Maroc : les adolescentes arrêtées pour un baiser libérées

3 novembre 2016 - 16h00 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

La médiatisation de l’affaire des deux adolescentes marocaines arrêtées à Marrakech pour un simple baiser a sans douté payé. Elles viennent d’être libérées.

Ce jeudi 3 novembre, le tribunal de première instance de Marrakech a décidé de libérer les deux filles et de leur accorder donc la liberté provisoire. « C’est sur la base d’une requête introduite par les trois avocats qui assurent la défense des deux filles que cette libération a été prononcée », a déclaré le représentant de l’Association marocaine des droits humains (AMDH) à Jeune Afrique.

Les deux adolescentes ont été arrêtées le 27 octobre dernier après avoir été surprises par un voisin en train de s’embrasser sur le toit d’une maison. La police les a ensuite interpellées avant de les placer en garde à vue.

Cette libération provisoire ne signe pas la fin de cette affaire pour Sanaa et Hajar puisqu’elles sont normalement attendues au même tribunal pour y être jugées pour homosexualité.

Au Maroc, le très polémique article 489 du code pénal punit d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans de prison toute relation « contre-nature avec un individu de même sexe ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Association Marocaine des Droits Humains (AMDH) - Homosexualité Maroc

Aller plus loin

Marrakech : deux filles en prison pour s’être embrassées

Pour s’être embrassées sur la véranda d’une maison à Marrakech, deux filles ont été arrêtées par la police avant d’être mises en détention.

Maroc : deux élèves expulsés pour un baiser

L’expulsion d’une élève originaire de Meknès surprise dans une salle de classe en train d’embrasser un camarade fait polémique sur les réseaux sociaux.

Le Maroc doit dépénaliser l’homosexualité selon l’ONU

Le Comité des droits de l’Homme de l’ONU vient d’appeler les autorités marocaines à dépénaliser l’homosexualité. Cette demande survient après la polémique suscitée par...

Meknès : le baiser de la discorde

Les élèves et l’équipe éducative d’un lycée de Meknès n’en démordent pas et protestent contre la réintégration de deux élèves surpris en octobre dernier en train d’échanger un...

Ces articles devraient vous intéresser :

Tarik Tissoudali condamné

Décidément, la semaine est décidément noire pour Tarik Tissoudali. Après s’être attiré les foudres de son club, La Gantoise, pour des critiques acerbes suite à la défaite contre le Standard, l’attaquant de 30 ans a été condamné vendredi par le tribunal...

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Au Maroc, le parti au pouvoir dit niet au mariage homosexuel

Le parti Rassemblement national des Indépendants (RNI) présidé par Aziz Akhannouch, chef du gouvernement marocain, affiche son opposition au mariage homosexuel.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...