Maroc : vers une baisse de l’impôt sur les sociétés

22 octobre 2019 - 23h30 - Economie - Ecrit par : Bladi.net

Dans les mois à venir, une réduction du taux marginal de l’Impôt sur les Sociétés (IS), de 31% à 28%, pour les sociétés industrielles, au titre de leur chiffre d’affaires (CA) local, pourrait être appliquée. C’est ce que suggère le Projet de Loi de finances (PLF) 2020.

Sur le portail du Ministère de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration, une Note relative au Projet de Loi en question a été publiée.

Elle précise notamment que cette réduction ne concerne pas les sociétés industrielles dont le bénéfice net est égal ou supérieur à 100 millions de dirhams (MDH).

Une seconde mesure que propose ce même Projet de Loi est le relèvement de l’IS marginal pour ces sociétés au titre de leur CA à l’export de 17,5% à 20%.

Il s’agit en réalité de deux mesures importantes dont l’application contribuera à promouvoir l’investissement productif et à dynamiser la création d’emplois. Elles permettront également une baisse progressive de la pression fiscale sur ces sociétés., fait observer la même source.

Par ailleurs, ces mêmes mesures seront d’une grande utilité pour les sociétés industrielles marocaines qui pourront renforcer leur compétitivité et mieux faire face à la concurrence.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Compétitivité - Impôts

Aller plus loin

Maroc : une réforme de l’impôt sur le revenu proposée

Le Conseil économique social et environnemental (CESE) plaide pour que l’impôt sur le revenu (IR) soit plus progressif, notamment pour la tranche supérieure.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : la quête d’autosuffisance en dattes face aux défis climatiques

Le Maroc est le septième producteur mondial de dattes, avec un volume de 170 000 tonnes par an. Toutefois, des défis restent à relever pour le développement de la filière et satisfaire la demande nationale.

Netflix, Spotify... Le Maroc serre la vis

Selon la loi de finances 2024, les fournisseurs de services non-résidents au Maroc ont désormais l’obligation de s’enregistrer sur la plateforme dédiée et d’obtenir un identifiant fiscal.

Maroc : le parlement discute de la fiscalité des auto-entrepreneurs

Au Parlement marocain, des groupes de l’opposition ont proposé des amendements concernant le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2024 dont l’un vise à encourager l’engagement dans l’économie organisée et à améliorer l’attractivité du système...

Maroc : les cigarettes vont coûter plus cher

Les prix des paquets de cigarettes connaîtront une hausse dès le 1ᵉʳ janvier au Maroc, conformément aux dispositions relatives au relèvement de la taxe intérieure de consommation (TIC) sur le tabac.

Le Maroc veut faire payer les géants du Web

Le gouvernement marocain est préoccupé par la réglementation fiscale des géants du numérique. Dans ce sens, il propose de nouvelles obligations fiscales dans le cadre du projet de loi de Finances (PLF) de l’exercice 2024.

Maroc : fin des frais « injustifiés » pour les factures en ligne

Le Conseil de la concurrence a lancé un avertissement : des frais de service ajoutés sur les paiements en ligne dans plusieurs secteurs économiques n’ont pas de justification. Ces coûts supplémentaires, selon le Conseil, freinent la digitalisation de...

Maroc : la traque des avoirs cachés commence

L’administration fiscale marocaine va mener une opération de contrôle des avoirs dormant à domicile afin d’assurer une meilleure transparence financière et fiscale.

Impôts : des procédures simplifiées pour les MRE

La simplification des procédures administratives pour les Marocains résidant à l’étranger (MRE) a permis à ces derniers de se mettre à jour vis-à-vis de l’administration fiscale, a déclaré Nadia Fettah, ministre de l’Économie et des finances.

Immobilier au Maroc : l’Etat veut vous obliger à payer les taxes

L’administration des impôts a mis en place une nouvelle mesure pour lutter contre la fraude fiscale dans l’immobilier.

Le Maroc s’attaque aux avoirs non déclarés à l’étranger

Au Maroc, les personnes qui sont en infraction à la réglementation des changes et à la législation fiscale sont visées par une nouvelle opération de régularisation.