Al Adl wal Ihssane soutient officiellement le Mouvement du 20 février

17 mars 2011 - 16h20 - Maroc - Ecrit par : J.L

Al Adl wal Ihssane (justice et bienfaisance) a déclaré officiellement son soutien au Mouvement du 20 février dans tout ce qu’il entreprendra comme action et dans son appel à manifester dimanche 20 mars.

Le mouvement islamiste interdit mais toléré, qui avait laissé la liberté à sa jeunesse de participer aux marches du 20 février, a estimé que les autorités avaient intentionnellement réprimé certaines manifestations avec violence et accusé Al Adl wal Ihssane d’être derrière les agressions commises contre les forces de l’ordre.

Al Adl wal Ihssane va jusqu’à se comparer aux mouvements islamistes égyptien et tunisien, accusés par les régimes en place d’être derrière les révoltes qu’ont connu ces deux pays, et à Al Qaïda accusé par Kadhafi d’être à l’origine de l’insurrection Libyenne.

Dans son communiqué, Al Adl wal Ihssane appelle le gouvernement marocain à retrousser ses manches et à travailler sérieusement pour trouver de vraies solutions aux problèmes du pays.

Réagissant à ce communiqué, le Mouvement du 20 février a considéré qu’Al Adl wal Ihssane était un courant politique comme tous les autres courants qui soutiennent leur action.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Manifestation - Partis politiques - Jeunesse - Al Adl wal Ihssane - Mouvement du 20 février

Ces articles devraient vous intéresser :

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

La mise en garde d’Abdelilah Benkirane à Aziz Akhannouch

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du parti de la justice et du développement (PJD) a poussé un coup de gueule contre le gouvernement d’Aziz Akhannouch. Il l’a par ailleurs mis en garde contre l’éventualité d’un déclenchement des manifestations...

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

TikTok, vecteur de débauche au Maroc ?

De nombreux Marocains continuent d’appeler à l’interdiction de TikTok, dénonçant la publication par les jeunes de contenus violents ou à caractère sexuel sur cette application qui, selon eux, porte atteinte aux valeurs du royaume.

Interdire ou réguler TikTok ? Le Maroc cherche la solution

Menacé d’interdiction aux États-Unis et en Europe, TikTok est de plus en plus décrié dans le monde. Au Maroc, des voix continuent d’appeler à l’interdiction de l’application chinoise. Mais plutôt que de l’interdire, des experts appellent à encadrer son...

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.