delgado, un informaticien de 54 ans résidant à Getxo (Pays...