Dounia et Adnane Filali : la France refuse l’asile politique

5 juin 2023 - 16h17 - France - Ecrit par : P. A

La France a refusé l’asile à Dounia et Adnane Filali, deux youtubeurs marocains qui affirment être persécutés par les autorités marocaines, au motif qu’ils disposent déjà de « passeports de réfugiés de l’ONU et sont reconnus depuis longtemps comme politiquement persécutés ».

Le couple a obtenu en 2021 le statut de réfugié politique auprès du Haut-commissariat des Nations Unies en Chine. Ils sont ensuite arrivés en France « après l’attaque de leur domicile par un agent marocain », explique leur avocat, Olfa Ouled, lors d’une conférence de presse animée le 29 mai à Paris. La décision de refus d’asile par la France aurait été prise le 4 novembre 2021, après la réception par Paris d’un rapport de la Direction générale de la sécurité des systèmes d’information (DGSSI) relevant du ministère marocain de la Défense nationale, fait savoir El Español.

Après deux ans en situation irrégulière en France, les deux youtubeurs ont entamé vendredi une grève de la faim. « Nous ne nous arrêterons pas tant que nous ne serons pas en sécurité et que nos droits en tant que réfugiés ne seront pas respectés », ont-ils indiqué dans un communiqué. Le couple demande de l’aide aux organismes compétents et États démocratiques « pour se réinstaller dans un pays sûr, qui respecte [leurs] droits en tant que réfugiés politiques, [leur] dignité en tant que personne et [leur] liberté d’expression ».

À lire : Deux ans de prison ferme pour un couple de Youtubeurs marocains

Cette décision des institutions françaises est « discriminatoire » et viole l’article R-531-7 régissant le droit d’asile, assure dans un communiqué daté du 18 avril, l’Association de défense des droits de l’homme au Maroc (ASDHOM), basée à Paris. Son président, Said Soughty, présent à la conférence de presse de vendredi, a appelé les autorités françaises à agir « en toute indépendance » et à assurer « la protection de leur intégrité physique et morale dans le respect des conventions internationales protégeant le droit à la vie et le droit d’asile ».

Adnane et Dounia désignent les autorités françaises comme « complices » des autorités marocaines. « Au lieu d’appliquer la loi et le droit international, la France préfère préserver ses relations bilatérales avec le Maroc de la manière la plus indigne qui soit », affirment-ils. « Nous n’avons pas le droit d’avoir un avocat, les plaintes sont rejetées au bout de 24 heures, nous n’avons pas les conditions matérielles d’hébergement… et nous n’avons pas le droit de travailler », dénonce Dounia, soulignant que la grève de la faim est « la dernière alternative » pour lutter contre « l’oppression insupportable » des autorités françaises.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Youtube

Aller plus loin

Un Tiktoker arrêté pour offense au roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont arrêté à Tétouan, Mohamed Malali, un célèbre influenceur et Tiktoker, pour avoir proféré des insultes contre le royaume et ses symboles dans l’une...

Deux ans de prison ferme pour un couple de Youtubeurs marocains

Poursuivis par le tribunal de première instance de Témara, pour atteinte à la pudeur, la youtubeuse Fatiha et son mari ont été finalement condamnés, mercredi, à deux ans de...

L’Espagne refuse l’asile à un champion marocain de kickboxing

La chambre administrative de l’Audience nationale vient de rejeter le recours formé par un jeune Marocain, demandeur d’asile, contre la décision du ministère de l’Intérieur lui...

Suisse : mauvaise nouvelle pour les demandeurs d’asile marocains

La Suisse pilote un projet qui prévoit de réduire le nombre de demandes d’asile en provenance du Maroc, de la Tunisie, de l’Algérie et de la Libye dans le cadre d’une procédure...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les influenceurs marocains traqués par le Fisc

Les influenceurs marocains sont dans le viseur de la direction générale des impôts, qui a déployé de grands moyens pour lutter contre la fraude et la sous-déclaration.

Salma Rachid sous le feu des critiques

Salma Rachid est la cible d’attaques sur les réseaux sociaux. De nombreux internautes fustigent l’arrogance de la chanteuse de la pop marocaine.

Saad Lamjarred sanctionné par Youtube ?

Le chanteur marocain Saad Lamjarred explique les raisons qui seraient derrière la baisse inquiétante du nombre de vues de ses chansons sur la plateforme YouTube.

Cheikh Mohammed Al Fizazi critique vivement la série de Mohamed Bassou

Le président de l’Association marocaine de la Paix et de la Transmission, Cheikh Mohammed Al Fizazi, a critiqué le comédien Mohammed Bassou pour sa série « Si Al Kala » diffusée sur sa page YouTube pendant ce mois de Ramadan, estimant qu’il ne fait que...

Maroc : les avertissements de la DGI aux influenceurs

Les influenceurs marocains sont sommés par la Direction générale des impôts (DGI) de déclarer leurs revenus et de payer leurs impôts. Ils ont reçu des lettres de relance, certainement le dernier avertissement avant la phase de répression.

Buzz, fric et clashs : La (mauvaise) recette des artistes marocains

De plus en plus d’artistes marocains se tournent vers les réseaux sociaux, notamment Instagram et TikTok, pour interagir avec leur public et générer des revenus. Cette tendance suscite toutefois des critiques, certains pointant du doigt le recours à...

"YouTube", l’autre source de revenus des artistes marocains

De nombreux artistes marocains se tournent vers la plateforme YouTube qui est devenu un moyen pour eux de gagner de l’argent et d’éviter la marginalisation.

YouTube : des Marocains gagnent jusqu’à 100 000 dirhams par mois, le fisc en alerte

Au Maroc, les services de la Direction générale des impôts (DGI) ont adressé un avis aux influenceurs, des youtubeurs et aux créateurs de contenus pour les appeler à déclarer leurs revenus et à payer leurs impôts.

Attaque contre l’artiste marocain Hatim Ammor

L’artiste marocain Hatim Ammor affirme avoir été victime d’une tentative de piratage de sa chaîne officielle YouTube. Dans une publication partagée sur son compte Instagram, l’auteur de la célèbre chanson « Ana El Awal » a expliqué que cette tentative...

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.