Le Maroc envahi par les chiens interdits

21 février 2024 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Alors que la loi relative à « la prévention et la protection des personnes contre les dangers des chiens », interdit la possession, la domestication, l’achat, la vente et l’élevage de chiens classés comme dangereux, nombreux sont les jeunes qui parcourent les rues des villes marocaines accompagnés de pitbulls.

« Cette interdiction stipulée par la loi n’est pas perceptible », fait observer Azzouz Awane, président de l’association « Najwa pour les victimes des chiens dangereux » auprès de Al3omk. Pour étayer ses propos, il fait savoir que des chiens dangereux continuent de parcourir de nombreuses rues du royaume, certains sans muselières ni laisse, menaçant la sécurité des Marocains, notamment sur les plages pendant l’été et qu’ils sont toujours présents en grand nombre dans le royaume, et au marché Qariya à Casablanca. « Il n’y a presque aucun effet de cette loi en ce qui concerne l’interdiction, et son utilisation reste limitée », a affirmé Awane, ajoutant qu’elle pourrait avoir un effet lorsqu’un incident d’attaque de chien sur une personne se produit, et l’affaire sera portée devant les tribunaux. Il dénoncera l’existence d’une sorte d’« indifférence » tant de la part des propriétaires de chiens que des citoyens. Il insiste en outre sur la nécessité de sensibiliser et d’alerter sur les dangers de ces chiens afin que les gens les évitent et s’en protègent.

À lire :Maroc : un homme de 80 ans victime d’une meute de chiens à Zagora

La loi 56-12 avait été votée en août 2013. Selon ce texte, « un chien dangereux est un chien qui présente, par la nature de sa race ou ses caractéristiques morphologiques, une agression jugée dangereuse pour l’homme ». Le vote de ce texte se justifie par une crainte de la montée des cas de morsures de chien. Le Maroc en enregistre 50 000 cas par an. De nombreuses personnes ont été mordues par des chiens dangereux, y compris des pitbulls et des rottweilers. En 2018, le ministre de l’Intérieur et son collègue de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural, de l’Eau et des Forêts avait établi une liste des races de chiens dangereux concernées par cette interdiction. Il s’agit des races de chiens Staffordshire Bull Terrier, American Staffordshire Bull Terrier, connues sous le nom de chiens pitbull, Mastiff, connus sous le nom de chiens Boerboel, et Tosa.

À lire :Le Maroc renforce les sanctions contre les chiens dangereux

La même loi oblige toute personne possédant, détenant ou gardant un chien de plus de 3 mois d’une race non interdite à le déclarer à l’administration compétente, qui crée une base de données permettant d’identifier le chien et son propriétaire. Elle exige également la possession d’un carnet de santé pour le chien contenant des informations l’identifiant, ainsi que son propriétaire ou détenteur ou gardien, en plus de la nécessité de le vacciner contre la rage, de museler et de tenir en laisse le chien, et de ne pas le laisser errer dans les rues publiques, les immeubles résidentiels collectifs et les lieux publics.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Environnement

Aller plus loin

Attaquée par des chiens errants, elle attaque la ville de Casablanca

Une habitante affirmant être victime d’une meute de chiens errants dans la région de Lissasfa a décidé de poursuivre en justice la mairie de Casablanca.

Tanger : tollé après l’abattage de chiens errants

Le « Mouvement des Jeunes Verts » appelle les autorités locales de Tanger à mettre fin à l’abattage des chiens errants dans la ville et à prendre les mesures nécessaires pour...

Le Maroc renforce les sanctions contre les chiens dangereux

Le Maroc veut intensifier et poursuivre les opérations de sécurité visant à lutter contre la domestication des chiens classés féroces. Dans ce sens, la Direction générale de la...

Maroc : un homme de 80 ans victime d’une meute de chiens à Zagora

À Douar Sidi Amrou, dans la commune de Tazarine, province de Zagora, un octogénaire n’a pas survécu à une attaque d’une meute de chiens.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’hydrogène vert pour atteindre l’autosuffisance alimentaire

La production de l’hydrogène vert dans la région de Dakhla et son utilisation pour le dessalement de l’eau de mer, permettront au Maroc d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. C’est ce que révèle une étude menée par des chercheurs marocains.

BMW, Renault et Managem au cœur d’un scandale écologique au Maroc ?

Une enquête dévoile la pollution importante de certains villages marocains où sont déchargés des résidus miniers. BMW, Renault et la Managem, grande entreprise minière marocaine, sont pointés du doigt.

Carrières de sable illégales au Maroc : de hauts responsables pointés du doigt

De hauts responsables figurent parmi les exploitants « clandestins » de carrières de sable qui commercialisent du sable de mauvaise qualité partout au Maroc. D’ailleurs, cette activité échappe à la taxation imposée dans la loi de finances 2023.

Énergie verte : partenariat entre le Maroc et l’UE

Le Maroc et l’Union européenne s’apprêtent à signer une alliance verte, qui permettra de renforcer les efforts du royaume dans la lutte contre le changement climatique.

Le FMI va accorder un important prêt au Maroc

Le Fonds monétaire international (FMI) s’apprête à débloquer, à partir du nouveau fonds fiduciaire pour la résilience et la durabilité, un énorme prêt au Maroc, afin de renforcer la résistance du pays aux catastrophes liées au climat.

Le miel marocain est en péril

Les apiculteurs marocains sont inquiets. Depuis des années, des colonies d’abeilles sont décimées en raison de la sécheresse et des aléas climatiques, ce qui affecte durement la production du miel.

Le Maroc interdit l’importation de véhicules polluants

Le Maroc poursuit ses efforts visant à réduire l’impact de la pollution sur la santé des citoyens et sur l’environnement. Le ministère du Transport et de la logistique et le département de la Transition énergétique et du développement durable ont pris...

Le groupe OCP vise 100 % de couverture en énergie verte

Avec 86 % de couverture en énergie propre, l’Office chérifien des phosphates (OCP) espère couvrir totalement ses besoins d’ici 2028. C’est dans ce cadre que le groupe a lancé en juillet dernier un avis d’appel d’offres pour un projet solaire de 258 MW.

Environnement : l’engagement fort Royal Air Maroc

Royal Air Maroc (RAM) a adhéré au programme d’évaluation environnementale de l’Association Internationale du Transport Aérien (IEnvA), visant à atteindre la durabilité dans tous les domaines des opérations aériennes et au sol.

Maroc : les écologistes s’insurgent contre l’invasion des palmiers américains

Au Maroc, des écologistes appellent à mettre fin à la « plantation anarchique » de palmiers d’origine américaine et à adopter une « politique de reboisement réfléchi dans l’aménagement du territoire ».