Maroc : très très chère huile d’olive

24 août 2023 - 23h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

En hausse depuis plusieurs mois, le prix du litre de l’huile d’olive devrait atteindre 100 dirhams cette saison. En cause, la sécheresse qui sévit dans le royaume et affecte les principales régions productrices d’olives.

De nombreux agriculteurs ont exprimé des inquiétudes quant à la production d’olives, qui nécessite une quantité importante d’eau, en cette période de sécheresse sévère. Ils redoutent une augmentation des prix de l’huile d’olive du fait de cette situation. L’année dernière, le litre d’huile d’olive avait coûté entre 75 et 80 dirhams et pourrait atteindre au moins 100 dirhams cette saison en raison des conditions météorologiques défavorables pour la production et des difficultés liées à la récolte, au transport, etc.

« De nombreux propriétaires d’exploitations agricoles dans la région sont pessimistes quant à la productivité de cette année. Une partie des agriculteurs espère encore pour les deux mois qui restent pour la saison, de nouvelles précipitations. Mais de toutes façons, la production dans son ensemble ne sera pas abondante », a déclaré à Hespress Ahmed Moufid, un agriculteur de la banlieue de Taza, soulignant que si « les prix actuels à Taza, lieu de production, oscillent entre 75 et 80 dirhams », ils atteignent déjà « 90 dirhams dans des villes comme Rabat, Casablanca et Tanger » et pourraient « dépasser les 100 dirhams si la situation perdure ».

À lire : Huile d’olive au Maroc : prix élevés et fraude en vue

La situation est préoccupante, confirme Abdelaziz Tidili, négociant en huile d’olive d’El-Atawiya, à la périphérie de Kalaat Sraghna, précisant que « le prix des olives a récemment atteint des niveaux records, le kilo atteignant 12 dirhams dans l’arbre avant même d’être cueilli ». La sécheresse a affecté cette année la production et « il y aura à nouveau un écart entre l’offre et la demande », alerte-t-il, ajoutant que cette situation pourrait faire de l’huile d’olive « un produit destiné aux classes moyennes ou riches » et favoriser l’arrivée des « huiles frelatées » sur le marché.

Pour rappel, Mohammed Sadiki, le ministre en charge de l’Agriculture avait rencontré en septembre les responsables de la Fédération interprofessionnelle marocaine de l’olive (INTERPROLIVE) en vue de réfléchir sur la poursuite du développement de la filière dans le cadre de la stratégie de génération verte. Le Maroc vise 3,5 millions de tonnes de production annuelle d’olives à l’horizon 2030. Environ deux millions de tonnes ont été produites dans le royaume pour la saison 2021-2022.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Agriculture - Prix - Huile d’olive

Aller plus loin

Maroc : augmentation de la production nationale d’olives malgré la sécheresse

Une forte hausse de la production d’olives a été enregistrée au Maroc durant la campagne agricole 2021-2022. Elle est estimée à près de 2 millions de tonnes, soit une...

Trop chère, les Marocains diminuent leur consommation d’huile d’olive

Le marché de l’huile d’olive subit de plein fouet les conséquences de la sécheresse qui sévit au Maroc et la hausse des prix à l’international. La baisse de la production...

Crise de l’huile d’olive au Maroc : comment faire baisser les prix ?

Le gouvernement marocain a pris des mesures préventives pour limiter l’exportation de l’huile d’olive, ce qui devrait contribuer à freiner la hausse des prix de ce produit très...

Maroc : forte augmentation du prix de l’huile d’olive

Le Maroc figure parmi les pays dont la production d’huile d’olive est durement touchée par la sécheresse. Une situation qui fait grimper les prix mondiaux.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : 3,7 milliards de dirhams de subventions au secteur agricole

Le gouvernement maintient son soutien au secteur agricole. Cette année, 3,7 milliards de dirhams de subventions seront affectés au secteur, pour un investissement global de 7,4 milliards de dirhams.

Le Maroc dans le Top 10 mondial des fournisseurs de fruits surgelés

Le Maroc a quadruplé ses exportations de framboise surgelée vers l’Union européenne (UE) en deux ans, passant de 3 600 tonnes en 2020 à 16 700 tonnes en 2022.

Après les tomates, le Maroc « inonde » l’Europe de poivron

Après la tomate, le poivron. Le Maroc confirme de plus en plus sa place d’exportateur de poivron, notamment vers l’Europe, avec une forte augmentation de 45 % des exportations ces dernières années.

Le prix des lentilles s’envole au Maroc

Le prix des lentilles a considérablement augmenté au Maroc, atteignant 32 dirhams le kilo chez les détaillants, contre 25 dirhams pour les lentilles importées.

Maroc : record d’exportations d’avocat, mais à quel prix ?

Les agriculteurs marocains continuent de produire de l’avocat destiné à l’exportation, malgré le stress hydrique que connaît le royaume. Le volume des exportations de ce produit a déjà atteint 30 000 tonnes.

Maroc : la pastèque sacrifiée pour préserver l’eau ?

Des associations locales de la province d’Al Haouz ont sollicité Rachid Benchikhi, le gouverneur de la province, pour qu’il interdise la culture de pastèques et de melons.

Production de dattes : le Maroc revoit ses ambitions à la hausse

Le Maroc entend mobiliser ses efforts et ses ressources pour doubler sa production de dattes, en atteignant 300 000 tonnes par an, contre 149 000 tonnes en 2021.

Tomate au Maroc : production en chute, prix en hausse

Les producteurs de tomates rondes au Maroc alertent sur une baisse significative de la production et une inflation des prix. Voici leur explication.

Maroc : des stations de dessalement pour sauver l’agriculture

Le ministère marocain de l’Agriculture a adopté le dessalement de l’eau de mer à des fins d’irrigation. Dans cette dynamique, le département de Mohamed Saddiki a prévu la construction de nouvelles stations de dessalement dans certaines zones agricoles.

Tomate : le Maroc dépasse l’Espagne en Europe

Pour la première fois, le Maroc se hisse au rang de premier fournisseur de tomates sur le marché européen, devançant ainsi l’Espagne. Un pur hasard ? non, le Maroc prend peu à peu la place de premier fournisseur pour l’Europe.