France : des saisonniers marocains se révoltent

12 juillet 2010 - 17h46 - France - Ecrit par : J.L

Cette fois-ci c’est en France dans les Bouches-du-Rhône d’où nous parviennent les cris de colère de 18 Marocains qui ont pu obtenir gain de cause.

Ils font partie des milliers d’ouvriers saisonniers qui viennent chaque année en France du Maghreb ou de l’Europe de l’Est pour participer aux récoltes de fruits de manière tout à fait légale à travers l’Office français de l’immigration et de l’intégration, pour subir une forme d’esclavage légalisé, souligne une militante syndicale française.

Réputée pour sa production de fruits, comme les pêches, cerises, nectarines, etc. une quarantaine d’ouvriers saisonniers se dirigent chaque année vers Entressen, où ils travaillent dans les récoltes de fruits du mois d’avril au mois d’août afin de subvenir aux besoins de leurs familles durant le reste de l’année.

C’est le jeudi 24 juin que ces dix-huit ouvriers marocains de l’exploitation décident de mettre fin à la tyrannie de leur patron. En cause, le retour de deux d’entre eux de chez le médecin. Dès qu’ils rentrent l’employeur commence à les insulter avant de passer aux gifles, étranglement, jets de vaisselle au visage, rien ne semblait pouvoir l’arrêter. N’en pouvant les ouvriers marocains décident de mettre un terme à cette situation. Ils font constater les blessures des ouvriers maltraités à l’hôpital, puis portent plainte auprès des services de police, avant de se diriger vers un syndicat.

Le jour même, les syndicalistes contactés accompagnés des ouvriers marocains se dirigent vers l’exploitation pour discuter avec l’exploitant. Ils y trouvent un comité d’accueil des plus chaleureux, composé d’un groupe d’hommes (des exploitants de la région), armés jusqu’aux dents de masses et de bâtons.

La rencontre se termine mal, quelques ouvriers et le représentant de la CGT sont blessés, la police tarde à venir et ce n’est qu’après cet évènement que leur histoire sera divulguée au grand public.

Toutes les raisons étaient bonnes pour punir son troupeau, c’est ainsi que l’exploitant appelait ses ouvriers. Durant des années, ils s’étaient habitués aux insultes et aux fréquentes punitions. Le patron français aimait s’entendre dire aux ouvriers : "Celui qui ne me préviendra pas la veille qu’il sera malade le lendemain sera puni, quinze jours dans sa chambre.", "Tu fumes une cigarette ? Tu as trop d’argent, dans ta chambre !", "Tu me regardes dans les yeux ? Dans ta chambre !". Et bien entendu, chaque jour de punition était déduit du salaire mensuel.

Alors que les ouvriers n’avaient que six mois pour gagner de quoi faire vivre leurs familles durant le reste de l’année, ils ont été obligés de se taire, pour ne pas subir les foudres de leur patron.

Sur les 300 heures de travail dans les champs, seules 110 à 130 étaient comptabilisées et payées, pas d’heures supplémentaires et de fréquentes menaces de non renouvellement de contrat. A savoir que la loi française donne le droit aux exploitants agricoles des Bouches-du-Rhône de recruter les employés par nom. Les salariés sont obligés de rentrer au Maroc avec leur contrat en poche, sinon ils ne pourront pas revenir l’année d’après.

Sous-payés, maltraités, disponibles car logés sur place, leurs titres de séjour ne sont valides que grâce à leurs contrats, ils se sont finalement révoltés après des années de mauvais traitements.

Pendant une dizaine de jours, les dix-huit ouvriers marocains ont été nourris et logés grâce à la solidarité régionale en attendant la confrontation avec leur patron à la direction du travail d’Aix-en-Provence le 5 juillet qui a reconnu les violations à la législation.

D’après les dernières nouvelles, les ouvriers marocains sont de retour à l’exploitation, ils ramassent des fruits dignement et leur patron n’arrête pas de leur dire "s’il-te-plaît", mais reste à savoir si leurs contrats seront renouvelés pour l’année prochaine.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Agriculture - Emploi - Esclavage moderne

Ces articles devraient vous intéresser :

Couverture sociale : un prêt de 3,1 MMDH de la BAD au Maroc

Le Maroc et la banque africaine de développement (BAD) ont signé deux accords de prêt pour le financement d’un projet de céréaliculture et la généralisation de la couverture sociale, portant sur un montant de plus de 3,1 milliards de dirhams.

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Agriculture : appel au renforcement de la coopération entre le Maroc et Israël

Le ministre israélien de l’Agriculture appelle le Maroc et l’État hébreu à s’investir davantage dans le développement du secteur agricole à travers la signature d’accords de partenariat.

Chute historique des exportations d’olives marocaines

Les exportations d’olive marocaine sont en net recul alors que les importations sont en hausse. Le déficit commercial s’est creusé.

Maroc : une croissance paradoxale entre exportations et importations d’avocats

Alors que le Maroc produit de plus en plus d’avocat, devenant l’un des principaux fournisseurs en Europe, la part des importations continuent de croître.

Une lettre particulière d’Amine et de Yasmine à Emmanuel Macron

Dans une correspondance, Amine et Yasmine, deux enfants de huit ans expriment des inquiétudes quant à l’avenir de Casino Saint-Étienne où travaillent leurs parents et demandent au président de la République française Emmanuel Macron de sauver le groupe.

Maroc : l’hydrogène vert pour atteindre l’autosuffisance alimentaire

La production de l’hydrogène vert dans la région de Dakhla et son utilisation pour le dessalement de l’eau de mer, permettront au Maroc d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. C’est ce que révèle une étude menée par des chercheurs marocains.

Maroc : appel pressant des exportateurs de légumes

Les associations de producteurs et exportateurs de fruits et légumes appellent le gouvernement d’Aziz Akhannounch à autoriser la reprise des exportations.

Accord de pêche : le Maroc et l’UE font le point

La quatrième Commission mixte de l’Accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable entre l’Union européenne et le Maroc s’est réunie les 9 et 10 novembre à Rabat.

Tomate au Maroc : production en chute, prix en hausse

Les producteurs de tomates rondes au Maroc alertent sur une baisse significative de la production et une inflation des prix. Voici leur explication.