DSK, résident fiscal marocain, à nouveau dans le collimateur de la justice française

15 décembre 2022 - 15h00 - France - Ecrit par : S.A

Alors qu’il avait clamé haut et fort qu’il est résident fiscal marocain et rejeté les accusations d’évasion fiscale, l’ancien patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn, dont le nom est cité dans l’enquête des « Pandora Papers » – ces documents obtenus par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ)- fait de nouveau face à la justice française.

La justice française s’intéresse de nouveau à Dominique Strauss-Kahn. Le parquet national financier a annoncé l’ouverture d’une enquête pour blanchiment d’argent aggravée après les révélations des « Pandora Papers », laquelle vise les activités de conseil exercées par l’ex-patron du Fonds monétaire international (FMI) Dominique Strauss-Kahn depuis le Maroc, rapporte Le Monde. Selon une source judiciaire, le Service d’enquêtes judiciaires des finances (SEJF) qui est en charge de cette enquête a auditionné Dominique Strauss-Kahn sous le régime de la garde à vue à la fin de l’été.

À lire : Gérant d’une société à Casablanca, Dominique Strauss-Kahn cité dans « Pandora Papers »

L’émission Cash Investigation avait diffusé en octobre 2021 une enquête consacrée aux activités et à la localisation de la société de l’ancien ministre socialiste, Dominique Strauss-Kahn reconverti dans le conseil aux entreprises et aux gouvernements. Il avait créé en septembre 2012 la société Parnasse basée dans le VIᵉ arrondissement de Paris. L’année suivante, il crée au Maroc la société de conseil Parnasse International et l’installe à Casablanca dans la zone franche Casablanca Finance City (CFC). Comme toute entreprise française basée dans cette zone, sa société est exonérée d’impôt sur les revenus pendant cinq ans.

À lire : Dominique Strauss-Kahn : « Je suis résident fiscal au Maroc »

Parnasse International réalise des millions d’euros de bénéfices : 7,8 millions en 2014, 3,8 millions en 2016 et plus de 5 millions d’euros l’année suivante. À partir de la sixième année, les entreprises françaises doivent s’acquitter d’un impôt de 8,75 %, contre 30 % dans le reste du Maroc et 33,13 % en France au même moment. Après les cinq années d’exonération fiscale de la CFC, l’ancien directeur général du FMI transfère son entreprise de conseil dans une juridiction encore plus opaque aux Émirats arabes unis. Selon des documents confidentiels, il crée alors Parnasse Global Limited en avril 2018, aux Émirats arabes unis, un pays où il n’y a pas de registre public des entreprises. L’entreprise de DSK ne paie donc aucun impôt.

À lire : « Cash Investigation » s’intéresse à Dominique Strauss-Kahn

« L’administration fiscale a demandé un rendez-vous à mon client et il ne s’est rien passé depuis », a déclaré Jean Veil, l’avocat de l’ancien ministre de l’Économie. Et d’ajouter : « J’en déduis que l’administration a été convaincue qu’effectivement il était un résident fiscal marocain. Pour moi, c’était un dossier qui était clos. Quand il vient à Paris, c’est moins de six mois, il n’a pas d’enfant à Paris, son travail n’est pas en France, je ne vois pas les éléments qui permettent de justifier le fait que sa fiscalité serait fautive ».

Sujets associés : France - FMI - Evasion fiscale - Dominique Strauss-Kahn

Aller plus loin

Dominique Strauss-Kahn a failli devenir ministre au Maroc

Le nom de Dominique Strauss-Kahn (DSK) avait été évoqué dans l’entourage du roi Mohammed VI pour remplacer Mohamed Boussaid, ministre des Finances limogé par le souverain le 1ᵉʳ...

Dominique Strauss-Kahn : « Je suis résident fiscal au Maroc »

L’ancien patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn, dont le nom est cité dans l’affaire controversée des « Pandora Papers », répond à ses détracteurs. L’homme d’affaires français...

« Cash Investigation » s’intéresse à Dominique Strauss-Kahn

Alors qu’il était résident français en 2013, Dominique Strauss-Kahn a créé la société Parnasse International qu’il a enregistrée à Casablanca Finance City (CFC) au Maroc, zone...

Gérant d’une société à Casablanca, Dominique Strauss-Kahn cité dans « Pandora Papers »

L’ancien directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn, est cité dans l’enquête des « Pandora Papers  » - ces documents obtenus par le Consortium international des...

Ces articles devraient vous intéresser :

Évasion fiscale au Maroc : Seuls 2% des contribuables paient 80% de la TVA

La plupart des contribuables marocains ne paient pas leurs impôts, générant un manque à gagner important, de l’ordre d’un milliard de dirhams, à l’État marocain.

Le fisc marocain trouve une nouvelle méthode pour traquer les mauvais contribuables

Le fisc marocain affiche sa détermination à lutter contre l’évasion fiscale. Il a trouvé une nouvelle méthode pour traquer les fraudeurs et mauvais contribuables.

Recettes fiscales : le FMI fait des recommandations au Maroc

Le Maroc n’exploite pas totalement sa capacité fiscale, selon le Fonds monétaire international, qui estime que la part des recettes fiscales dans le produit intérieur brut (PIB) du pays demeure relativement faible.

Maroc : une croissance presque nulle en 2022

Le Fonds monétaire international (FMI) a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour le Maroc. Cette année, elle ressort à 0,8 % et devrait passer à 3,6 % en 2023, puis rebondir à 3,4 en 2024.

Le FMI confirme l’éligibilité du Maroc à une ligne de crédit

Le Maroc a entamé des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) sur une nouvelle ligne de précaution et de liquidité (LPL), a annoncé, vendredi, le représentant de l’institution financière au royaume, Roberto Cardarelli.

Traque aux fraudeurs : les influenceurs marocains dans le collimateur du fisc

La direction générale des impôts (DGI) vient d’adresser une mise en demeure aux influenceurs possédant des biens ou recevant de l’argent de l’étranger, les invitant à les déclarer et à payer l’impôt correspondant.

Dominique Strauss-Khan et son épouse radieux à Marrakech

Habitué du festival international du film de Marrakech, l’ancien directeur général du FMI Dominique Strauss-Khan accompagné de son épouse Myriam L’Aouffir, a marqué de sa présence la cérémonie d’ouverture de la 19ᵉ édition. Le couple a affiché un...

Le FMI confirme un prêt pour le Maroc

Le Maroc bénéficiera d’un prêt de 1,3 milliard de dollars du Fonds monétaire international (FMI) pour soutenir sa transition écologique et renforcer sa résilience face aux catastrophes naturelles.

Le Maroc va recourir au FMI pour renforcer ses réserves de change

Face à la détérioration de sa position extérieure, le Maroc sollicitera le soutien du Fonds monétaire international (FMI) pour renforcer ses réserves de change, selon Fitch Solutions.

Maroc : des sociétés écrans créées pour échapper au fisc

La Direction générale des impôts a découvert que plusieurs sociétés installées dans les provinces du sud, créent des « sociétés écran » pour exercer leurs activités commerciales en dehors de cette région. Une évasion fiscale qui ne dit pas son nom.