Les conseillers contre la transparence

17 février 2007 - 00h00 - Ecrit par : L.A

A la deuxième Chambre, la majorité parlementaire s’est alliée à l’opposition pour barrer la route aux projets de loi sur la moralisation de la vie publique. Driss Jettou convoque ses alliés à une réunion, ce vendredi, pour sauver les meubles et la session extraordinaire.

La majorité gouvernementale à la Chambre des conseillers s’est alliée à l’opposition pour faire barrage à trois projets de loi relatifs à la moralisation de la vie publique et instituant l’obligation de la déclaration de patrimoine pour les conseillers, les députés et les membres du Conseil constitutionnel. Lors de la présentation de ces projets de loi, mardi, devant la commission de la justice, les conseillers de tous les partis ont énergiquement protesté contre le gouvernement et même poussé à l’ajournement de l’examen desdits textes. « Du jamais vu de mémoire de président d’une commission parlementaire », commente Mohamed Al Ansari, président de ladite commission, qui affirme qu’une réunion des présidents des groupes parlementaires aura lieu dès que possible, pour étudier ce précédent. Devant cette situation, le Premier ministre, Driss Jettou a convoqué une réunion pour demain vendredi. Selon des sources informées, le chef du gouvernement a appelé à cette réunion aussi bien les leaders des partis de la majorité gouvernementale et les chefs des groupes parlementaires de la majorité dans les deux Chambres que les présidents des commissions concernées au Parlement, les avocats Mohamed Al Ansari et Abdelkébir Tabih.

Chaque groupe parlementaire à la deuxième Chambre avait brandi ses propres arguments, mardi, à la commission de la justice. Les uns ont fait valoir que, n’étant pas concernés par la gestion de deniers publics, les conseillers et les députés n’avaient pas à déclarer leur patrimoine. Les moins « radicaux » avançaient, eux, qu’il fallait commencer par appliquer de telles dispositions aux ministres et patrons des établissements publics alors que certains avaient jugé la déchéance du mandat parlementaire, qui ne préjuge en rien des autres dispositions pénales, en cas de non-déclaration ou de transmission de données erronées était exagérée surtout que les mêmes dispositions ne sont pas prévues à l’encontre des gouverneurs par exemple.

Les plus « mal intentionnés », eux, déclarent que tous ces projets de loi ne nécessitaient pas la convocation d’une session extraordinaire et que de telles dispositions auraient dû être prises au début du mandat de l’actuel gouvernement qu’un élu PJD, par exemple, accuse de vouloir « s’appliquer une couche de maquillage » pour cacher ses véritables défaillances. Tous étaient d’accord pour demander à examiner d’abord la « loi-mère », soit celle qui oblige à la déclaration du patrimoine les hauts fonctionnaires, les agents publics et les élus dont la signature engage des dépenses publiques. « Impossible ! », affirme une source parlementaire puisque le projet de loi concerné est en cours d’examen en commission à la Chambre des représentants et que seul le gouvernement peut procéder à son retrait.

Des conseillers ont même été jusqu’à critiquer l’absence du ministre de la Justice, Mohamed Bouzoubaâ, qui était secondé par Saâd Alami, son collègue chargé des Relations avec le Parlement. « C’est ce ministre qui a été choisi pour coordonner l’aboutissement de ces projets de loi et le principe de solidarité gouvernementale lui permet de présenter lesdits projets de loi », affirme Mohamed Al Ansari qui ajoute que, présentant d’autres projets de loi en commission de la première chambre, Mohamed Bouzoubaâ ne pouvait être présent en deux lieux différents en même temps. Le Maroc dispose depuis 1992 d’une loi, sur la déclaration de patrimoine, mais qui n’avait aucun caractère contraignant et qui ne prévoyait pas d’instances de contrôle (Cour des comptes). En plus, elle n’évoque pas les biens et avoirs inscrits au nom des enfants mineurs et des conjoints.

Bouzoubaâ, client des conseillers frondeurs

Mohamed Bouzoubaâ a fini par devenir un « client attitré » des conseillers frondeurs de la commission de la justice. Le 14 décembre 2006, le budget de son ministère a été rejeté « grâce » à la voix du conseiller Youssef Tazi, un précédent dans les annales parlementaires. Lors de la discussion de ce budget sectoriel, Mohamed Bouzoubaâ était « doublement coupable » : des poursuites engagées contre bon nombre de conseillers, mais aussi le fait de se faire représenter par Mohamed Achaâri. Aujourd’hui, la même commission récidive contre le ministre de la Justice et, au-delà, contre le gouvernement.

Aujourd’hui le Maroc - Mohamed Boudarham

Tags : Driss Jettou - Lois - Cour des comptes

Nous vous recommandons

L’Europe autorise la viande de volaille en provenance du Maroc

Après plusieurs années d’hésitation, l’Union européenne a finalement décidé d’ouvrir ses portes à la viande de volaille marocaine, autorisant son exportation vers ses pays membres.

Stanislas Eskenazi, avocat de Mohamed Abrini : « On m’avait prévenu... »

Après quatre mois d’allers-retours Bruxelles-Paris, Stanislas Eskenazi, l’avocat du belgo-marocain Mohamed Abrini accusé d’avoir participé aux préparatifs des attentats du 13 novembre à Paris, exprime son...

Royal Air Maroc prête à rembourser les billets achetés avant le 13 juin

La compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM), confrontée à une forte affluence en cette reprise des vols de et vers le Royaume, propose des alternatives et avantages, allant jusqu’au remboursement de certains billets notamment ceux achetés avant le 13...

L’apport de la diaspora marocaine au coeur d’une rencontre à Rabat

La place et le rôle de la diaspora marocaine sont d’une grande importance dans le nouveau modèle de développement (NMD) du royaume. Le sujet qui préoccupe la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) était au cœur d’une rencontre mercredi à...

Le Maroc sera fortement impacté par la hausse internationale des prix

Le Maroc sera fortement touché par la hausse des prix des produits alimentaires sur le marché international, mais restera toutefois l’un des pays les plus stables du continent, selon l’Oxford Economics...

Le Maroc fortement exposé aux tsunamis

Des chercheurs espagnols du Conseil supérieur de la recherche scientifique (CSIC) ont récemment indiqué dans une étude que des tsunamis éventuellement provoqués par des failles de saut directionnelles, comme celle d’Averroès dans la zone centrale de la mer...

Prospection de gaz au Maroc : plus de puits pour SDX Energy

La société britannique « SDX Energy », basée à Londres et spécialisée dans l’exploration pétrolière et gazière reprend ses activités de forage offshore au Maroc. Elle lance la deuxième phase de l’opération de forage entamée dans le Nord-Est du bassin du...

Mehdi Ben Barka était-il un espion ?

56 ans après son décès, de troublantes révélations ont été faites sur le militant anticolonialiste Mehdi Ben Barka, chef de file du mouvement tiers-mondiste, et plus célèbre opposant aux rois Mohammed V et Hassan...

Mariage royal à Marrakech

Alfonso Galobart, parent éloigné de la famille royale espagnole, et sa fiancée, Patricia Fabré, ont choisi la ville de Marrakech pour convoler en justes noces. Près de 300 invités venant d’un peu partout dans le monde, assisteront à ce mariage et aux...

L’Espagne inflige des amendes « injustes » à des camionneurs marocains

Les routiers marocains, très affectés par la mesure de restrictions de visas imposée par la France, appellent les autorités marocaines au secours.