Recherche

France : panique après la disparition des radars d’un avion en provenance du Maroc

© Copyright : DR

9 février 2019 - 10h50 - Maroc

Un Rafale a dû franchir le mur du son, dans l’Oise, provoquant ainsi une détonation qui a fait trembler des maisons et paniquer des habitants. On pensait à une explosion. En cause de cet empressement, un avion de tourisme en provenance du Maroc ayant eu une panne de radio.

Jeudi dernier, dans la région de Compiègne, un énorme bruit dans la nuit, et quelques secousses, ont fait croire aux habitants à une explosion dans une usine. Via les réseaux sociaux, nombreux sont les internautes qui se sont inquiétés. Mais il n’en était rien. Il s’agissait en fait d’un Rafale partant rattraper un avion de tourisme en provenance du Maroc et en direction de Belgique. Ne répondant pas, et devenu de ce fait « douteux », l’Armée française a envoyé un avion de chasse sur place.

Un habitant de Thourotte a déclaré à Franceinfo : « J’ai entendu un gros boum, ma maison a tremblé. » Voyant s’installer un mouvement de panique, la préfecture de l’Oise a mis les points sur les i peu après l’évènement, à travers Twitter : « Une forte détonation a été entendue dans la partie est de #Oise aux alentours de 21h55. Un aéronef militaire a passé le mur du son à cette heure là. Merci de ne pas diffuser de fausses informations. »

Puis c’est au tour du ministre des Armées de donner les détails : « Dans la soirée du jeudi 7 février vers 21h40 locale, un aéronef en provenance du Maroc et à destination de la Belgique, a perdu le contact radio avec les contrôleurs aériens français. Afin de lever le doute sur son comportement, et dans le cadre de sa mission permanente de sûreté de l’espace aérien national, l’armée de l’air a fait décoller un de ses aéronefs en alerte H24 - 7/7 ».

Le ministère français des armées précise également que le Rafale a décollé de la base aérienne de Saint-Dizier pour franchir le mur du son vers 21h55 à 13 000 mètres d’altitude.

Bladi.net

Bladi.net - 2019 - Archives - A Propos - Contact