Réduction de peine pour une Marocaine qui a tué son mari à Sebta en 2019

26 mai 2022 - 10h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

La justice espagnole a confirmé la décision du tribunal d’Andalousie qui a réduit de 21 à 13 ans la peine de prison de Naima, une femme d’origine marocaine qui a tué son mari en l’étouffant avec un foulard à Sebta, en mars 2019.

La Marocaine de 40 ans, mère de trois enfants, a tué son mari, Abdelmalik, qui était malade, en l’étouffant avec un foulard. Lors du premier procès, le jury a conclu que l’accusée avait agressé par surprise son mari qui n’était pas en mesure de se défendre, et l’a condamnée à une peine de 21 ans de prison pour meurtre avec circonstance aggravante de trahison. Une peine qui a été réduite à 13 ans de prison par la Cour qui n’a pas considéré la circonstance aggravante, fait savoir El Plural.

À lire : Maroc : 30 ans de prison pour une femme qui a tué son mari, l’amant 5 ans

« Il n’existe pas de preuves de la trahison, puisqu’on ne peut pas prouver que la victime a été attaquée par surprise et qu’il était en incapacité de se défendre », a indiqué la Cour dans son arrêt. La seule donnée factuelle pertinente est que l’accusée a profité de la faible condition physique de son mari qui souffrait d’asthme, a soutenu la Cour, soulignant que cette circonstance ne suffit pas pour conclure que la victime ne s’est pas défendue.

Sujets associés : Droits et Justice - Ceuta (Sebta) - Femme marocaine - Violences et agressions

Aller plus loin

Condamnée à mort pour avoir tué son mari, khadija est sortie de prison après une grâce royale (vidéo)

Condamnée à mort en 1995 pour avoir tué son mari, Khadija Amrir a été libérée lundi après 22 ans de prison suite à une grâce accordée par le roi Mohammed VI.

Maroc : 30 ans de prison pour une femme qui a tué son mari, l’amant 5 ans

Une femme accusée d’avoir tué son mari vient d’écoper d’une peine de 30 ans de prison ferme prononcée par la Cour d’appel de Meknès.

Ces articles devraient vous intéresser :

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Maroc : il tue son père pour des cigarettes

Drame dans la commune d’Ait Amira. Un jeune homme a donné un coup de couteau mortel à son père après que ce dernier a refusé de lui donner de l’argent pour acheter un paquet de cigarettes.

Un Britannique poignarde l’amant Marocain de sa compagne qu’il surprend chez lui

Un citoyen britannique de 28 ans a été interpellé par la Guardia Civil, suite à une tentative de meurtre envers un Marocain à Santa Ponsa (Baléares).

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Maroc : Les femmes toujours "piégées" malgré des avancées

Le Maroc fait partie des pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord qui travaillent à mettre fin aux restrictions à la mobilité des femmes, mais certaines pratiques discriminatoires à l’égard des femmes ont encore la peau dure. C’est ce...

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.