Recherche

Coronavirus : les Marocains font la course aux achats de médicaments

© Copyright : DR

7 avril 2020 - 21h20 - Société

Après la course au stockage des produits alimentaires, les Marocains développent actuellement un penchant pour celui des médicaments et des produits de désinfection, sans tenir compte de ceux qui sont réellement dans le besoin.

Depuis que l’épidémie du coronavirus a commencé sa propagation au Maroc, la scène dans les pharmacies, les supermarchés et autres commerces est déplorable. Des scènes d’envolées verbales montrant l’impatience des citoyens qui ne veulent pas se faire servir par ordre d’arrivée. "Les Marocains ont pris d’assaut les stocks des pharmaciens provoquant des pénuries de médicaments vitaux pour les malades", s’inquiète Hespress.

Cette attitude va contre les recommandations des ministères de l’Intérieur et de la Santé qui n’ont de cesse appelé les citoyens à la retenue en matière d’achat de médicaments. Même les différents communiqués des syndicats et confédérations des pharmaciens qui ont rappelé que "les officines n’allaient pas fermer, qu’elles continueraient d’ouvrir de manière normale sans perturbation aucune", ont été ignorés. "Nous sommes en rupture de stock depuis des jours", a déclaré à Hespress, un pharmacien de la ville de Kénitra en se référant aux comprimés effervescents de vitamine C. "Nous appelons pour en demander tous les jours, et nous n’en trouvons pas. Sincèrement, je ne pense pas qu’il y en aura dans les jours à venir", a-t-il ajouté, notifiant que plusieurs clients viennent et repartent bredouille sans espoir d’en avoir de si tôt.

Ces pénuries se font observer dans toutes les villes. mais touchent principalement la vitamine C., certains médicaments essentiels, vitaux, pour les maladies chroniques, telles que les cardiopathies, les affections respiratoires chroniques, le diabète et les cancers". Même la chloroquine n’a pas échappé à la course au stockage, surtout lorsqu’il a été dit qu’elle entrait dans le traitement du coronavirus. Mais fort heureusement, les médecins et pharmaciens ne cessent de mettre en garde contre son utilisation. "Ce médicament a des effets indésirables qui peuvent être graves pour les patients atteints de coronavirus. Il est inefficace pour ceux qui ont des problèmes respiratoires et qui nécessitent des respirateurs artificiels", a déclaré un médecin.

En dehors des médicaments, les produits de protection ont connu dès les premiers jours des ruptures de stocks suite à une forte demande, entraînant une surenchère incontrôlable. Les solutions hydroalcooliques se sont aussi arrachées comme de petits pains, poussant les commerçants à fixer les prix selon leurs humeurs et à la tête du client. C’est la même politique qui s’observe en ce qui concerne les boites de gants en latex qui sont passées de 45 dirhams à 120 et 130 dirhams.

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact