Espagne : reconnaissance de l’utilisation d’armes chimiques dans le Rif

14 février 2007 - 00h00 - Ecrit par : A.S

Le Congrès des députés espagnol devrait débattre, mercredi, d’une proposition de loi sur la reconnaissance de la responsabilité de l’Espagne dans l’utilisation d’armes chimiques, par l’armée espagnole, contre les populations civiles dans le Rif au début du 20ème siècle.

Dans cette proposition de loi l’Etat espagnol est invité à reconnaître sa responsabilité historique et à prendre les mesures conséquentes pour indemniser les victimes de ces armes chimiques ou leurs ayants droit.

Le texte rappelle que "l’Etat espagnol a entamé au début du 20ème siècle une guerre d’agression contre la population du Rif sans distinction entre civils et militaires, utilisant systématiquement depuis 1921, en guise de vengeance contre le désastre d’Anoual, des armes non conventionnelles interdites en vertu des Conventions de La Haye de 1899 et 1907".

D’éminents historiens et chercheurs espagnols, comme Juan Pando, Maria Rosa de Madariaga, Carlos Lazaro et Angel Vinas, se sont basés sur les archives officiels de l’Etat espagnol pour confirmer que l’armée espagnole a fait usage à outrance d’armes chimiques pour mater la résistance des populations du nord du Maroc, sous le commandement de feu Abdelkrim Khattabi, entre les 1921 et 1927. D’autres investigateurs européens ont aussi confirmé l’utilisation de ces armes non conventionnelles par l’armée espagnole, comme les chercheurs allemands Rudibert Kunz et Rolf-Dieter Muller, qui ont consacré en 1990 un ouvrage à cette tragédie sous le titre "Gaz vénéneux contre Abdelkrim".

L’historien britannique Balfour a indiqué dans une recherche minutieuse, basée sur les archives militaires espagnols, que l’aviation espagnole larguait des bombes chimiques sur les populations du Rif dans les jours de grandes concentrations comme les souk hebdomadaires et les fêtes, dans l’objectif d’exterminer le plus grand nombre de personnes. Cette stratégie militaire d’extermination des populations du Rif par le
biais d’armes de destruction massive sans distinction entre civils et
résistants a été approuvée par le roi d’Espagne à l’époque Alfonso XIII qui manifestait publiquement sont intérêt pour les armes chimiques.

Les statistiques officielles marocaines attestent que 80% des patients atteints de cancers du larynx sont originaires du Rif, en plus de patients
souffrant d’autres pathologies cancérigènes.

La proposition de loi présentée au Congrès des députés demande à l’Etat espagnol de reconnaître sa responsabilité pour les actions menées par l’armée espagnole contre les populations du Rif entre les années 1922 et 1927, sur ordre du roi Alfonso XIII. Le texte invite aussi les autorités espagnoles à demander pardon aux populations du Rif à travers l’organisation d’actes de réconciliation, de fraternité et de solidarité avec les victimes, leurs descendants et l’ensemble des habitants du nord du Maroc. L’Etat espagnol est aussi invité à répondre aux demandes d’indemnisation qui pourraient être formulées, à titre individuel, par les victimes de cette agression ou par leurs ayants droit.

La proposition de loi demande également au gouvernement espagnol de lancer, dans le cadre de la coopération hispano-marocaine, des programmes de développement dans le Rif, notamment dans les régions de Nador et Al Hoceima, en guise d’indemnisation collective pour les dégâts subis par les populations de ces régions. Le gouvernement espagnol est également appelé à doter les hôpitaux des villes de Nador et Al Hoceima d’unités d’oncologie pour traiter les patients qui souffrent toujours de pathologies causées par ces armes chimiques.

Tags : Espagne - Histoire - Lois - Abdelkrim Al Khattabi - Guerre

Aller plus loin

Armes chimiques dans le Rif : un parti espagnol demande d’indemniser les victimes marocaines

Alors que l’Espagne se refuse à reconnaître l’utilisation d’armes chimiques lors de la guerre du Rif, la Gauche républicaine de Catalogne appelle à l’indemnisation des victimes...

Nous vous recommandons

L’Espagne donnera une réponse « ferme » à l’Algérie

Le ministre des Affaires étrangères, José Manuel Albares, a assuré que le gouvernement espagnol donnera une réponse « sereine mais ferme » à l’Algérie qui a décidé de suspendre ses relations commerciales et le traité d’amitié avec l’Espagne, en réaction au...

Suède : des incidents après des corans brûlés

Plusieurs policiers ont été blessés en Suède dans des heurts avec des manifestants qui protestaient jeudi, après que des sympathisants d’extrême droite ont annoncé leur intention de brûler le Coran dans la ville de...

Amine Harit pisté par le Galatasaray

Le Galatasaray entend s’offrir les services de l’international marocain Amine Harit au cas où sa nouvelle offre pour enrôler Claudinho essuierait un nouveau refus.

Huelva va lancer une ligne maritime avec le Maroc

La présidente de l’Autorité portuaire de Huelva (APH), Pilar Miranda, a annoncé sur une radio locale que le port lancera de nouvelles lignes régulières avec le Maroc en 2022 afin de fluidifier le trafic de matières premières et de produits...

Le Maroc impose une 3e dose du vaccin pour les voyages à l’étranger

Tout Marocain qui désire voyager à l’étranger doit obligatoirement prendre la 3ᵉ dose du vaccin anti-Covid, si la deuxième dose vaccinale (ou celle de la dose unique du vaccin J&J) remonte à plus de 4 mois, selon le ministère de la...

PSG : Achraf Hakimi sanctionné

L’international Marocain Achraf Hakimi a été sanctionné par la Commission de discipline de la Ligue de Football. La LFP lui a infligé un match de suspension pour accumulation de cartons.

Les travaux rendent difficile le flux des MRE à Sebta

La Délégation du gouvernement à Ceuta a informé que toutes les personnes désireuses de traverser la frontière avec leurs véhicules pour se rendre au Maroc, doivent nécessairement passer par la zone d’enregistrement de Loma Colmenar, ouverte de 08 h 00 à 22 h...

SDX Energy entame un second forage gazier au Maroc

La société pétrolière et gazière SDX Energy a annoncé le 19 novembre dernier, le démarrage de la deuxième phase de l’opération de forage entamée dans le nord-est du bassin du Gharb au Maroc.

Le dirham chute face à l’euro et au dollar

La devise marocaine s’est dépréciée de 0,87 % face à l’euro et de 3,77 % vis-à-vis du dollar américain en mars 2022. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Binter va reprendre ses vols vers le Maroc

Binter va reprendre ses vols vers le Maroc à partir du lundi 7 février, dès que le gouvernement marocain rouvrira son espace aérien aux vols internationaux.