Le coronavirus fait flamber le prix du cannabis marocain

29 mars 2020 - 13h30 - Belgique - Ecrit par : I.L

Les consommateurs du cannabis sont confrontés au renchérissement du prix en raison des nouvelles restrictions imposées par certains pays pour contrer la propagation du nouveau coronavirus.

D’après rtbf.be, la résine de cannabis provient du Maroc et doit franchir plusieurs frontières pour arriver jusqu’en Belgique. A cela s’ajoutent la fermeture des frontières et les contrôles aux douanes qui rendent le trafic plus difficile. Tous ces paramètres justifient cette hausse du prix du cannabis. Selon Michel, un consommateur de la région liégeoise, son dealer habituel lui a vendu 15 grammes de shit pour 150 euros, cette semaine. "Mais il m’a prévenu que la prochaine commande serait plus chère.", a-t-il confié.

Cette augmentation des prix touche également l’herbe (la fleur séchée de la plante), surtout celle produite aux Pays-Bas et en Belgique où le cannabis reste un produit interdit. Jean-Marc, un client modeste, se plaint également de la flambée des prix à Namur. "C’est 8 euros le gramme au lieu de 6, précise-t-il. "Moi, je consomme un gramme par jour, soit quatre ou cinq joints. J’ai un revenu très modeste. Cette augmentation fait très mal à mon portefeuille.", se lamente-t-il.

Pour Léonardo Di Bari, le directeur du centre de prise en charge des assuétudes, Phénix (Namur), l’augmentation du prix ne se fait pas encore ressentir. "Mais on s’attend à une réduction importante de la circulation de la drogue dans les semaines qui viennent, confirme-t-il avant d’ajouter que le confinement complique les contacts entre les dealers et les consommateurs.

Face aux difficultés sur le terrain, ceux-ci font recours à la poste et au paiement en ligne. "Je l’ai eu à 6 euros le gramme, mais je sais que ce sera plus cher la prochaine fois. Je m’attends à une augmentation de 20 %. Je connais des personnes qui ont passé une grosse commande d’un coup parce qu’ils redoutent une pénurie. Comme ceux qui ont dévalisé les rayons de papier toilettes dans les grandes surfaces.", confie Philippe, un habitant de Bruxelles qui a commandé la semaine passée 20 grammes d’herbe par internet.

Tout comme Philippe, certains consommateurs ne croisent jamais leur dealer : commande par messagerie comme snapchat ou sur le dark web, paiement par PC banking et livraison dans la boîte aux lettres, dans un colis bien emballé pour éviter les odeurs. Même les lieux de deal ont été changés face aux nouvelles restrictions : "Ce ne sont plus les boîtes de nuit ou les parcs publics, mais plutôt les parkings des grandes surfaces, ou même le trottoir devant une friterie. Bref, là où les gens ont encore une raison de se trouver sans trop risquer un contrôle de police", informe Jean-Marc.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Belgique - Drogues - Cannabis

Aller plus loin

La légalisation du cannabis fait flamber les prix des terres agricoles à Ketama

L’adoption du projet de loi portant usages licites du cannabis au Maroc a suscité un grand intérêt pour les investisseurs de la région de Tanger et autres qui affluent vers...

Ces articles devraient vous intéresser :

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.

Boufa, la drogue qui terrifie le Maroc

Le Maroc mène des actions de lutte contre les drogues dont la « Boufa », une nouvelle drogue, « considérée comme l’une des plus dangereuses », qui « envahit certaines zones des villes marocaines, en particulier les quartiers marginaux et défavorisés. »

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...