Attentats à Casablanca : Nous, les juifs marocains, n’allons pas capituler

21 mai 2003 - 09h16 - Maroc - Ecrit par :

Face au Bar « Al Faraj », au croisement des rues Lacépède et Jean-Jacques-Rousseau, un petit groupe de juifs et de musulmans du quartier tentent de s’organiser. Leur obsession, c’est de mettre sur pied au plus vite une grande cérémonie oecuménique en plein air devant le Cercle israélite, à l’endroit même où, le 16 mai au soir, un des cinq commandos-suicides a fait exploser ce qui fait office de centre culturel de la communauté juive de Casablanca. Trois déflagrations successives ont tué sur le coup les deux kamikazes, deux policiers et le gardien du lieu. A l’intérieur du Cercle, les dégâts matériels sont considérables, mais aucune autre victime n’a été à déplorer parce que l’attentat s’est produit en plein shabbat, soit un jour de fermeture.

Même famille. Armand Amar, 53 ans, exportateur de vêtements, fréquente le Cercle israélite depuis trente ans. « Pour moi, c’est comme une deuxième maison, où tout le monde a toujours été bienvenu. Ici, dans le quartier, juifs et musulmans sommes les membres d’une même famille », dit-il en serrant ses mains l’une contre l’autre pour mieux se faire comprendre. A Casablanca, où résident les trois quarts de la communauté juive marocaine ­ entre 3 000 et 5 000 personnes ­, le voisinage de la rue Lacépède a valeur de symbole. Outre le Cercle, on y trouve une douzaine de synagogues et une vie associative animée.

« Cette cérémonie d’union entre juifs et musulmans est importante, poursuit Armand Amar, c’est notre réponse à la bêtise terroriste qui essaie de saboter des siècles de bonne entente entre les deux communautés. » A côté de lui, le cheveu noir lissé en arrière, Bounaïm Abdelilah, 33 ans, musicien et directeur artistique musulman, abonde dans le même sens : « On a grandi les uns avec les autres. C’est aussi moi qu’on a voulu attaquer. Les auteurs de cette barbarie n’ont rien à voir avec notre culture. Ce sont des Marocains certes, mais qui ont reçu un lavage de cerveau de gens de l’extérieur. »

Au lendemain des sanglants attentats qui ont aussi pris pour cible un ancien cimetière israélite, la communauté ne cache pas une stupéfaction teintée de peur. Pour Serge Berdugo, président du Conseil juif du Maroc, « ce drame marque un coup de tonnerre dans un ciel serein. Ce qui a été visé, c’est un symbole, celui d’un Maroc ouvert et tolérant ».

De fait, dans un pays quasiment épargné par des actes judéophobes, l’immense majorité a une foi aveugle dans la Constitution marocaine (où le judaïsme est garanti) et dans la fonction royale. Et pour cause : au cours de la Seconde Guerre mondiale, Mohammed V avait en effet activement protégé les juifs de la déportation. Ces successeurs, Hassan II et son fils Mohammed VI, l’actuel monarque, sont aussi perçus comme des arbitres neutres, protecteurs de toutes les confessions. Un signe : le conseiller du roi André Azoulay était aussi l’homme de confiance d’Hassan II.

Diaspora. Ces derniers temps, la communauté juive marocaine n’a pourtant cessé de s’étioler. Très nombreuse au XIXe siècle, elle comptait environ 250 000 membres en 1950. Depuis, beaucoup ont émigré en Israël, en France ou ailleurs. Simon Lévy, qui dirige le musée du Judaïsme de Casablanca, explique l’évolution du phénomène : « Cela a été un mouvement progressif, à la faveur des crises et des conflits au Proche-Orient. Mais les liens affectifs entre le Maroc et la diaspora sont toujours aussi forts. D’ailleurs, à Pâques ou en été, ils sont très nombreux à revenir au pays. Pour les juifs, le Maroc n’est pas un pays comme les autres, vous pouvez me croire. »

Confiant dans la réaction des autorités marocaines, Simon Lévy n’est pas tranquille pour autant. A l’intérieur du musée, une belle bâtisse blanche située dans le résidentiel quartier de l’Oasis, il donne de la voix : « Ces kamikazes n’ont pas fait irruption par hasard. La classe politique et nous tous n’avons pas su affronter la montée de forces intégristes qui ont occupé le terrain idéologique et social. Aujourd’hui, il faut vite isoler l’ennemi, sans quoi le mal peut continuer à se répandre. (Un temps de réflexion.) On vit aujourd’hui des moments difficiles. Mais nous, les juifs marocains, n’allons pas capituler. Depuis longtemps, notre communauté a su se rendre indispensable dans ce pays. Croyez-vous qu’on va laisser terminer comme ça une belle histoire qui dure depuis deux mille ans ? ».

François MUSSEAU pour Liberation.fr

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Terrorisme - Judaïsme marocain - Attentats de Casablanca

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Les confidences de Gad Elmaleh sur sa rencontre avec le pape François

L’humoriste marocain Gad Elmaleh s’est confié après sa rencontre avec le pape François, au Vatican le 23 décembre, à qui il a présenté son film « Reste un peu », sorti en France le 16 novembre et dont le scénario repose sur son cheminement spirituel...

Des prières rogatoires dans les synagogues marocaines

Après les mosquées, c’est au tour des synagogues au Maroc d’accueillir des prières rogatoires en faveur de la pluie.

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...