Recherche

Pas d’alternative à la solution politique pour le Sahara

© Copyright : DR

12 juin 2003 - 13h00 - Maroc - Par:

Trois dirigeants et non des moindres viennent d’adresser, chacun de son côté, un message à S.M. le Roi Mohammed VI. Il s’agit de MM. George W. Bush, président des Etats-Unis d’Amérique, José Maria Aznar, président du gouvernement d’Espagne et Vladimir Poutine, président de la Russie. Ces trois messages constituent, en effet, la réponse des trois dirigeants aux lettres que le Souverain leur a adressées il y a trois semaines portant sur la coopération que le Royaume du Maroc développe avec chacun de ces trois Etats, mais aussi sur la vision des problèmes internationaux, les questions de l’heure, largement dominées par la nécessité de mettre en œuvre une stratégie cohérente et concertée de lutte contre le terrorisme, enfin sur la question du Sahara dont les Nations unies restent saisies mais que le Maroc souhaite voir réglée une fois pour toutes.

Si le ton d’une lettre à l’autre diffère, notamment dans la formulation discursive, en revanche la finalité du message est la même : volonté de raffermir l’amitié traditionnelle, identité de vues sur l’objectif de préserver la paix régionale et internationale, nécessité d’installer un nouveau dynamisme aux relations entre les Etats et les peuples, enfin pour les trois chefs d’Etat une volonté de s’inscrire, pour ce qui est de la crise du Sahara, dans la démarche des Nations unies.

Tandis que M. Bush « continue de faire confiance aux efforts de M. James Baker comme étant la meilleure perspective d’une solution pacifique au conflit », M. José Maria Aznar précise que « la position espagnole sur cette question appuie, comme par le passé, les efforts de l’ONU pour la recherche d’une solution de consensus, conforme à la légalité internationale ». Pour sa part, le Président Poutine a été d’autant plus clair qu’il réitère la position de son pays en des termes qui confortent, à l’évidence, les efforts de James Baker quant à la mise en œuvre du plan-cadre. « Nous ne voyons pas d’autre alternative, écrit-il à S.M. le Roi, à la solution politique du problème du Sahara ».

Que les trois dirigeants s’accordent à souligner le même impératif, à savoir la promotion des efforts des Nations unies pour la mise en œuvre d’une solution conforme à la légalité internationale, ne peut que réconforter notre pays.

Leur réponse, à quelques subtiles nuances près, privilégie envers et contre tout une solution de l’ONU, en charge du dossier depuis toujours, en mesure aussi de favoriser un rapprochement des points de vues et, surtout, capable de se rappeler que le Maroc posa le problème du Sahara dès 1956, les archives de l’ONU et du Conseil de sécurité en témoignent. Autant dire que notre pays ne s’est jamais départi de la légalité internationale.

Hassan Alaoui

Messages à S.M. le Roi de Bush, Poutine et Aznar

De Bush

S.M. le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, a reçu une lettre de Son Excellence M. George W. Bush, Président des Etats-Unis d’Amérique, en réponse à la lettre Royale transmise au Président américain par M. Mohamed Benaïssa, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération.

Dans sa réponse, le Président George W. Bush se réjouit de ce que l’amitié qui prévaut entre les nations américaine et marocaine continue de se renforcer et que les deux pays se rapprochent encore davantage grâce à leur coopération dans la lutte contre le terrorisme et à leurs échanges économiques, soulignant qu’il partage la satisfaction de Sa Majesté le Roi quant aux avancées des négociations entre le Maroc et les Etats-Unis d’Amérique sur un accord de libre-échange. S’agissant de la question du Sahara, le Président américain souligne qu’il « continue de faire confiance aux efforts de M. James Baker comme étant la meilleure perspective d’une solution pacifique à ce conflit », ajoutant qu’il sait que M. Baker « tiendra pleinement compte des importantes préoccupations du Maroc en ce qui concerne sa souveraineté et les éventuelles menaces posées à sa stabilité, et demande à Votre Majesté de continuer de travailler avec lui à cet effet ».

Enfin, le Président des Etats-Unis d’Amérique indique qu’il tient en haute estime les vues franches de Sa Majesté le Roi et qu’il se réjouit d’œuvrer avec lui à la poursuite des objectifs communs de paix, de sécurité et de développement au Moyen-Orient et en Afrique du Nord...

de Vladimir Poutine

Un message de Son Excellence M. Vladimir Poutine, Président de la Fédération de Russie, en réponse au message Royal transmis au Président russe par M. Abbès El Fassi, ministre d’Etat.

Dans sa réponse, le Président Vladimir Poutine remercie Sa Majesté le Roi pour le renouvellement de l’invitation à visiter le Maroc et émet l’espoir de pouvoir en profiter dès qu’il en aura l’occasion. Il dit partager les appréciations de Sa Majesté de l’état et des perspectives de développement d’une coopération mutuellement avantageuse entre la Russie et le Maroc, et se réjouit des résultats de la visite officielle du Souverain en Russie, qui a été couronnée de la signature de la Déclaration de partenariat stratégique entre les deux pays.
Il estime, à ce sujet, que la tâche la plus importante pour l’avenir des relations maroco-russes demeure toujours le lancement, dans les plus brefs délais, du mécanisme des travaux de la Commission mixte de coopération entre les deux pays.

La Russie considère le Maroc comme un partenaire solide et important avec lequel elle est prête à approfondir l’interaction dans toutes les questions d’intérêt commun, ajoute le Président Poutine qui affirme que les préoccupations exprimées par Sa Majesté le Roi au sujet de la question du Sahara marocain seront, sans aucun doute, prises en considération par son pays dans l’élaboration des approches politiques concrètes de ce problème.

Après avoir exprimé la volonté de la Russie de continuer à contribuer à la recherche des voies de règlement de ce vieux litige, en maintenant les contacts avec les parties concernées dont le Maroc, le Président russe écrit en substance : « Je voudrais souligner, encore une fois, que nous ne voyons pas d’alternative à la solution politique du problème du Sahara dans le cadre des résolutions appropriées du Conseil de sécurité de l’ONU et des efforts entrepris sous l’égide de l’ONU. A cela, nous sommes ouverts à tous dénouements politiques sous la condition que les parties au conflit y consentent librement »...

de Jose Maria Aznar

Et une lettre de Son Excellence M. Jose Maria Aznar, en réponse à la lettre Royale transmise au président du gouvernement espagnol par M. Taïb Fassi Fihri, ministre délégué aux affaires étrangères et à la Coopération.

Dans sa réponse, M. Aznar indique avoir pris connaissance avec un grand intérêt du contenu de la lettre Royale, et fait part à Sa Majesté le Roi de ses remerciements et de l’expression de sa considération pour la sincérité et l’esprit d’amitié qui ont inspiré la lettre Royale, ainsi que l’aimable appréciation qu’elle fait de l’appui que l’Espagne apporte au Maroc dans ses relations avec l’Union européenne, soulignant que cet appui est le résultat d’une mûre réflexion et d’une décision claire et déterminée.

Abordant la situation actuelle des relations entre l’Espagne et le Maroc, le président du gouvernement espagnol affirme partager l’appréciation de Sa Majesté le Roi sur cette question, et précise que c’est en effet sur la base de la confiance réciproque et de la perception des intérêts mutuels que peut se construire une relation de partenariat solide et stable au bénéfice des deux pays et de la Méditerranée occidentale.

La solidarité exprimée ces derniers mois à la suite d’événements d’une extrême sensibilité illustre cet esprit de partenariat, ajoute M. Aznar, qui souligne que les attentats abominables qui ont eu lieu à Casablanca, il y a quelques jours, confirment que le terrorisme est l’ennemi principal, non seulement de la démocratie et de la liberté, mais de toute forme de civilisation. L’Espagne a, hélas, souffert, à maintes reprises, des attaques terroristes, rappelle-t-il.

La réaction courageuse, immédiate et déterminée du peuple et du gouvernement marocains et tout particulièrement de Sa Majesté le Roi, constituent un exemple de détermination face à ce fléau de notre époque, écrit le président du gouvernement espagnol, qui note que si les terroristes ont visé, à travers leurs actes, les valeurs que partagent les Marocains et les Espagnols, il est convaincu que cela ne fera que rapprocher encore davantage les deux Royaumes, infligeant de la sorte un revers cinglant aux auteurs de ces actes terroristes et ajoutant au désespoir des lâches qui les ont inspirés, encouragés et protégés.

Par ailleurs, M. Aznar exprime ses remerciements à Sa Majesté le Roi pour la présentation claire et détaillée que fait la lettre Royale des derniers développements de la question du Sahara, précisant qu’il est tout à fait d’accord avec Sa Majesté le Roi que la solution de cette question est primordiale pour la stabilité de la région, la préservation des relations de bon voisinage en Afrique du Nord ainsi que pour les perspectives d’intégration du Maghreb arabe.

L’Espagne, actuellement membre du Conseil de sécurité des Nations unies, ne cesse de faire part de sa préoccupation face à ce conflit, ajoute M. Aznar, avant de préciser que la position de son pays sur cette question appuie, comme par le passé, les efforts de l’Organisation des Nations Unies, de son secrétaire général et de son envoyé personnel, pour la recherche d’une solution de consensus, conforme à la légalité internationale, et qui serait, en même temps, juste et viable.

C’est uniquement une solution de cette nature qui serait à même de garantir la stabilité régionale souhaitée aussi bien par le Maroc que par l’Espagne, affirme M. Aznar, qui estime que le dénouement pacifique et définitif recherché par tous exige générosité et une vision à long terme de la part des parties impliquées.

MAP

Mots clés: Espagne , Russie , États-Unis , Sahara Marocain

Bladi.net

Bladi.net - 2022 - - A Propos - Contact