Rebondissement dans l’affaire de l’escroc de Khénifra

11 octobre 2003 - 11h16 - Maroc - Ecrit par :

L’affaire de l’arnaqueur des fortunes de Khénifra qui a fait couler beaucoup d’encre ces derniers jours, vient de connaître un double rebondissement.

Le premier avec l’une des victimes originaire de la province, homme d’affaires installé actuellement à Casa qui s’est présenté à la Gendarmerie Royale.
Il a présenté un sac plein de faux lingots d’or avec un sceau prétendument daté de 1400 avec un nom bidon pour bien duper la victime.
Le second est la saisie d’une cinquantaine de millions de centimes en fausse monnaie dans l’un des nombreux domiciles du principal accusé dans ce dossier, celui qu’on surnomme désormais à Khénifra “Boulknouz”.
Pendant que ce dernier comparaissait devant le tribunal de première instance de Midelt pour escroquerie et au moment où toute une ville retenait son souffle et attendait avec impatience le verdict de la justice, les services de la gendarmerie ne chômaient pas et poursuivaient leur enquête. Informés de l’existence d’un domicile de Boulknouz jusque-là inconnu, des éléments de la gendarmerie accompagnés des services de police ont opéré une perquisition dans ledit domicile sis au quartier “Oum Rebia”.
Si la maison a été trouvée presque vide, les enquêteurs ne sont pas rentrés bredouilles puisqu’ils ont saisi une caisse contenant la bagatelle de 50 millions de centimes en faux billets de 100 et 200 dirhams.
La propriétaire affirme que le conseiller municipal de la commune de Moha ou Hamou Zayani (l’arnaqueur) est le locataire de cette maison même s’il ne venait que rarement accompagné parfois d’autres personnes.
Selon les premiers éléments de l’enquête autour de laquelle il y a un véritable black-out, laissant libre cours à la rumeur et à l’imagination, l’argent trouvé aurait servi dans les opérations de Boulknouz afin de duper ses victimes.
Pour récupérer le présumé trésor, la victime versait au Djin des millions en monnaie légale tandis que la part de Boulknouz était en fausse monnaie. Plusieurs déclarations des victimes ont confirmé cette thèse.
Pour l’instant, ces faux billets viendront certainement alourdir les charges contre le fameux arnaqueur en ajoutant d’autres chefs d’inculpation à son dossier après une expertise légale des billets saisis. A noter aussi que d’autres victimes se sont présentées pour porter plainte contre le Fkih.
Il n’en reste pas moins vrai que les Khénifris restent sceptiques au sujet du plus grand arnaqueur jamais vu dans l’histoire de la région. L’affaire a pris une nouvelle tournure qui a agité toute une ville et c’est la justice dans ses plus hautes instances qui doit intervenir pour “exorciser” les esprits possédés par le “mythe” de Boulknouz qui pourra être envoyé là où il ne pourra plus nuire.

Kamal Mountassir

Libération, Maroc

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Corruption - Contrefaçon - Khénifra

Ces articles devraient vous intéresser :

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Maroc : l’informel met à genoux les magasins de sport

Dans le secteur du sport en plein essor au Maroc, l’informel gagne du terrain. Les professionnels, mécontents, tirent la sonnette d’alarme.

Maroc : la liste des députés poursuivis pour corruption s’allonge

Trois députés marocains viennent d’être déférés devant la justice pour corruption. Déjà une vingtaine de parlementaires sont poursuivis en justice pour des faits de corruption et dilapidation des deniers publics.

Maroc : des élus communaux corrompus révoqués

Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit part en croisade contre la corruption au sein des collectivités territoriales. Il a instruit les walis et gouverneurs à l’effet de révoquer les présidents de communes qui sont en situation de conflits...

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Corruption au Maroc : les chiffres qui révèlent l’étendue des dégâts

Une étude de l’Instance Nationale de la Probité, de la Prévention et de la Lutte contre la Corruption (INPPLC) dresse un état des lieux préoccupant de la corruption au Maroc.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.