25% de ce que consomment les marocains provient des importations

17 février 2009 - 12h48 - Ecrit par : L.A

Le débat fait son apparition au Maroc, à la faveur de la crise économique : faut-il privilégier la consommation de produits fabriqués localement ? Ahmed Lahlimi, Haut Commissaire au Plan (HCP), à l’occasion des sorties médiatiques qu’il a effectuées cette semaine, a, sans détour, appelé les Marocains à réorienter leur consommation vers les produits locaux.

Bien plus, il y a tout lieu, selon lui, de changer carrément de modèle de consommation, partant du constat que les Marocains, en particulier ceux appartenant aux couches supérieures de la société, ont un penchant exagéré pour les produits importés auxquels ils accordent un préjugé favorable en termes de qualité. Mais à supposer que, pour des raisons conjoncturelles, il faille tenter de réduire les importations, en encourageant les produits locaux, est-ce possible ? Et d’abord, quels sont les produits de consommation - puisque c’est sur cette variable qu’il y aurait lieu d’agir - qui sont importés, et combien pèsent-ils dans la balance ?

D’après les derniers chiffres de l’Office des changes, le Maroc a importé en 2008 pour un peu plus de 53 milliards de dirhams de produits finis de consommation, contre 48,9 milliards en 2007, soit une hausse de 8,5% (+4,14 milliards de dirhams). A cela, on pourrait ajouter les produits alimentaires que l’Office des changes, selon sa « nomenclature », ne classe pas dans la rubrique « produits finis de consommation ».

Blé, maïs et beurre tirent à la hausse la facture alimentaire

Ainsi, en 2008, le Maroc a importé pour 31,7 milliards de dirhams de produits alimentaires, contre 26,7 milliards en 2007, soit une progression de 18,5% (+4,9 milliards de dirhams). Au total donc, ce sont 84,7 milliards de DH de produits de consommation qui ont été importés en 2008. Quand on rapporte ce chiffre aux 341 milliards de DH que représente la consommation totale des ménages, la part des importations dans la consommation des ménages représente 25%.

Par groupement de produits, les produits finis de consommation occupent ainsi le quatrième rang, avec une part de 16,5% dans le total des importations de biens. Parmi les produits qui ont contribué le plus à cette hausse, on trouve les voitures de tourisme (+28,7% ou + 2,21 milliards de dirhams), les parties de carrosseries (+213% ou + 880,7 millions de dirhams), les médicaments (+11,8% ou + 345,4 millions de dirhams) et les réfrigérateurs domestiques (+43,2% ou + 323,5 millions de dirhams). En fait, à l’exception du tissu de coton et des articles de bonnèterie, tous les autres produits finis de consommation ont augmenté, certes à un rythme moins élevé que ceux cités précédemment.

Concernant les produits alimentaires, il faut tout de suite préciser que leur hausse résulte d’un accroissement des achats de blé, et surtout d’un renchérissement des cours internationaux de ce produit ; la détente sur ce produit n’ayant commencé que depuis l’été dernier. De sorte que les achats de blé en 2008 ont représenté 39% du total de la facture alimentaire. Parmi les hausses significatives, il y a eu aussi celles concernant le maïs (+12,4% ou + 450,8 MDH) ou encore le beurre (+104,2% ou + 517,2 MDH).

Quand on observe la structure des importations de produits finis de consommation ou de produits alimentaires, on peut se demander s’il y a vraiment une marge pour réaliser des économies. D’aucuns peuvent estimer que des produits comme le raisin sec, les bananes fraîches, l’eau minérale, le fromage, la quincaillerie de ménage... ne sont pas des produits de première nécessité et, qu’à ce titre, il n’y a pas lieu de gaspiller des devises pour les importer. C’est oublier que le Maroc est un pays touristique et que donc il doit satisfaire les clients qui viennent le visiter. Sans compter que les produits qui pèsent lourd dans la facture sont souvent, sinon toujours, des produits non disponibles localement, soit pour des raisons de sècheresse (cas du blé), soit pour insuffisance de l’offre locale (lait, sucre, beurre, etc.).

Plus généralement, ce débat sur le protectionnisme, n’a plus de sens aujourd’hui. Si, en effet, le Maroc finance la croissance de ses fournisseurs, il ne faut pas oublier non plus que ces mêmes pays fournisseurs sont aussi acheteurs du Maroc et pourvoyeurs de touristes. Par conséquent, si la croissance se porte bien chez ces partenaires, ils augmenteront à leur tour leur demande adressée au Maroc et lui enverront plus de touristes. C’est aussi cela la mondialisation...

Consommer local : les raisons qui militent pour

Consommer local ? Ce débat est déjà observé sous d’autres cieux. Au Maroc, il a sa justification d’un constat qui commence à inquiéter : le déficit du compte courant de la balance des paiements qui s’aggrave de plus en plus, après des excédents continus entre 2001 et 2006. Ce déficit a été de -0,1% du PIB en 2007, de -4,6% en 2008 et pourrait être de -5,7% en 2009 selon les prévisions du HCP.

La traduction simple de ces chiffres consisterait à dire que ce sont les revenus du Maroc en provenance de l’étranger (recettes touristiques et des investissements étrangers, envois des MRE), qui financent les déficits structurels de la balance commerciale ; et avec le recul (du moins en 2008) de ces mêmes revenus, la situation pourrait devenir intenable.

La question qui se pose maintenant est de savoir qui en est responsable : est-ce la croissance en effet très élevée des importations, ou celle, très faible, des exportations ? Certains, y compris au sein du gouvernement, ont déjà répondu à cette interrogation : le pays se développe, il est devenu un immense chantier, c’est donc bien normal que les importations augmentent à un tel rythme. « Le souci, en revanche, vient des exportations qui évoluent à un rythme très lent », estime un ministre.

Source : La vie éco - Salah Agueniou

Tags : Importations - Automobile - Haut Commissariat au Plan (HCP) - Consommation - Office des changes - Crise économique - Alimentation - Ahmed Lahlimi Alami

Nous vous recommandons

Nouveau rebondissement dans la crise entre le Mouloudia d’Oujda et Abdeslam Ouaddou

L’ancien entraîneur du Mouloudia d’Oujda, Abdeslam Ouaddou n’a pas fini de faire parler de lui. Il menace de porter plainte contre le club pour résiliation unilatérale de son contrat et exige 10 millions de dirhams, qu’il compte, dit-il, investir dans sa...

Quatre Marocaines parmi les plus puissantes femmes du monde arabe

Quatre Marocaines figurent dans le dernier classement des 50 femmes d’affaires les plus puissantes de la région Moyen-Orient-Afrique du Nord du magazine économique Forbes Middle East.

Le Maroc aura une meilleure connectivité avec le câble sous-marin « Medusa »

La câble sous-marin « Medusa », qui reliera l’Europe du Sud depuis le Portugal à l’Afrique du Nord, passera par le Maroc avant d’atteindre l’Égypte.

Retour imminent de Noussair Mazraoui en sélection nationale

Absent depuis plusieurs mois des rencontres sportives des Lions de l’Atlas, Noussair Mazraoui pourrait faire son retour et intégrer la liste des joueurs qui participeront à la Coupe d’Afrique des nations qui se tiendra au...

Polémique après le rappel par Air Algérie du passé marocain de Tlemcen

Voulant faire la promotion de la destination Tlemcen, la compagnie aérienne Air Algérie a rappelé le passé marocain de la ville. De quoi soulever de vives polémiques.

Le dirham poursuit sa hausse face à l’euro

La devise marocaine s’est appréciée de 0,18 % face à l’euro et s’est dépréciée de 0,33 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 28 avril au 4 mai 2022. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib...

Sahara : changement de position de l’Espagne, et après ?

Le changement de position de l’Espagne sur le Sahara sonne certes la fin de la crise avec le Maroc, mais pas du conflit au Sahara, encore moins de la crise entre l’Algérie et le Maroc.

Police aux frontières : l’Espagne soutient le Maroc, malgré la crise

Quelques jours après l’entrée massive de migrants à Ceuta les 17 et 18 mai, l’Espagne a conclu l’achat de 98 caméras thermiques au profit du Maroc. Elle prévoit aussi l’acquisition de 90 quads destinés à renforcer les forces de sécurité marocaines aux...

Macabre découverte à Fès

Le corps sans vie d’un sexagénaire a été découvert dans un sac en plastique dans la zone de Ben Debbab, à Fès, le 9 janvier dernier. Le procureur du roi près la cour d’appel de la ville a ordonné son...

Le viol d’une Marocaine suscite l’émoi en Espagne

Une jeune Marocaine de 19 ans a été séquestrée, torturée et violée fin juillet par deux jeunes compatriotes à Formentera (Îles Baléares). La nouvelle suscite l’émoi en Espagne.