Ali Lazrak, député d’origine marocaine aux Pays-Bas

1er mars 2004 - 14h06 - Ecrit par :

Ali Lazrak est déterminé à tenir la dragée haute à ses ex-amis politiques, les Socialistes, auxquels il reproche leurs positions sur l’intégration des Néerlandais issus de l’immigration.

Ali Lazrak ne jette pas l’éponge. Pris à partie par certains médias hollandais et exclu, mercredi 4 février courant, du groupe parlementaire de sa formation, le Parti socialiste néerlandais (PSN), ce député d’origine marocaine fait preuve, jusqu’ici, d’une grande force de caractère.
Non seulement, il a catégoriquement refusé de céder son siège à ses anciens camarades politiques, mais il a décidé de créer son propre groupe parlementaire, qui portera le nom de son unique membre.
« Le règlement intérieur du Parlement néerlandais permet à tout député exclu ou démissionnaire du groupe parlementaire de son parti de créer, s’il le veut, son propre groupe parlementaire », indique, dans un arabe impeccable, Ali Lazrak, joint par téléphone par MHI. Altier et fier, à l’image d’un Rifain pur jus, Ali Lazrak, natif d’Al Houceima en 1948, est déterminé à tenir la dragée haute à ses ex-amis politiques avec lesquels la rupture est désormais consommée. « Mon exclusion des rangs du parti n’est pas encore annoncée, mais elle est attendue, logique et inévitable », affirme-t-il.

Réserves

À la question de savoir comment les choses en sont arrivées là, le parlementaire avance deux séries de raisons : « Je trouve totalement absurde la caution apportée par le Parti au principe de dispatcher les gens de couleur, avec un pourcentage donné, sur les quartiers habités par les Hollandais de souche ».
Cette politique, motivée par le souci de favoriser l’intégration des immigrés, était, selon lui, possible, au début des années 1980, quand le nombre des étrangers étaient très limité, mais, aujourd’hui, elle serait irrationnelle, dans la mesure où les gens issus de l’immigration représentent entre 40 et 45% des habitants des principales agglomérations urbaines néerlandaises.
Ali Lazrak formule également de sérieuses réserves sur d’autres aspects de la politique d’intégration prônée par ses anciens compagnons. Par exemple, il trouve décalée la position de ceux qui tentent de rendre obligatoire l’endogamie en Hollande. « Il y en a certains qui, sous le prétexte de favoriser l’intégration des immigrés, veulent s’opposer au mariage avec des étrangers ou des étrangères et, par là, contrarier le droit au regroupement familial en vigueur dans tous les pays de l’Union européenne », s’indigne le député.
Mais, au-delà de ces questions, qui touchent le cœur du débat politique aux Pays-Bas, la mésentente entre M. Lazrak et ses anciens amis politiques portent sur un autre chapitre plus personnel.
Le parlementaire d’origine marocaine a toujours refusé « d’obtempérer » aux règlements de son parti, qui l’obligeaient à verser la totalité de ses indemnités mensuelles (5 mille euros) à la trésorerie du PSN, qui se charge elle-même de payer un salaire de 2000 euros à chacun des neuf parlementaires de cette formation politique. Le chef du « groupe parlementaire Lazrak » entend désormais consacrer le plus clair de son temps à la promotion de sa propre vision de la problématique de l’intégration aux Pays-Bas. Il est sûr qu’il finira par l’emporter.

Mésentente

L’optimisme à tous crins de ce Rifain investi exclusivement dans le débat interne néerlandais, s’explique probablement par son endurance et sa détermination peu communes. Quand il était arrivé en 1971 à Rotterdam, Ali Lazrak n’avait rien qui le prédestinait à être une figure de proue de la politique aux Pays-Bas.
Arrivé à ce pays dans le cadre d’accords bilatéraux maroco-hollandais sur la main d’œuvre, ce bachelier, issu d’une famille modeste, était un simple ouvrier. Il a travaillé dans une usine de fabrication de voitures avant de devenir serveur dans une chaîne des restaurants. Ce dernier boulot, révèle-il, lui permettra d’apprendre, voire de maîtriser, le néerlandais.
Il devient plus tard un assistant social en charge des communautés d’origine étrangère à Rotterdam. En 1979, il se marie avec une Hollandaise de souche, qui lui donne trois enfants. Il devient journaliste en 1983. Il s’occupera, pendant seize ans, de l’édition arabe et rifaine de la radio hollandaise. Devenu rédacteur en chef au sein de cette boîte, mais surtout une figure connue et reconnue au sein de la communauté marocaine aux Pays-Bas, l’ancien ouvrier commence à être tenté par la politique. Ainsi, il intègre en 1996 le Parti travailliste, une petite formation de gauche, avant de jeter son dévolu, deux ans plus tard, par le PSN.
Son ascension politique sera depuis lors fulgurante. Premier et unique Marocain à siéger dans le Parlement hollandais, Ali Lazrak, contrairement à d’autres d’immigrés issus du Royaume, garde une bonne distance avec les affaires de son pays d’origine. Il se définit volontiers et d’abord comme un Néerlandais. « Ce qui me préoccupe en tant qu’homme d’action, ce sont les problèmes des Pays-Bas », dit-il, en toute clarté.

Maroc Hebdo

Tags : Pays-Bas - Elections - Ali Lazrak

Nous vous recommandons

Voici le nouveau classement du passeport marocain

Le passeport marocain a gagné 6 points dans le classement annuel des passeports les plus puissants au monde, améliorant ainsi son rang au niveau international.

Le fils de Hamid Chabat, Naoufal, en prison

Le président de la commune de Brarha et fils aîné de l’ancien maire de Fès, Naoufal Chabat, a été placé en détention provisoire pour outrage à un fonctionnaire public et conduite en état d’ivresse.

Les policiers espagnols critiquent l’aide au Maroc

Les policiers espagnols n’approuvent pas le fait que le gouvernement investisse plus d’argent pour renforcer la police marocaine en matériels alors que dans le même temps, ils ont aussi besoin davantage de moyens pour faire face aux assauts massifs et...

Ryanair quitte-t-elle le marché marocain ?

La low cost irlandaise Ryanair compterait quitter le marché marocain à cause de “tensions” avec les autorités marocaines qui ont prolongé la suspension de tous les vols de passagers de et vers le Maroc jusqu’au 31 janvier...

L’un des gros trafics de drogue entre le Maroc et l’Espagne au tribunal

Le procès de Francisco et Antonio Tejón, surnommés « les frères châtaignes », considérés par les autorités comme les plus gros trafiquants de résine de cannabis de la région de Gibraltar qui contrôlaient 70 % de la marchandise entre le Maroc et l’Espagne et de...

Des MRE parmi les victimes d’une arnaque immobilière à Casablanca

Une nouvelle manifestation contre une arnaque immobilière dans les rues de Casablanca. Des dizaines de personnes ont exprimé leur mécontentement devant le siège de la société immobilière « Bassatine Bouskoura...

Fermeture des frontières : voici le détail des vols spéciaux

En cette période difficile de suspension des vols et de prise de mesures drastiques dans certains pays, en raison du variant Omicron, les compagnies aériennes se sont mobilisées pour offrir des alternatives aux voyageurs. Voici les...

Abdellatif Hammouchi suspend plusieurs policiers

Quatre responsables (un commandant de groupement, un commissaire divisionnaire, un commissaire principal et un commissaire) exerçant aux services centraux de la Sûreté nationale ont été suspendus par le directeur général de la Sûreté nationale (DGSN),...

Maroc : quelles sont les régions créant le plus de richesses ?

Les comptes régionaux pour 2019 sont désormais disponibles. Le Grand Casablanca, Rabat-Salé-Kénitra et Tanger-Tétouan-Al Hoceima sont les trois régions qui contribuent à plus de la moitié du PIB marocain.

Un MRE agresse sexuellement une fille sur un bateau Tanger-Sète

Un Marocain âgé de 52 ans, qui avait déjà fait en 2005, l’objet d’une procédure pour agression sexuelle à Alicante, vient d’être condamné à six mois de prison ferme avec maintien en détention. La victime est une mineure âgée de 13...