Ces Japonais qui investissent le Maroc

24 novembre 2006 - 13h29 - Ecrit par : A.S

Mitsu & Co, Sumitomo Corporation, Yazaki, YKK… Les success stories de l’industrie japonaise au Maroc font parler d’elles. Depuis l’an 2000, une douzaine d’entreprises ont investi, directement ou indirectement, dans l’industrie, le trading, le textile, la pêche, les NTI, les BTP, l’énergie… Les exemples sont légion.

En si peu d’années, ces unités ont pu créer plus de 10.000 emplois directs et presque autant dans leur écosystème respectif. Aujourd’hui, elles envisagent de passer à la vitesse supérieure, produire à plein régime avec des plans d’investissement et projettent des extensions de sites, des créations d’emploi… Un gros appétit mais dans la discrétion totale. Une discrétion qui n’est pas seulement d’ordre culturel. Elle est aussi dictée par le contexte international et le terrorisme. Beaucoup d’expatriés japonais redoutent les kidnappings dont ont été victimes certains de leurs concitoyens.

Contrairement aux investissements classiques au Maroc, surtout européens, les industriels japonais ont leur propre culture d’entreprise, leurs codes sociaux, process de production… C’est ce que L’Economiste a pu relever dans les différentes entreprises visitées.

Une chose est sûre, partout dans le monde les Japonais mettent beaucoup de temps avant de se décider et investir dans un pays. Mais si la prise de décision est laborieuse, l’exécution est claire : « Une fois décidés, nous sommes sûrs, fidèles à notre engagement et nous réalisons nos objectifs jusqu’au bout », confie à L’Economiste Okamatsu Sozaburo, ancien ministre japonais de l’Industrie et du Commerce et vice-président de l’Association d’amitié maroco-japonaise.

Le Japon a adopté un principe sacro-saint ces dernières années qui consiste à mieux coller à la mondialisation : « la gestion et les investissements japonais s’adaptent en permanence et le mieux possible à la globalisation ». Contrairement aux idées préconçues, selon lesquelles la clé du succès japonais repose sur une robotisation poussée à l’extrême, des fameuses usines high-tech et sans hommes, le modèle japonais est participatif, adaptatif et réactif avec la ressource humaine au cœur du process, tient à expliquer Okamatsu.

En même temps, l’héritage est là. Le business modèle japonais est basé essentiellement sur la rigueur, la discipline et le respect de la hiérarchie Des valeurs qui font malheureusement défaut au Maroc. Consensuels par nature, les Japonais développent un type de management fondé sur la collaboration et l’entente. C’est une règle, le Japonais ne veut pas se confronter, c’est contreproductif. C’est plutôt la recherche de l’harmonie qui prime. Une attitude qui colle au système de valeurs dans l’Extrême-Orient et à la philosophie des Japonais.

Politique industrielle

Ce nouveau courant d’affaires gagnerait à se renforcer davantage au Maroc.

Le marché marocain occupe une place de choix dans la démarche d’investissement en Afrique du Nord. Certes, le volume des échanges est appelé à croître davantage. Mais ce qui est sûr en revanche, c’est que le regain d’intérêt pour le Maroc est illustré par les nombreuses visites d’hommes d’affaires, de patrons et d’institutionnels japonais. La dernière en date a été réalisée, début novembre, par une délégation de 23 patrons représentants de grands groupes industriels (NTI, énergie, banques, industrie).

Parmi les entreprises représentées, Shimazu, détentrice du prix Nobel scientifique il y a trois ans. C’est dire que les enjeux de cette dernière prospection sont de taille : « Nous envisageons de transférer au Maroc une partie de nos entreprises implantées dans l’UE ». Les chantiers des zones franches, Tanger-Med, le plan Azur ou encore l’outsourcing sont autant d’initiatives qui séduisent les patrons nippons lesquels voient à travers le Maroc un portail de l’Europe.

Mais en attendant, ces investisseurs se posent beaucoup de questions : est-ce qu’ils parviendront à se frayer une place dans la relation ancestrale qui lie le Maroc à l’Europe. Autre interrogation et non des moindres : est-ce que les investissements et autres projets structurants en infrastructures, menés par les pouvoirs publics, seront menés à termes et dans les délais impartis ? Ou encore comment le Maroc compte développer sa propre politique industrielle en pensant aux besoins de son marché domestique ? Le constat aujourd’hui est que le gros de la production est destiné à l’export. D’ailleurs, en termes de coopération, l’expérience japonaise en politique industrielle pour son marché domestique peut être riche en enseignements au Maroc.

La coopération occupe une place de choix dans les relations entre le Maroc et le Japon. Forte de 30 ans, la coopération nippone a fait bénéficier le Royaume d’une expertise dans divers secteurs : BTP, formation, recherche, technologie, infrastructures routières, maintenance, social…). Le montant global de l’aide japonaise accordée au Maroc s’élève à quelque 185.300 milliards de yens, répartis en dons, prêts et aides à des projets locaux. Ce qui fait du pays du Soleil levant le deuxième bailleur de fonds au Maroc après la France.

L’Economiste - Amin Rboub

Tags : Japon - Investissement - Yazaki

Nous vous recommandons

Les Canaries sont préparées à « toute menace » venant du Maroc

L’armée de l’air des Îles Canaries considère la tension entre l’Espagne et le Maroc comme « politique » et « ne la voit pas comme une menace », a déclaré Fernando Torres San José, le chef d’État-major général du Commandement aérien des îles Canaries...

Le TGV marocain parmi les trains les plus rapides au monde

Le site web spécialisé en tourisme CNN Travel classe le TGV marocain, Al Boraq, dans le top 10 des trains les plus rapides du monde. C’est le seul train à grande vitesse en Afrique qui figure dans ce...

Des organisations agricoles espagnoles tournent le dos au Maroc

Des organisations agricoles espagnoles se sont rendues en Équateur et au Honduras pour recruter des travailleurs pour la cueillette des fruits rouges dans la province andalouse de Huelva (sud), tournant ainsi le dos au Maroc, leur partenaire...

Faute de stades, 4 pays africains joueront leur matchs au Maroc

Le Mali, le Burkina Faso, le Niger et Djibouti, joueront à partir de septembre leurs matchs de qualification pour la Coupe du monde 2022, non à domicile, mais au Maroc. La CAF en a ainsi décidé parce que les stades de ces pays, tout comme ceux de...

Un diplomate russe rassure le Maroc sur les livraisons de céréales

À l’instar des pays importateurs de céréales russes, le Maroc se retrouve en difficultés depuis quelques mois, avec la guerre en Ukraine. Une situation en voie d’amélioration selon le représentant commercial de la Russie au...

Forte baisse du nombre de passagers à l’aéroport de Marrakech

Le trafic de passagers à l’aéroport de Marrakech a enregistré une baisse de 92%,82 au 1ᵉʳ semestre de l’année 2021, par rapport à la même période de l’année 2019.

Le Maroc va frôler les 50 degrés

La Direction générale de la météorologie (DGM) prévoit une vague de chaleur (39/47 °C) du vendredi au dimanche 12 juin 2022 dans plusieurs provinces marocaines.

Précisions sur l’auto-isolement des MRE

Le ministère du Tourisme informe que depuis le 14 juillet, les MRE et les membres de leurs familles en provenance d’un pays de la liste B, ayant reçu une seule dose de vaccin ou non vaccinés pourront désormais effectuer un auto-isolement d’une durée de 5...

Karim Harrat, baron de la drogue à Marseille arrêté au Maroc

Un présumé trafiquant de drogue du nom de Karim Harrat, 33 ans, qui faisait l’objet d’un mandat d’arrêt européen, a été interpellé au Maroc. Il est soupçonné d’être impliqué dans une affaire de règlement de comptes en réseaux de trafic de drogue, survenu en aout...

Romain Saiss pourrait atterrir en Espagne

Le capitaine des Lions de l’Atlas, Romain Saiss, pourrait s’en aller de Wolverhampton. Le club anglais envisage de le céder à un club espagnol afin de faire venir un autre joueur.