De championne à entrepreneure : Maryam El Gardoum révolutionne le surf féminin

14 novembre 2023 - 08h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

Maryam El Gardoum a été cinq fois championne marocaine de surf, un sport nautique où on compte très peu de femmes. La jeune athlète de 26 ans a lancé depuis l’année dernière une école de surf.

Maryam El Gardoum est très connue sur la plage de Taghazout, ville côtière située à quelques kilomètres d’Agadir, où elle pratique son sport. Après une blessure qui la contraint au repos, la surfeuse crée fin 2022, Dihya Surf School, une école de surf, devenant la seule femme à diriger un centre de formation dédié à ce sport nautique.

La quintuple championne est montée pour la première fois sur une planche à l’âge de 11 ans. « Le jour où j’ai attrapé la première vague, ma vie a changé », confie-t-elle à El País. À l’époque, il n’existait pas d’écoles de surf sur les côtes de Taghazhout, encore moins à Tamghart, d’où est originaire Maryam. Les premières écoles de surf qui ont vu le jour en 2003 appartenaient aux étrangers, notamment aux Britanniques et aux Sud-africains, précise-t-elle. Mais rapidement, le surf est devenu un business, une opportunité pour les habitants de cette ville qui avait comme activités principales la pêche et l’huile d’argan.

À lire : Ramzi Boukhiam, premier surfeur marocain à participer au Championship Tour

« Avant, c’était un passe-temps pour moi, aujourd’hui, en tant que professionnelle, c’est ma principale source de revenus », affirme celle qui a été cinq fois championne de surf au Maroc. Malgré ses succès, la surfeuse ne bénéficie pas de l’accompagnement des autorités. « La fédération marocaine ne m’a pas aidé et l’argent que les sponsors m’ont donné n’était pas suffisant pour payer de nouveaux matériels, renforcer mes capacités et couvrir les dépenses liées aux voyages à l’étranger pour participer aux compétitions internationales », déplore Maryam.

La jeune femme a donc décidé de « voler de ses propres ailes ». Aujourd’hui, elle s’épanouit dans son école où elle dispense des cours individuels et collectifs à des jeunes femmes originaires d’Allemagne, des Pays-Bas, de Suisse ou de Nouvelle-Zélande. « L’un de mes objectifs pour l’année prochaine est de construire un bungalow sur la plage. Je pourrai ainsi former des filles qui, comme moi, rêvent de se consacrer à ce sport », indique-t-elle.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Surf

Aller plus loin

Ramzi Boukhiam, premier surfeur marocain à participer au Championship Tour

Ramzi Boukhiam est le premier surfeur marocain à se qualifier pour le Championship Tour (CT), a annoncé l’équipe WSL Tours et Compétition.

Le Maroc parmi les meilleures destinations pour le surf

Le Maroc, première destination touristique d’Afrique avec plus de 10 millions de touristes par an, vient d’être élu par GrindTV, l’une des références mondiales pour l’aventure,...

Maroc, paradis des surfeurs (vidéo)

Parmi les étrangers qui élisent domicile au Maroc, un nombre important d’entre eux notamment des jeunes, pratiquent le surf. Que ce soit à Essaouira, Taghazhout, Agadir ou...

Le surf, une attraction sportive et touristique à Taghazout

Au fil des ans, le surf s’est imposé comme une attraction sportive et touristique à Taghazout. Pour maintenir la dynamique, les professionnels du tourisme appellent au...

Ces articles devraient vous intéresser :

Ramzi Boukhiam, premier surfeur marocain à participer au Championship Tour

Ramzi Boukhiam est le premier surfeur marocain à se qualifier pour le Championship Tour (CT), a annoncé l’équipe WSL Tours et Compétition.

De championne à entrepreneure : Maryam El Gardoum révolutionne le surf féminin

Maryam El Gardoum a été cinq fois championne marocaine de surf, un sport nautique où on compte très peu de femmes. La jeune athlète de 26 ans a lancé depuis l’année dernière une école de surf.