L’eau Aïn Ifrane ne trouve pas encore de repreneur

26 août 2022 - 17h00 - Economie - Ecrit par : A.T

Le groupe Castel est activement à la recherche d’un repreneur pour la marque d’eau Aïn Ifrane, sans succès pour l’instant. Les discussions avec des opérateurs locaux et internationaux via une banque d’affaires n’ont visiblement pas encore abouti.

Le groupe français, spécialisé dans la fabrication et la commercialisation de bières et boissons gazeuses en Afrique, a annoncé la cession de ses marques d’eau africaines, dont la Marocaine Aïn Ifrane. Selon la direction, l’eau n’est plus stratégique pour le groupe en raison de la concurrence exponentielle de ce marché.

A lire : L’eau Aïn Ifrane est à vendre

Concernant l’opération, le groupe avait indiqué en juin dernier, « qu’il a effectivement reçu des manifestations d’intérêts pour la cession de ladite filiale », tout en précisant qu’« à ce stade, il n’y a pas de discussion ou d’éléments probants justifiant la publication d’une information importante conformément à la réglementation boursière. »

Toutefois, à cette date, les prix proposés ne correspondent pas aux prétentions du brasseur, rapporte Le Matin, rappelant que l’idée de céder Aïn Ifrane date déjà de 2017. « À l’époque, le groupe Sotherma avait exprimé sa volonté de mettre la main sur la marque Aïn Ifrane. Mais la transaction n’avait jamais abouti », indiquent des sources citées par le journal. Pour rappel, La marque détient près de 10% de parts de marché et dispose d’un outil industriel viable en plus d’une clientèle bien établie.

Sujets associés : Eau - Alimentation

Aller plus loin

Boissons sucrées : vers une augmentation de la taxe au Maroc

La taxe intérieure de consommation (TIC) sur de nouveaux produits sucrés pourrait augmenter. C’est du moins ce qu’envisagent les deux chambres du Parlement qui ont tenu une...

L’eau Aïn Ifrane est à vendre

Le groupe français Castel, spécialisé dans la fabrication et la commercialisation de bières et boissons gazeuses en Afrique, envisage de céder ses marques d’eau africaines, dont...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : une commission mise en place pour la gestion de l’approvisionnement en eau potable

La question liée à la gestion de l’approvisionnement en eau potable a fait l’objet d’une réunion présidée par le Chef du Gouvernement, Aziz Akhannouch.

Ultimatum pour Veolia au Maroc après la fusion avec Suez

Au Maroc, Veolia, géant français de l’eau et de la gestion des déchets, est dans de sales draps. À l’origine de ses ennuis, la cession de la Lyonnaise des eaux de Casablanca (Lydec), ex-filiale marocaine de Suez chargée de la distribution d’eau et...

Le Maroc face au défi de l’eau et de l’hygiène après le séisme

L’eau et l’hygiène dans les campements, où vivent désormais sous des tentes les sinistrés du séisme dévastateur du 8 septembre au Maroc, constituent un enjeu majeur pour les autorités du royaume.

Pénurie d’eau : le Maroc bénéficie d’un projet européen

Pour prévenir la pénurie d’eau en temps de sécheresse dans les pays du bassin méditerranéen, dont le Maroc, le projet « Elargissement inclusif des actions de restauration des agroécosystèmes méditerranéens » (REACT4MED) a été miss en place.

Le Maroc limite la production de pastèque

Face à la pire sécheresse qu’il connaît depuis quatre décennies, le Maroc prend des mesures pour réglementer la production de pastèques qui nécessite une importante quantité d’eau.

Une entreprise canadienne pour le traitement des rejets de la station de Bouregreg

Aquatech Maroc, filiale du groupe Aquatech International basé au Canada, a été retenue au terme de la procédure de sélection de l’entreprise qui aura en charge la gestion et l’exploitation des installations et ouvrages de l’unité de traitement des...

Maroc : une croissance paradoxale entre exportations et importations d’avocats

Alors que le Maroc produit de plus en plus d’avocat, devenant l’un des principaux fournisseurs en Europe, la part des importations continuent de croître.

Pénurie de lait : les Marocains prennent d’assaut les magasins

Pour contrer la ruée des Marocains vers le lait, plusieurs supermarchés ont décidé de limiter sa vente. Une mesure censée éviter des ruptures de stock.

La Banque mondiale alerte sur le risque de « stress hydrique » et de sécheresse au Maroc

Le Maroc est menacé par le « stress hydrique », des déficits pluviométriques réguliers et la sécheresse, a alerté la Banque mondiale qui souligne que ces facteurs auront « à long terme » un impact « grave » sur l’économie du royaume.

Maroc : les prix des fruits et légumes atteignent des sommets

Au Maroc, les prix des fruits et légumes continuent d’augmenter et de peser sur le budget mensuel des Marocains en raison notamment des exportations.