Recherche

Maroc : des Algériens mettent la main sur des données confidentielles

© Copyright : DR

4 décembre 2021 - 18h00 - Maroc - Par: A.P

Un ingénieur d’État en service à l’ISESCO et en charge de la gestion du site internet de l’organisation, a trafiqué les serveurs du site et fourni des dossiers confidentiels à une trentaine de personnalités dont des Algériens. Il a été placé en détention préventive.

L’ingénieur est accusé d’avoir divulgué des informations confidentielles à plusieurs personnalités dont le ministre algérien de l’Éducation nationale, Abdelhakim Belabed. Après enquête, il aurait transmis ces données sensibles à 33 personnalités membres de l’organe exécutif de l’ISESCO, fait savoir le quotidien Assabah. Le parquet du tribunal de première instance de Rabat a décidé de le poursuivre pour menaces de mort et plusieurs autres chefs d’inculpation. Son procès s’ouvre la semaine prochaine. Une autre personne est poursuivie en état de liberté dans la même affaire.

À lire : Maroc : arrêté pour avoir diffusé des rumeurs sur le coronavirus

Les agissements de l’ingénieur ont été découverts par l’unité de lutte contre le crime informatique de la préfecture de police de Rabat en collaboration avec le laboratoire national d’analyse des traces numériques. En charge de la conduite des réunions en visioconférence de l’organisation, le mis en cause serait entré en contact avec un ancien fonctionnaire tunisien qui lui aurait fourni les codes d’accès aux serveurs, ce qui lui a permis d’accéder aux dossiers sensibles qu’il transférait par e-mail aux personnalités et via près de 30 groupes whatsapp créés. Il changeait régulièrement de numéro de téléphone pour éviter de se faire attraper.

À lire : Maroc : un fonctionnaire arrêté pour atteinte aux sacralités de l’islam

Selon l’équipe technique de la DGSN en charge de l’enquête, le mis en cause aurait même envoyé des menaces de mort au directeur de l’ISESCO et à sa femme. Il aurait aussi diffamé des fonctionnaires de l’organisation sur les réseaux sociaux. Malgré les preuves accablantes contre lui, l’ingénieur nie toujours les faits. Il ne reconnaît pas avoir fourni des informations au ministre algérien de l’Éducation et refuse de répondre à d’autres questions. Sa femme, d’origine tunisienne, a confié avoir reçu un appel de l’ancien fonctionnaire tunisien qui aurait aidé son mari, confirmant avoir été informé de l’arrestation de ce dernier par une personnalité résidant à Rabat.

Mots clés: Arrestation , Rabat

Bladi.net

Bladi.net - 2022 - - A Propos - Contact