Journée marocaine au Sénat espagnol

2 mai 2007 - 18h44 - Espagne - Ecrit par : L.A

Les travaux de la séance du jeudi dernier au Sénat espagnol ont été marqués par la multitude de questions concernant le Maroc. Normal, cela fait des années que ce dernier fait partie de la politique interne de l’Espagne.

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos, a magistralement fait face à une rafale de questions ayant trait aux relations entre le Maroc et l’Espagne devant le Sénat, jeudi dernier.

Accusé par certains membres de la Chambre haute du Parlement espagnol de s’être « aligné sur la position marocaine aux dépens des droits des Sahraouis », M. Moratinos a répondu que son gouvernement « n’est pas tenu de prendre parti pour le Polisario mais pour le peuple sahraoui ». Le chef de la diplomatie espagnole a indiqué que certains membres du Sénat font une confusion entre le fait de s’attacher au droit de la population sahraouie à l’autodétermination et la reconnaissance de la chimérique république créée par le Polisario. « On ne peut pas revendiquer le libre exercice de l’autodétermination et, au même temps, reconnaître un Etat, car la population sahraouie ne s’est pas encore exprimée », a déclaré M. Moratinos.

Mais le thème du Sahara n’était pas l’unique sujet concernant le Maroc sur lequel le responsable espagnol avait été interrogé par les dizaines de sénateurs qui se sont succédé à la tribune, le 26 avril. Le diplomate espagnol a aussi été interpellé sur la question de la délimitation des frontières maritimes entre le Maroc et les Îles Canaries. Il faut rappeler qu’une commission technique mixte, qui a été créée pour se pencher sur cette question, a tenu 8 réunions depuis janvier 2003 et que la dernière réunion remonte à 2005. Faisant suite à la demande des sénateurs de l’archipel, le chef de la diplomatie espagnole a promis de transmettre au Maroc la volonté de l’Espagne de réunir très prochainement ladite commission.

M. Moratinos ne sera pas l’unique ministre bombardé de questions sur le Maroc. Les Canariens reviendront à la charge mais contre le ministre de l’Industrie, Joan Clos, à qui ils demanderont d’expliquer les mesures prises par le gouvernement central suite à l’annonce par son homologue marocain de son intention de construire une centrale nucléaire « à quelque 200 km de l’archipel ». M.Clos a répondu que son gouvernement fera tout son possible pour que la future centrale nucléaire marocaine soit de la troisième ou quatrième génération qui sont de sécurité passive ». Ce qui signifie qu’en cas de problème, elles s’arrêtent automatiquement. « Tout ce que nous pouvons faire dans le cadre de la coopération entre l’Espagne et le Maroc pour que ce soit une centrale nucléaire de nouvelle technologie, nous le ferons, même si c’est plus cher », a indiqué le ministre espagnol, tout en précisant que tout se fera dans le cadre du respect de la souveraineté marocaine.

Aujourd’hui le Maroc - Omar Dahbi

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Diplomatie

Ces articles devraient vous intéresser :

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...