Recherche

France : la mosquée de Gonesse renouvelle sa confiance à l’imam Ahmed Hilali

Ahmed Hilali

13 octobre 2019 - 20h00 - Monde

Ahmed Hilali ne devrait pas être inquiété dans sa gestion des prières de la journée à Gonesse, dans la commune du Val-d’Oise en France. Réunis vendredi soir, l’Association des Musulmans de la ville a réaffirmé son soutien à l’imam trentenaire qui avait été taxé de radicalisme et écarté de la salle de prière par la mairie, suite à l’attaque de la Préfecture de police.

"Après concertation avec les fidèles, nous avons décidé de le maintenir dans ses fonctions jusqu’à nouvel ordre car il ne s’agit pas de céder à des pressions extérieures. Aujourd’hui, rien ne le relie à l’enquête, il n’y a aucune preuve contre lui".

Ce sont les termes choisis par Mohamed Touahria, membre et ancien Président de l’Association musulmane de Gonesse, pour témoigner du soutien à Ahmed Hilali.

En effet, Ahmed Hilali, ancien imam référent de la mosquée de Gonesse était fréquenté par Mickaël Harpon. Cet agent administratif, auteur de la tuerie survenue à la Préfecture de Police (PP) de Paris, le 3 octobre dernier, se rendait régulièrement à la mosquée de Gonesse.

Malgré lui, l’imam âgé de 35 ans est depuis quelques jours devenu la cible des députés de l’opposition, après une publication du journal Le point, rapporte Le Parisien. Et, pourtant, indique la même source, à ce stade de l’enquête, Hilali n’est aucunement visé.

Selon Mohamed Touahria, "à aucun moment des prêches radicaux ou extrémistes n’ont été constatés" chez l’imam en question, même s’il "fait toutefois l’objet d’une fiche S, qui se veut un simple outil de renseignement de la police et non la preuve d’une quelconque dangerosité".

L’ancien Président de l’Association musulmane de Gonesse bat ainsi en brèche les déclarations de la mairie qui, dans un communiqué, évoquait le même jour, l’idée d’une rupture conventionnelle entre l’imam et l’Association.

En plus de l’Association, Ahmed Hilali recevra également le soutien de Jean-Pierre Blazy, Député-Maire (PS).

Celui-ci a affirmé : "Je rappelle que ni les dirigeants de l’association musulmane de Gonesse en qui j’ai toute confiance s’agissant de leur pratique et de leur promotion d’un islam tolérant et compatible avec les valeurs de la République ni les fidèles ni les services de l’Etat n’ont confirmé que des prêches radicaux auraient été prononcés au sein de la salle de prière de Gonesse".

Bladi.net

Bladi.net - 2019 - Archives - A Propos - Contact