Le ministre espagnol de l’Intérieur s’attaque aux escales à Madrid des vols marocains

20 janvier 2024 - 23h00 - Espagne - Ecrit par : P. A

Le ministre de l’Intérieur espagnol, Fernando Grande-Marlaska, a dénoncé vendredi à Rabat où il est en visite officielle, les escales à l’aéroport Adolfo Suárez Madrid-Barajas des vols au départ de Casablanca à destination des pays d’Amérique latine, dont profitent de nombreux passagers pour demander l’asile en Espagne.

« Si des visas de transit doivent être introduits, ils le seront pour éviter ces usages », a déclaré à la presse Grande-Marlaska, au sortir d’une rencontre avec son homologue marocain, Abdelouafi Laftit, soulignant la nécessité de « prendre des mesures » à l’aéroport de Barajas pour garantir les droits de ces demandeurs d’asile. Le ministre de l’Intérieur espagnol a aussi assuré que le gouvernement espagnol s’active pour résoudre le problème de « surpopulation » des centres d’asile, soulevé par le Syndicat unifié de police (SUP), relaie Europa Press.

Pour rappel, le SUP exige depuis des semaines que des visas de transit soient accordés aux passagers des vols en provenance du Maroc, comme cela a été fait avec le Kenya, et que l’AENA et des organisations comme la Croix-Rouge acceptent de prendre en charge les 350 migrants, dont des femmes et des enfants, qui vivent dans des conditions déplorables dans les centres d’asile de Barajas. Jeudi dernier, le syndicat a encore dénoncé le fait que des passagers de vols quotidiens de Royal Air Maroc en provenance de Casablanca, demandent l’asile une fois qu’ils font escale en Espagne.

À lire : Forte augmentation de demandeurs d’asile marocains en Europe

À en croire le SUP, des punaises de lit ont été détectées dans les centres d’asile de Barajas où la majorité des pensionnaires, d’origine marocaine, kenyane ou sénégalaise, provient de Casablanca. C’est pourquoi il demande des visas de transit à tous les passagers de Royal Air Maroc en provenance de cette ville marocaine à destination de Salvador, de la Bolivie ou du Brésil. Ces derniers se débarrassent de leurs papiers à leur descente de l’avion et se rendent ensuite au poste-frontière pour demande l’asile, explique-t-il. D’autres tentent de grimper la clôture à la frontière pour entrer illégalement en Espagne.

Par ailleurs, le ministre de l’Intérieur espagnol a salué la présence, à l’aéroport de Casablanca, d’un officier espagnol bien au fait de la situation, preuve de la bonne coopération migratoire entre les deux pays, dont il appelle au renforcement.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Visa - Ministère de l’Intérieur (Maroc)

Aller plus loin

Le Maroc, 3ème pays d’origine des demandeurs d’asile en Suisse

La demande d’asile de ressortissants marocains en Suisse est en constante augmentation ces derniers mois. Selon les chiffres du Secrétariat d’État aux migrations (SEM), en mars...

Forte augmentation de demandeurs d’asile marocains en Europe

L’Union européenne a enregistré en 2022 un nombre record de demandes d’asile. Parmi les demandeurs, de nombreux Marocains dont le nombre a bondi.

À l’aéroport de Madrid, déchirer son passeport devient un moyen de demander l’asile

Les migrants subsahariens et marocains ont trouvé un nouveau mode opératoire. Ils embarquent à l’aéroport de Casablanca à destination des pays d’Amérique latine, puis profitent...

En attente d’extradition, un Marocain demande l’asile en Espagne

Réclamé par les autorités marocaines, le Marocain accusé d’avoir dirigé une organisation criminelle dédiée au trafic de migrants subsahariens, s’est opposé ce mardi à son...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des élus communaux corrompus révoqués

Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit part en croisade contre la corruption au sein des collectivités territoriales. Il a instruit les walis et gouverneurs à l’effet de révoquer les présidents de communes qui sont en situation de conflits...

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.

Terres soulaliyates : mise en garde du ministère de l’Intérieur

La légalisation des signatures portant sur des transferts de propriété de terres soulaliyates est « illégale » et peut donner lieu à des poursuites judiciaires, a rappelé le ministère de l’Intérieur aux présidents des collectivités territoriales.

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

Au Maroc, certains fonctionnaires ont besoin d’une autorisation pour quitter le territoire

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a apporté un démenti formel au sujet de l’existence de toute décision qui interdit à tous les fonctionnaires de quitter le territoire national s’ils ne présentent pas une autorisation dans les aéroports et...

Maroc : la fumée de la chicha empoisonne l’école

Touria Afif, membre du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), a interpellé le ministre de l’Intérieur et celui de l’Éducation nationale sur la prolifération des cafés à chicha à proximité des écoles au Maroc et plus...

Au Maroc, désormais, le silence de l’administration vaut accord

Suite à la publication par les ministères de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire et de l’urbanisme d’un arrêté conjoint relatif à la simplification des procédures dans le domaine de l’urbanisme, Abdelouafi Laftit a adressé une circulaire aux...

Cimetières au Maroc : entre abandon et insécurité

La gestion des cimetières pose problème au Maroc. Selon un rapport du ministère de l’Intérieur, les sites existants sont saturés ou en état de dégradation et les collectivités territoriales peinent à les réhabiliter et à identifier des terrains viables...

Le Maroc renforce le contrôle des locations Airbnb

En collaboration avec les ministères du Tourisme et de l’Intérieur, les services de contrôle de l’Office des changes mènent un vaste audit des transferts internationaux pour la location de résidences touristiques via la plateforme Airbnb.