Gérant d’une société à Casablanca, Dominique Strauss-Kahn cité dans « Pandora Papers »

5 octobre 2021 - 17h00 - France - Ecrit par : S.A

L’ancien directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn, est cité dans l’enquête des « Pandora Papers  » - ces documents obtenus par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ)- pour avoir délocalisé son entreprise de conseil à Casablanca avant de la transférer dans les Émirats arabes unis.

L’émission Cash Investigation a diffusé une enquête consacrée aux activités et à la localisation de la société de l’ancien ministre socialiste, Dominique Strauss-Kahn reconverti dans le conseil aux entreprises et aux gouvernements. Il avait créé en septembre 2012 la société Parnasse basée dans le VIᵉ arrondissement de Paris. L’année suivante, il crée au Maroc la société de conseil Parnasse International et l’installe à Casablanca dans la zone franche Casablanca Finance City (CFC). Comme toute entreprise française basée dans cette zone, sa société est exonérée d’impôt sur les revenus pendant cinq ans.

À lire : La princesse Lalla Hasna citée dans l’enquête des « Pandora Papers »

Parnasse International réalise des millions d’euros de bénéfices : 7,8 millions en 2014, 3,8 millions en 2016 et plus de 5 millions d’euros l’année suivante. À partir de la sixième année, les entreprises françaises doivent s’acquitter d’un impôt de 8,75 %, contre 30 % dans le reste du Maroc et 33,13 % en France au même moment. Selon les calculs de l’économiste spécialiste de la fiscalité Ano Kuhanathan, « sur cinq années fiscales complètes, on arrive à environ 6,163 millions d’euros d’impôts sur les sociétés, que son entreprise aurait dû payer si elle avait été domiciliée en France ».

À lire : Dominique Strauss-Kahn : « Je suis résident fiscal au Maroc »

Après les cinq années d’exonération fiscale de la CFC, l’ancien directeur général du FMI transfère son entreprise de conseil dans une juridiction encore plus opaque aux Émirats arabes unis. Selon des documents confidentiels, il crée alors Parnasse Global Limited en avril 2018, en sollicitant l’expertise de la société SFM, l’un des leaders à Dubaï de la création d’entreprises offshore dont le slogan est « simple, rapide et efficace ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Impôts - Dominique Strauss-Kahn

Aller plus loin

Un nouveau gérant au Cocci Market de Betz, face au château de Mohammed VI

Rachid Benaomar, propriétaire du Rapid Market de Nanteuil-le-Haudouin, va devenir le nouveau gérant du Cocci Market, une supérette située en face du château de Betz, résidence...

Dominique Strauss-Kahn a failli devenir ministre au Maroc

Le nom de Dominique Strauss-Kahn (DSK) avait été évoqué dans l’entourage du roi Mohammed VI pour remplacer Mohamed Boussaid, ministre des Finances limogé par le souverain le 1ᵉʳ...

L’UE retire le Maroc de sa liste grise des paradis fiscaux

Le Maroc ne figure plus sur la liste grise des paradis fiscaux de l’Union européenne (UE). Ainsi en a décidé le Conseil des affaires étrangères de l’union ce lundi.

Dominique Strauss-Kahn : « Je suis résident fiscal au Maroc »

L’ancien patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn, dont le nom est cité dans l’affaire controversée des « Pandora Papers », répond à ses détracteurs. L’homme d’affaires français...

Ces articles devraient vous intéresser :

TVA : la fraude qui coûte très cher au Maroc

La fraude à la TVA coûte chaque année entre 1 et 1,2 milliard de dirhams à l’État, a révélé Younes Idrissi Kaitouni, le directeur général des Impôts (DGI), lors de la présentation de son plan stratégique pour la période 2024-2028.

Netflix, Spotify... Le Maroc serre la vis

Selon la loi de finances 2024, les fournisseurs de services non-résidents au Maroc ont désormais l’obligation de s’enregistrer sur la plateforme dédiée et d’obtenir un identifiant fiscal.

Les influenceurs marocains vont payer l’impôt sur le revenu

Le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekjaâ, a donné des éclaircissements sur la taxation des revenus perçus par les influenceurs.

Maroc : Le secteur de la franchise en danger de mort

La fermeture en série des franchises dans les grandes villes du Maroc inquiète Mohamed el Fane, le président de la Fédération marocaine de la franchise (FMF). Il appelle l’État à soutenir ce secteur qui se meurt.

Évasion fiscale au Maroc : Seuls 2% des contribuables paient 80% de la TVA

La plupart des contribuables marocains ne paient pas leurs impôts, générant un manque à gagner important, de l’ordre d’un milliard de dirhams, à l’État marocain.

Dominique Strauss-Kahn a failli devenir ministre au Maroc

Le nom de Dominique Strauss-Kahn (DSK) avait été évoqué dans l’entourage du roi Mohammed VI pour remplacer Mohamed Boussaid, ministre des Finances limogé par le souverain le 1ᵉʳ aout 2018.

Le Maroc veut faire payer les géants du Web

Le gouvernement marocain est préoccupé par la réglementation fiscale des géants du numérique. Dans ce sens, il propose de nouvelles obligations fiscales dans le cadre du projet de loi de Finances (PLF) de l’exercice 2024.

La DGI aux trousses des auteurs de fausses factures

La direction générale des impôts (DGI) veut en finir avec la fraude à la fausse facture. Une pratique qui prend de l’ampleur et n’épargne aucun secteur d’activité ni région du pays.

Maroc : du changement pour l’impôt sur le revenu foncier

La loi de finances 2023 a établi un nouveau régime fiscal en matière d’impôt sur le revenu au titre des profits fonciers. Objectif, permettre aux contribuables prévoyant de céder leurs biens immeubles ou de droits réels s’y rattachant, de solliciter un...

Maroc : comment des consultants échappent à l’impôt

Au Maroc, des ingénieurs et autres consultants en informatique ont trouvé la formule pour échapper au fisc. Ils proposent de manière informelle leurs services aux grandes entreprises qui les paient via des intermédiaires.