Conflit entre l’Espagne et le Maroc au sujet de l’île Leïla ( du Persil)

13 juillet 2002 - 13h48 - Espagne - Ecrit par :

L’Espagne attend une réponse officielle du Maroc à sa demande de retrait des soldats marocains installés depuis jeudi sur un îlot contesté le long des côtes marocaines, mais Rabat considère que cette île est sous sa souveraineté depuis 40 ans.

Avant d’entreprendre d’éventuelles actions diplomatiques, juridiques, ou militaires, le gouvernement espagnol mise actuellement sur la diplomatie. Il espère recevoir rapidement une réponse officielle du gouvernement marocain à la note verbale dans laquelle il lui a demandé de "rétablir le statu quo actuel" sur l’île du Persil (ou île Leila), c’est-à-dire de retirer la dizaine de soldats marocains qui s’y sont installés jeudi.

La ministre espagnole des Affaires étrangères Ana de Palacio s’est entretenue, par téléphone, vendredi soir, avec son homologue marocain Mohamed Benaissa, afin "d’aider à trouver une solution satisfaisante" au contentieux.

Cette opération est intervenue à la veille de la cérémonie officielle du mariage du roi du Maroc Mohammed VI à laquelle le roi d’Espagne était absent.

La ministre a précisé que la position du gouvernement espagnol est, pour l’heure, de replacer l’installation soudaine des soldats marocains sur un îlot rocheux inhabité, dans le contexte du traité d’amitié entre les deux pays, sans entrer, "au moins pour le moment", dans un "débat de nature juridique sur la question de la souveraineté" exercée sur cette île.

Les autorités marocaines doivent comprendre que cet incident "est incompatible avec un traité d’amitié", a-t-elle dit à la presse. Elle n’a pas voulu préciser combien de temps le gouvernement espagnol est prêt à attendre une réponse marocaine avant de prendre une nouvelle initiative.

Parallèlement, Madrid a entrepris de renforcer au cours des dernières heures, les petites garnisons espagnoles permanentes, généralement de 30 à 50 hommes, installées sur quelques îles sous souveraineté espagnole, le long des côtes marocaines : les îles Chaffarines, le Penon de al-Hoceima et le Penon de Velez de la Gomera. L’importance de ces renforts n’a pas été précisée.

Le vice-président du gouvernement Mariano Rajoy, avait indiqué vendredi que Madrid craignait une autre intervention marocaine après avoir observé, dans la matinée de vendredi, les manoeuvres d’un patrouilleur marocain près d’une des îles Chaffarines.

Tout est cependant calme dans les enclaves espagnoles de Sebta et Melilla, en territoire marocain, où se trouvent deux garnisons estimées à 3.500 hommes chacune.

Par ailleurs, selon Madrid, trois patrouilleurs espagnols demeurent en permanence à proximité de l’île du Persil.

Depuis le début de ce nouveau chapitre de la longue crise diplomatique entre Madrid et Rabat, le Maroc a affirmé que l’île du Persil est sous sa souveraineté depuis la fin du protectorat espagnol en 1956, et qu’il y aura désormais une présence militaire marocaine permanente sur l’îlot.

Dans une interview publiée samedi par la quotidien espagnol El Pais, le ministre porte-parole du gouvernement marocain Mohamed Achaari a réaffirmé que l’île est "marocaine" et que cela ne pourrait être "contesté", et il a confirmé que "l’installation d’un poste de vigilance permanent a été lancée" sur l’île.

Il a estimé que "la réaction de l’Espagne", qui considère le refus du Maroc de retirer ses hommes de l’îlot comme une "rupture unilatérale" du statu quo hispano-marocain prévoyant qu’il resterait démilitarisé, "a beaucoup surpris" le gouvernement marocain. "Elle est disproportionnée. Il n’y a pas de raisons d’en faire un drame", a-t-il assuré.

Depuis un an, les relations entre Rabat et Madrid passent par des crises successives en raison notamment de désaccords sur le conflit du Sahara - les positions espagnoles sont jugées favorables aux thèses du Front Polisario -, sur l’émigration clandestine et sur la pêche.

Source : AFP

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Défense - Armement - Ilôt Leïla

Aller plus loin

Deux îlots à l’origine d’une prochaine crise entre l’Espagne et le Maroc ?

Une nouvelle crise se profile entre le Maroc et l’Espagne, une quinzaine d’années après le conflit qui a opposé les deux pays pour l’îlot Leila ou Perejil.

Ces articles devraient vous intéresser :

Armée marocaine : budget record et capacités renforcées

Le budget du ministère marocain de la Défense atteint le niveau record de 124,7 milliards de dirhams (12,2 milliards de dollars). Et, les Forces armées royales (FAR) prévoient de conclure des accords records pour renforcer leurs capacités.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Le Maroc aurait réceptionné des drones SpyX israéliens

Les Forces armées royales (FAR) marocaines auraient réceptionné un lot de drones suicides SpyX développés par la société israélienne BlueBird Aero System.

Sahara : un drone marocain abattu par le Polisario ?

Des images montrant un drone prétendument marocain abattu par le Polisario dans le Sahara circulent sur les réseaux sociaux. De quoi s’agit-il en réalité ?

La normalisation des relations avec le Maroc booste les exportations d’armes israéliennes

Depuis la normalisation des relations entre le Maroc et Israël, les exportations d’armes israéliennes ne cessent d’augmenter. Une hausse de 30 % a été enregistrée l’année dernière grâce, notamment, au Maroc.

Le Maroc investit massivement dans sa défense et son industrie militaire

Le budget du ministère marocain de la Défense nationale devrait atteindre 124,7 milliards de dirhams l’année prochaine, selon le Projet de loi de finances (PLF) 2024. Un budget en hausse d’environ 5 milliards de dirhams par rapport à 2023.

Zones industrielles militaires : les grands projets du Maroc

Le Maroc s’active pour la mise en place d’une industrie de défense robuste. Il dévoile sa stratégie axée sur la création de zones industrielles.

Budget record pour l’armée marocaine

Le Maroc va allouer près de 12,1 milliards de dollars au ministère de la Défense en 2024. Ce montant servira entre autres à l’acquisition d’armes et d’équipements militaires.

L’armée marocaine envoie l’artillerie lourde au Sahara

Après avoir prolongé en 2021 le mur de défense de 50 km à l’est pour sécuriser Touizgui dans la province d’Assa-Zag et compléter le dispositif sécuritaire à l’est, les Forces armées royales (FAR) ont déployé l’artillerie lourde dans la même zone.

Que retenir de la visite de l’inspecteur de l’Artillerie des FAR en Israël ?

Le général de division Mohamed Benawali, inspecteur de l’Artillerie des Forces armées royales (FAR), s’est récemment rendu en Israël. Cette visite de travail s’inscrit dans le cadre du renforcement des relations de coopération militaire entre les FAR...