Recherche

Le directeur de « Demain Magazine » et « Douman » victime de harcèlement judiciaire

© Copyright : DR

17 avril 2003 - 15h58 - Maroc - Par:

Depuis plusieurs semaines, Ali Lmrabet, directeur de publication des hebdomadaires « Demain Magazine » et « Douman », et correspondant de RSF au Maroc, est l’objet d’un véritable harcèlement judiciaire suite à la publication de plusieurs articles ou dessins.

« Ces dernières semaines ont été marquées par un durcissement vis-à-vis de la presse indépendante. Menaces, intimidations, convocations, poursuites judiciaires : le pouvoir a profité de la focalisation de la communauté internationale sur la guerre en Irak pour revenir à de vieux réflexes sécuritaires. Plusieurs journalistes en ont fait les frais. L’exemple d’Ali Lmrabet est, à ce titre, très significatif de cette situation. Particulièrement inquiète de ces derniers développements, notre organisation enverra, la semaine prochaine, un de ses représentants au Maroc pour effectuer une mission d’enquête », a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de RSF.

Le 1er avril 2003, Lmrabet est convoqué par la brigade judiciaire de Rabat (sur instruction du procureur du roi auprès du tribunal de première instance de Rabat). L’interrogatoire porte - durant cinq heures - sur une série d’articles parus au cours des derniers mois. Les articles incriminés concernent le budget de la liste civile royale voté au Parlement (document officiel du ministère des Finances distribué aux parlementaires), une bande dessinée sur l’"histoire de l’esclavage" et un photomontage mettant en scène des personnalités politiques du royaume. « Etes-vous conscient que vous avez porté atteinte à la sacralité des institutions ? », demande-t-on au journaliste. Enfin, il est questionné sur les extraits d’une interview (parue à l’origine dans le quotidien espagnol « Avui ») d’un républicain marocain, Abdallah Zaâzaâ qui se prononçait notamment pour l’autodétermination du peuple sahraoui. Le journaliste est alors accusé d’avoir « porté atteinte à l’intégralité territoriale du Maroc ». « Je m’étonne vraiment que l’on me reproche cette interview. D’une part, parce que la personne dont je reprends les propos n’a pas été, elle, inquiétée. D’autre part, parce que ce n’est pas la première fois que l’on rapporte de tels propos dans la presse marocaine », a déclaré le journaliste à RSF.

Le 9 avril, Lmrabet est à nouveau convoqué : à 14h (heure locale) au commissariat de Rabat et à 14h30 au palais de justice de Casablanca. Il se rend finalement au tribunal où il est entendu sur six affaires relatives à des plaintes de journalistes du quotidien « El Ahdath el Maghribia ».

Fin 2002, quarante plaintes ont été déposées par quarante journalistes de cette publication contre Lmrabet, pour un dessin paru dans « Demain Magazine », le 11 mai 2002, qui qualifiait la publication de « pornographique ». Les journalistes ayant pris le soin de ne pas déposer plainte dans les mêmes endroits, le journaliste doit se présenter dans au moins six tribunaux différents pour des audiences qui s’étalent, pour le moment, entre le 28 janvier et le 5 juin 2003. « Il faudrait, pour pouvoir assister à tous ces procès, que le journaliste ait le don d’ubiquité. Il ne peut, de toutes les façons, être jugé et condamné plus d’une fois pour une même affaire », a déclaré Ahmed Benjelloun, son avocat. Pour Lmrabet, « c’est clairement une affaire politique ».

Le 10 avril, le journaliste est convoqué une nouvelle fois par la brigade judiciaire de Rabat sur instruction du procureur du roi. Deux policiers lui posent les mêmes questions que la fois précédente. « Vos réponses ne nous satisfont pas », dit l’un d’eux. « Très bien, écrivez donc dans le PV ce que vous venez de dire », rétorque le journaliste. Les policiers refusent.

Le même jour, à Settat (80 km au sud de Casablanca), Mohamed Bennouna Louridi, journaliste collaborant à l’hebdomadaire « Douman », est agressé en pleine rue par plusieurs personnes en civil. Ces dernières lui reprochent d’avoir écrit un article sur le gouverneur de la ville, paru le 9 avril.

rsf.org

Mots clés: Harcèlement sexuel

Bladi.net

Bladi.net - 2021 - Coronavirus Maroc - A Propos - Contact