Un centre de la culture judéo-marocaine à Bruxelles

3 juin 2007 - 00h00 - Belgique - Ecrit par : L.A

Le Centre de la Culture Judéo-Marocaine (CCJM) de Bruxelles a été inauguré, jeudi soir, en présence de nombreuses personnalités du monde de la politique, de la diplomatie et de la culture de la capitale belge.

Le centre est le fruit d’un travail d’une vingtaine d’années mené par Paul Dahan, psychanalyste natif de Fès et issu d’une famille juive du Tafilalet.

Au fil des années, et grâce à une persévérance inouie, M. Dahan a pu réunir une riche collection sur le patrimoine judéo-marocain composée de plus de 1.500 pièces (tableaux, costumes, bijoux, objets de culte et de vie quotidienne) ainsi que d’une bibliothèque recelant plus de 8.000 ouvrages (imprimés ou manuscrits en différents langues sur les différents aspects de la vie juive dans le Royaume et les rapports entre juifs et musulmans) ainsi qu’un fonds d’archives de près de 30.000 documents provenant des communautés juives du Maroc. Cette collection renferme aussi des milliers de documents iconographiques (photographies, cartes postales et gravures), outre des documents audiovisuels. Le centre, qui a collaboré ces dernières années à diverses expositions consacrées au patrimoine judéo-marocain et à la cohabitation sereine des deux communautés dans le Royaume, "crée une dimension nouvelle" par l’ouverture d’un "espace de recherche, de réflexion, d’interprétation, de rencontre et de dialogue sur les rapports et les valeurs culturelles communes aux juifs et aux musulmans en Afrique du Nord, et même des liens avec les cultures berbères et espagnoles", a souligné M. Dahan lors de la cérémonie inaugurale à laquelle ont pris part notamment le ministre belge de la Coopération, M. Armand de Decker, la ministre de la Culture de la communauté française, Fadila Laanan, ainsi que les ambassadeurs du Maroc en Belgique et auprès des Communautés européennes, respectivement MM. Mustapha Salahdine et Ménouar Alem.

Pour leur part, M. Armand de Decker et Mme. Fadila Laanan se sont félicités de l’ouverture de ce centre, qui avec son musée, sa bibliothèque et sa photothèque, se propose comme "lieu d’interculturalité", en louant la sérénité de sa démarche.

De son côté, M. Mustapha Salahdine a rendu hommage à "la persévérance" et "la passion" de M. Paul Dahan pour faire aboutir ce projet, en soulignant que cette action contribuera sans nul doute "à faire découvrir aux jeunes et moins jeunes, la richesse, la diversité et l’universalité du patrimoine culturel marocain, façonné et fécondé par les civilisations arabo-musulmane, berbère et juive".

Pour M. Salahdine, ce centre constitue un moyen "de favoriser les échanges, le dialogue, la convivialité" et de présenter "ce Maroc pluriel, carrefour depuis des siècles des civilisations méditerranéennes, orientales et occidentales et connu par sa tolérance, son ouverture et sa modération".

Libération

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Bruxelles - Judaïsme marocain

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc inaugure la première synagogue universitaire du monde arabe

L’Université polytechnique Mohammed VI (UM6P) a inauguré une synagogue universitaire, une première au Maroc et dans le monde arabe. Le lieu de culte, situé à côté de sa nouvelle mosquée, reflète la coexistence des religions au Maroc.

Maroc : les nouvelles mesures sur la communauté juive, saluées

David Toledano, membre de la communauté juive marocaine et président de la Fédération des industries des matériaux de construction, a salué le décret, portant organisation des communautés juives, estimant que ce texte est « exceptionnel [et] répond...

Des prières rogatoires dans les synagogues marocaines

Après les mosquées, c’est au tour des synagogues au Maroc d’accueillir des prières rogatoires en faveur de la pluie.

Les confidences de Gad Elmaleh sur sa rencontre avec le pape François

L’humoriste marocain Gad Elmaleh s’est confié après sa rencontre avec le pape François, au Vatican le 23 décembre, à qui il a présenté son film « Reste un peu », sorti en France le 16 novembre et dont le scénario repose sur son cheminement spirituel...

Emmanuelle Chriqui : Une voix marocaine contre l’antisémitisme

À l’heure où la guerre fait rage entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, l’actrice canadienne d’origine marocaine Emmanuelle Chriqui dénonce le déferlement d’antisémitisme.