Omar Radi auditionné par un juge d’instruction

23 septembre 2020 - 17h30 - Ecrit par : G.A

Le journaliste marocain et militant des droits de l’homme, Omar Radi, placé en détention préventive depuis la fin du mois de juillet, a été interrogé le mardi 22 septembre, pour la première fois par un juge d’instruction. Ceci dans le cadre d’une double affaire de viol et d’espionnage.

Omar Radi avait été arrêté et incarcéré, il y a quelques mois pour «  financements étrangers  », «  atteinte à la sécurité intérieure de l’État  » et «  viol  ». L’audience du mardi passé intervient avant un autre procès prévu jeudi à Casablanca, après une altercation avec des confrères qui lui a valu début juillet une inculpation pour «  ivresse sur la voie publique avec insultes et injures  ». Ces derniers mois, le journaliste de 34 ans a multiplié ses ennuis avec la justice. En début d’année, il avait déjà été condamné à quatre mois de prison avec sursis pour «  outrage à magistrat  » après un tweet critiquant un juge, rapporte France 24 .

Mardi matin, une vingtaine de militants des droits de l’homme et des proches, dont la mère du journaliste, ont tenu un rassemblement de soutien devant le tribunal. Sur des banderoles et pancartes on peut lire «  Libérez Radi et tous les détenus  », «  le journalisme n’est pas un crime  », «  procès douteux  ». Les autorités marocaines assurent que «  le Maroc n’a pas de problème avec la liberté d’expression  ». Mais pour Driss Radi, le père du journaliste, «  le dossier est vide  ». Les raisons des ennuis de son fils sont ailleurs. «  Omar est poursuivi pour ses opinions  », clame-t-il.

Amnesty international a d’ailleurs lancé une campagne de protestation en invitant les soutiens du journaliste à envoyer des lettres au chef du gouvernement. La réaction du Haut Conseil supérieur du pouvoir judiciaire ne s’est pas fait attendre. Elle a énoncé dans un communiqué les «  interférences  » de l’ONG et a appelé les magistrats à «  se référer dans leurs verdicts à la loi et aux principes de justice et d’équité  », indique France 24.

Tags : Casablanca - Manifestation - Driss Radi - Arrestation - Plainte - Omar Radi

Aller plus loin

Affaire Omar Radi : le Maroc réclame des preuves à Amnesty International

Les autorités marocaines ont démenti les allégations d’Amnesty International selon lesquelles elles avaient espionné le journaliste Omar Radi. Elles exigent des...

Affaire Omar Radi : la réponse d’Amnesty International au Maroc

Amnesty International a donné suite à la requête du chef du gouvernement, Saâdeddine El Otmani lui demandant de lui fournir les "preuves matérielles" de ses allégations sur le...

Des manifestants exigent la libération d’Omar Radi

L’arrestation du journaliste Omar Radi pour outrage à magistrat, continue de susciter de vives protestations au Maroc. Plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés à...

Omar Radi restera en prison

La chambre criminelle de la cour d’appel de Casablanca a rejeté une nouvelle fois, la demande de liberté provisoire du journaliste Omar Radi, accusé d’espionnage et de viol et en...

Nous vous recommandons

Maroc : bientôt une centrale photovoltaïque flottante à Sidi Slimane

Le Maroc met en service dans quelques semaines, sa première centrale photovoltaïque flottante à Sidi Slimane. Elle est en cours de réalisation par la société Energy Handle, spécialisée dans le secteur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique...

Maroc : les MRE invités à s’approprier le nouveau modèle de développement

Dans le cadre de la journée nationale des migrants, une communication a été organisée au profit des Marocains du monde au siège de la préfecture des arrondissements de Ben M’Sik à Casablanca.

Le pass vaccinal désormais obligatoire au Maroc

À compter de ce jeudi, le pass vaccinal sera exigé pour accéder aux lieux publics notamment l’administration et les restaurants et pour les voyages à l’intérieur du Maroc comme à l’extérieur.

Maroc : le stock de sécurité de gasoil dans le rouge

Le stock national de sécurité de gasoil ne couvrait que 26 jours de besoins de consommation au 11 avril, soit moins de la moitié de la période requise de 60 jours, a déclaré la ministre de l’Énergie Leila...

Covid-19 : Bruxelles inquiète du taux de positivité au retour du Maroc

Bruxelles exprime de vives inquiétudes quant au taux de positivité au retour du Maroc. 10 % des MRE de retour du royaume la dernière semaine d’août ont été testés positifs au Covid-19, soit le taux le plus élevé de tous les voyageurs qui...

De nouveaux vols pour Air Arabia Maroc

La compagnie aérienne Air Arabia Maroc a procédé, lundi, à l’inauguration de nouveaux vols à partir de Casablanca et de Tanger, vers Séville.

Formule 1 : le Maroc veut accueillir la compétition

63 ans après avoir abrité un Grand Prix de Formule 1, le Maroc a fait la demande pour accueillir la compétition. L’annonce a été faite mercredi par Stefano Domenicali, PDG de Formula One Group.

Le Maroc va-t-il lever les restrictions sanitaires liées au Covid-19 ?

Le Maroc pourrait lever progressivement les mesures de restrictions sanitaires comme l’ont déjà fait certains pays notamment les États-Unis et la France. Dans ce sens, un plan est en cours de finalisation.

France : des pass sanitaires frauduleux pour se rendre au Maroc ?

En France, des certificats de vaccination contre le Covid-19 frauduleux sont vendus en ligne à des voyageurs en partance vers le Maroc, l’Espagne et le Portugal après l’annonce de l’extension du pass sanitaire à un plus grand nombre de lieux à partir de la...

Vote sur l’Ukraine à l’ONU : le Maroc absent, il s’en explique

Contrairement à de nombreux pays qui ont voté contre l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le Maroc a préféré s’absenter. Le ministère des Affaires étrangères s’en explique dans un communiqué.