L’enseignement de l’arabe divise toujours les Français

19 octobre 2020 - 18h00 - France - Ecrit par : J.K

L’enseignement de l’arabe dans les écoles françaises a pendant longtemps été perçu comme l’enseignement du Coran aux élèves. Cette fois, c’est la proposition d’Emmanuel Macron, visant à encourager l’apprentissage de l’arabe à l’école qui a encore attisé la polémique à droite et à l’extrême droite.

C’est une idée "ridicule", a déclaré l’ancien ministre de l’Education, Luc Ferry. Une "lâcheté et une faute", a ajouté le député de LR Aurélien Pradié", ou pire encore, une "honte", a dénoncé Steeve Briois, le vice-président du Rassemblement national. C’est le bal des positions.

Nicolas Dupont-Aignan, président du parti Debout la France, n’y a vu qu’une tentative d’"arabisation de la France". En 2018, l’ouverture du ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer à l’apprentissage de cette langue, a essuyé le coup de gueule du président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, qui prête ainsi au gouvernement l’intention de "Rendre obligatoire l’arabe dès le primaire ", alors que nulle ombre d’obligation n’apparaît dans les propos de Jean-Michel Blanquer.

"Politiquement, la question de l’enseignement de l’arabe est très difficile à porter" a indiqué Françoise Lorcerie, sociologue à l’Institut de recherches sur le monde arabe et musulman de l’université Aix-Marseille.

Même si l’arabe est une filière d’excellence à l’Université, dans le secondaire, à la rentrée 2019, seulement 14 900 collégiens et lycéens ont suivi des cours d’arabe, sur un total de plus de 5,6 millions d’élèves, soit 0,3% des élèves, a affirmé le ministère de l’Education nationale. Dans le premier degré, l’enseignement de l’arabe est encore plus marginal. Seulement 0,1% des élèves suivent les cours d’arabe contre 96,4% pour l’anglais, fait savoir Franceinfo.
L’arabe est souvent associé à la religion, au passé sanglant de l’époque coloniale et aux mauvais souvenirs de certaines familles issues de l’immigration.

"Il faut arrêter de diaboliser l’arabe, de dévaloriser cette langue et de voir en elle un problème " a conclu Françoise Lorcerie pour un tant soit peu, apaiser le débat autour de l’enseignement de l’arabe à l’école.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Intégration - Education - Etude

Aller plus loin

Nouvel accord France-Maroc sur l’enseignement de l’arabe

L’accord signé entre le Maroc et la France sur l’enseignement de la langue arabe s’est invité au Conseil de gouvernement, jeudi. Réuni sous la présidence de Saad Dine El...

France : un maire interdit les cours d’arabe dans les écoles de sa commune

Eric Le Dissès, maire de Marignane, refuse de mettre à disposition les classes de deux écoles de sa commune pour des cours d’arabe, à la suite d’une demande de parents d’élèves....

Un tribunal français interdit l’enseignement de l’arabe dans une école au Maroc

Saisie pour faire annuler l’introduction de deux heures de cours d’arabe supplémentaires, la cour administrative d’appel de Paris a donné raison aux parents d’élèves de l’école...

Emmanuel Macron parle séparatisme avec les représentants du CFCM

Le président français Emmanuel Macron a évoqué avec Mohammed Moussaoui et Ibrahim Alci, respectivement président et vice-président du CFCM, plusieurs dossiers relatifs au culte...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...

Université Paris-Dauphine : propos racistes envers une étudiante voilée

Une étudiante voilée a été victime de propos racistes de la part d’une intervenante du jury lors d’une soutenance de fin d’année à l’Université Paris-Dauphine.

Pénurie de médecins au Maroc : Le système de santé à bout de souffle

La pénurie de médecins persiste au Maroc. Par ailleurs, la réduction de la durée de formation en médecine suscite actuellement une vive protestation de la part des étudiants.

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.

Après le séisme, le défi éducatif du Maroc sous les tentes

Après le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre, les enfants marocains se rendent à l’école et reçoivent les cours sous des tentes. Certains ont du mal à s’adapter, tandis que d’autres tentent d’« oublier la tragédie ».

L’anglais s’impose peu à peu dans l’école marocaine

Petit à petit, l’insertion de l’anglais dans l’enseignement se généralise au Maroc. Après le primaire, c’est au tour du collège, selon un communiqué du ministère de l’Éducation nationale dès la prochaine année scolaire.

Vacances scolaires : alerte d’Autoroute du Maroc

La Société Nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) a recommandé aux usagers de se renseigner sur l’état du trafic à l’occasion des vacances scolaires qui débutent ce week-end.

Maroc : des centres pour former les futurs mariés

Aawatif Hayar, la ministre de la Solidarité, de l’intégration sociale et de la famille, a annoncé vendredi le lancement, sur l’ensemble du territoire du royaume, de 120 centres « Jisr » dédiés à la formation des futurs mariés sur la gestion de la...

Maroc : constat inquiétant pour les élèves

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié les résultats du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) pour 2022, révélant des difficultés majeures dans l’apprentissage au sein de l’école...

Maroc : l’enseignement de l’anglais au collège généralisé

L’enseignement de l’anglais sera généralisé dans les collèges au Maroc dès la rentrée scolaire 2023-2024, a annoncé dans une note Chakib Benmoussa, le ministre de l’Éducation nationale, du préscolaire et des sports.