"Instruisez-vous, les Maghrébins ne sont pas des Arabes"

21 juin 2020 - 18h00 - Monde - Ecrit par : S.A

Des internautes des pays de la péninsule arabique tentent de "corriger l’histoire" sur Twitter. Ils insistent et persistent : "les Maghrébins ne sont pas des Arabes".

Une nouvelle carte du monde arabe a été publiée sur le réseau social excluant les Maghrébins du monde arabe. Il a été indiqué qu’ils sont d’origine berbère (amazighe). Les Egyptiens, eux, sont considérés comme des coptes.

À l’origine de cette nouvelle carte arabe, des heurts entre des membres de la communauté maghrébine et quelques-uns de la communauté tchétchène dans le quartier des Grésilles à Dijon dans l’ouest de la France, il y a quelques jours. Ces violences font suite à un passage à tabac d’un Tchétchène dans un bar à chicha. Ces affrontements ont eu un large écho sur Twitter. Ce qui a agacé les internautes arabes c’est que les tweets parlaient de violences entre des gangs tchétchène et arabe.

"Les Arabes sont une race supérieure. Ceux qui parlent arabe ne peuvent pas devenir arabes […] Les Arabes existent uniquement dans la péninsule arabique", réagit un internaute sur Twitter. "Les Arabes sont seulement dans la péninsule arabique […] Les Nord-africains, ne sont pas Arabes, le Maroc, l’Algérie bla bla bla ne sont pas Arabes. Les Arabes sont originaires des pays riches et ce ne sont pas des réfugiés", commente un autre.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Amazigh - Algérie - Tunisie - Dijon - Twitter (X)

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Roi Mohammed VI instaure le Nouvel An Amazigh comme jour férié au Maroc

Le Nouvel An Amazigh sera désormais un jour férié officiel au Maroc, selon une décision qui vient d’être prise par le roi Mohammed VI.

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.

Des erreurs sur les panneaux d’autoroutes marocaines

Le député Kamal Ait Mik, membre du groupe parlementaire du Rassemblement national des indépendants (RNI) à la Chambre des conseillers, a relevé des erreurs dans l’écriture des mots amazighs sur les panneaux de signalisation routière.

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.

Nouvel an amazigh au Maroc : ce sera le 14 janvier

La date du nouvel an Amazigh au Maroc est désormais connue. Elle vient d’être définie par le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, et ce sera le 14 janvier. Ce jour sera donc chômé et payé.

Publicité : Twitter va partager ses revenus avec ses utilisateurs au Maroc

Twitter a décidé de partager ses revenus publicitaires avec ses créateurs de contenus au Maroc, en Jordanie, en Israël, aux Émirats arabes unis, afin de rendre plus attractif le réseau social au moment où, il est fortement concurrencé par Threads.

« Tu mourras dans la douleur » : des féministes marocaines menacées de mort

Au Maroc, plusieurs féministes, dont des journalistes et des artistes, font l’objet d’intimidations et de menaces de mort sur les réseaux sociaux, après avoir appelé à plus d’égalité entre l’homme et la femme dans le cadre de la réforme du Code de la...

Maroc : de grands pas vers l’officialisation de l’amazigh

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch franchit de grands pas vers l’officialisation de l’amazigh, mais des efforts considérables restent à fournir pour que la langue retrouve sa place qui lui est échue.

Maroc : l’Amazigh reconnue officiellement comme une langue de travail

Les autorités marocaines ont procédé mardi au lancement officiel des procédures qui vont permettre l’intégration de l’Amazigh dans les administrations publiques. La cérémonie a été présidée par le chef du gouvernement Aziz Akhannouch.

Maroc : moins de français dans les administrations

Les Marocains souffrent de la prédominance de la langue française dans les transactions informatiques des administrations marocaines. Tel est le constat fait par le groupe parlementaire du Rassemblement national des Indépendants (RNI), qui appelle la...