Zakya Daoud : Les "Marocains de l’autre rive"

28 mars 2005 - 18h14 - Culture - Ecrit par :

Zakya Daoud, journaliste, ancien rédacteur en chef de la revue marocaine Lamalif, signe son nouvel ouvrage, « Marocains de l’autre rive, les immigrés marocains acteurs du développement durable », paru aux éditions Tarik.

Huit ans après la sortie de son livre, « Marocains des deux rives », consacré à la naissance de l’association « Migrations et développement », Zakya Daoud prolonge son étude du mouvement caritatif et solidaire, qui lie les Marocains, de part et d’autre de la Méditerranée.

De l’usine chimique Péchiney dans les Hautes-Alpes aux montagnes de l’Anti-Atlas, la journaliste revient sur vingt années de combats, d’initiatives hasardeuses et courageuses, de tous ces Marocains, « héros anonymes du développement, de la démocratie, et du rapprochement entre les peuples ».

Ainsi, son livre nous raconte le destin de Jamal Lahoussain, délégué syndical, qui milite contre la fermeture de l’usine Péchiney de Briançon (France), où il travaille depuis 15 ans. Une fois la bataille perdue, Jamal ne baisse pas les bras, et engage les immigrés licenciés, candidats au retour, à investir leur prime de départ au Maroc. Un mouvement est né

En 1987, Jamal fonde une association, « Retour et développement », qui deviendra, par la suite, « Migrations et développement », et entreprend avec les fonds qu’il récolte, l’électrification de son village natal d’Imgoun.

Un acte pionnier, qui dépasse une simple initiative isolée, car « l’électrification n’est pas une fin en soi, ni une action humanitaire, c’est une éducation au développement, un support pédagogique concret, à partir duquel les habitants d’une région se mobilisent, et prennent leur destin en main », explique Jamal.

Au fil des rencontres, notamment avec le militant altermondialiste Hugues Le Bars, avec l’aide des immigrés, et la créativité des habitants, les villages de la province de Taroudant s’électrifient peu à peu, des dispensaires et des bibliothèques se construisent, des barrages s’édifient permettant l’irrigation de terres épuisées par la sécheresse

« Persuadés que la pauvreté de l’esprit est plus grave que la pauvreté matérielle », les membres de l’association s’impliquent pour l’éducation et la formation en zone rurale.

Enfin, relayée notamment par les femmes des villages, « non sans mal ni discussion », mais avec beaucoup d’enthousiasme, l’équipe de Jamal parie sur le développement économique, favorise la création de foires, coopératives, afin de permettre aux paysans de vendre leurs produits, à forte valeur ajoutée, ( tels l’argan et l’olive), et cherche à attirer les touristes dans l’arrière-pays marocain.

« Piqué au vif » face au phénomène associatif qui ne cesse de croître, l’Etat marocain s’investit à son tour dans le développement rural.

Et si des débats internes, et différentes difficultés (notamment financières) touchent l’association, elle n’en demeure pas moins une belle preuve « que l’on peut construire quelque chose de positif, à partir de ces migrants marocains, citoyens du monde. »

Malgré la déchirure toujours vive de l’exil et la question lancinante du retour au pays, les Marocains des deux rives de la Méditerranée s’inventent une autre manière de vivre l’immigration et jettent un pont fraternel entre deux continents.

« A leur façon, modeste, silencieuse, ils contribuent ainsi à réduire le hiatus entre les deux rives ». En leur consacrant un ouvrage, Zakya Daoud leur rend un formidable hommage.

Emilie Poirrier - Libération

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Zakya Daoud - Livres - Immigration

Ces articles devraient vous intéresser :

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

Nicole Kidman dans l’adaptation du livre « Chanson douce » de Leïla Slimani

Un thriller basé sur le roman de l’écrivaine franco-marocaine Leïla Slimani, intitulé La nounou parfaite (chanson douce, titre original) devrait être produit par l’actrice et réalisatrice australo-américaine Nicole Kidman. HBO développera La nounou...

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

Ouverture exceptionnelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie

La frontière entre l’Algérie et le Maroc a été exceptionnellement ouverte cette semaine pour permettre de rapatrier le corps d’un jeune migrant marocain de 28 ans, décédé par noyade en Algérie.

Combien de Marocains ont émigré à l’étranger cette année ?

À fin septembre dernier, plus de 26 000 Marocains ont émigré à l’étranger pour s’y installer et travailler, d’après le ministère chargé de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences.

Éric Ciotti (Les Républicains) en visite au Maroc

Une délégation du parti Les Républicains, menée par Éric Ciotti, a annoncé sa visite au Maroc du 3 au 5 mai prochains dans le but de poursuivre « une relation de fraternité et de responsabilité » avec le royaume.