« Cash Investigation » s’intéresse à Dominique Strauss-Kahn

7 octobre 2021 - 20h20 - France - Ecrit par : A.P

Alors qu’il était résident français en 2013, Dominique Strauss-Kahn a créé la société Parnasse International qu’il a enregistrée à Casablanca Finance City (CFC) au Maroc, zone franche qui accorde aux entreprises étrangères des exonérations fiscales sur le bénéfice pendant les cinq premières années. Le magazine « Cash Investigation » consacre son édition qui sera diffusée ce jeudi sur France 2, à l’économie d’impôt réalisée par l’ancien patron du FMI au cours de cette période.

« DSK, enquête sur un homme d’influence ». C’est le titre du magazine « Cash Investigation » qui sera diffusée ce jeudi 7 octobre à 21 heures sur France 2. L’émission est consacrée à l’ancien ministre français de l’Économie, des finances et de l’industrie qui aurait fait d’énormes économies d’impôt en créant en 2013 au Maroc la société Parnasse International sous un régime fiscal spécial accordé aux entreprises étrangères enregistrées à la zone franche Casablanca City Fiance (CFC). Celles-ci sont exonérées d’impôt sur leurs bénéfices pendant cinq ans, informe France Info.

À lire : Dominique Strauss-Kahn : « Je suis résident fiscal au Maroc »

Ainsi, de 2013 à 2018, soit sur cinq années fiscales complètes, la société Parnasse International a économisé « 6 163 000 euros d’euros d’impôt sur les sociétés qu’elle aurait dû payer si elle avait été domiciliée en France », relève l’économiste spécialiste de la fiscalité, Ano Kuhanathan, sur la base des bilans comptables de la société auxquels « Cash Investigation » a eu accès. L’ancien patron du Fonds monétaire international (FMI) avait aussi apporté son expertise à l’État marocain lors de la formalisation du cadre juridique de la CFC, fait savoir la même source, précisant que pour cette prestation, la société Parnasse a reçu une rémunération de 2,4 millions d’euros.

La création de la CFC a valu au Maroc son inscription par l’Union européenne sur la liste grise des paradis fiscaux pendant quatre ans.

Sujets associés : France - Impôts - Dominique Strauss-Kahn

Aller plus loin

L’UE retire le Maroc de sa liste grise des paradis fiscaux

Le Maroc ne figure plus sur la liste grise des paradis fiscaux de l’Union européenne (UE). Ainsi en a décidé le Conseil des affaires étrangères de l’union ce lundi.

Dominique Strauss-Kahn : « Je suis résident fiscal au Maroc »

L’ancien patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn, dont le nom est cité dans l’affaire controversée des « Pandora Papers », répond à ses détracteurs. L’homme d’affaires français...

Gérant d’une société à Casablanca, Dominique Strauss-Kahn cité dans « Pandora Papers »

L’ancien directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn, est cité dans l’enquête des « Pandora Papers  » - ces documents obtenus par le Consortium international des...

DSK, résident fiscal marocain, à nouveau dans le collimateur de la justice française

Alors qu’il avait clamé haut et fort qu’il est résident fiscal marocain et rejeté les accusations d’évasion fiscale, l’ancien patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn, dont le nom...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le dilemme des MRE : vendre leurs biens ou se soumettre à l’échange fiscal

Des Marocains résidant à l’étranger (MRE) appellent à la suspension de l’accord multilatéral sur les échanges de renseignement automatiques des comptes financiers.

Dominique Strauss-Khan et son épouse radieux à Marrakech

Habitué du festival international du film de Marrakech, l’ancien directeur général du FMI Dominique Strauss-Khan accompagné de son épouse Myriam L’Aouffir, a marqué de sa présence la cérémonie d’ouverture de la 19ᵉ édition. Le couple a affiché un...

Bonne nouvelle pour les automobilistes marocains

La Direction Générale des Impôts (DGI) vient de faire une fleur aux automobilistes marocains en ce qui concerne la Taxe Spéciale Annuelle sur les Véhicules (TSAV).

Netflix, Spotify... Le Maroc serre la vis

Selon la loi de finances 2024, les fournisseurs de services non-résidents au Maroc ont désormais l’obligation de s’enregistrer sur la plateforme dédiée et d’obtenir un identifiant fiscal.

Le Maroc veut faire payer les géants du Web

Le gouvernement marocain est préoccupé par la réglementation fiscale des géants du numérique. Dans ce sens, il propose de nouvelles obligations fiscales dans le cadre du projet de loi de Finances (PLF) de l’exercice 2024.

Cafés et restaurants marocains : au bord de la faillite, ils appellent à l’aide

Au Maroc, les propriétaires de cafés et restaurants dont le secteur est au bord du gouffre plaide pour un allègement fiscal. Les taxes et impôts imposés par certaines communes tuent leurs commerces.

Le Maroc s’attaque aux avoirs non déclarés à l’étranger

Au Maroc, les personnes qui sont en infraction à la réglementation des changes et à la législation fiscale sont visées par une nouvelle opération de régularisation.

Promoteurs immobiliers au Maroc : le fisc lance une opération coup de poing

La Direction générale des impôts (DGI) va lancer prochainement une vaste opération de contrôle et d’inspection visant les grandes entreprises et notamment les promoteurs immobiliers ayant eu recours à des pratiques frauduleuses pour bénéficier...

Office des changes au Maroc : du nouveau pour l’e-commerce

Les jeunes entreprises innovantes en nouvelles technologies ont désormais une dotation commerce électronique plafonnée à un million de dirhams par année civile, selon la version 2024 de l’Instruction générale des opérations de change (IGOC).

Maroc : L’envers du décor du statut d’auto-entrepreneur

Quelques années après son adoption, la loi n° 114-13 du 19 février 2015 relative au statut de l’autoentrepreneur a montré ses limites. Seuls les chefs d’entreprise du royaume en tirent grand profit.