Tétouan : De hauts responsables impliqués dans le trafic de drogue

27 août 2003 - 12h20 - Maroc - Ecrit par :

Le ministre de la Justice, M. Mohamed Bouzoubaâ, a indiqué, hier à Rabat, que l’enquête menée dans le cadre de l’affaire du réseau de trafic de drogue démantelé dernièrement à Tétouan a révélé l’implication de plusieurs hauts responsables appartenant à différents corps de l’Etat.

L’enquête, menée par la police judiciaire sur instructions du Parquet général a montré l’implication de hauts responsables des Forces de l’ordre, de la Gendarmerie Royale, de l’administration des douanes, d’hommes d’affaires, d’un président de commune rurale et de magistrats, a expliqué le ministre lors d’une conférence de presse destinée à informer l’opinion publique des développements de cette affaire.

Le ministre a retracé les péripéties de l’affaire depuis son déclenchement.

Suite au démantèlement de ce réseau, a ajouté le ministre, le procureur général du Roi près la Cour d’appel de Tétouan a décidé de déférer au juge d’instruction le dénommé « Mounir Erramach » et 17 autres accusés exerçant dans la fonction publique. Il s’agit d’un préfet de police, d’un contrôleur général, de deux commissaires principaux, de quatre officiers de police principaux, d’un commissaire, d’un officier de police, de cinq magistrats, d’un adjudent -chef et de deux chefs de gendarmerie, d’un agent technique à l’Administration des douanes et d’un greffier de justice, a dit M. Bouzoubaâ, faisant aussi état de l’implication aussi de trois hommes d’affaires et de cinq intermédiaires dont le président d’une commune rurale. Selon le ministre, ces individus sont poursuivis notamment pour association de malfaiteurs, trafic de drogue dans le cadre d’un réseau international, tentative d’homicide avec préméditation et détention d’armes sans autorisation. Le ministre a retracé les péripéties de cette affaire depuis son déclenchement le 2 août, affirmant que c’est une affaire de règlement de comptes entre trafiquants qui a révélé ces complicités.

Aussitôt informé de l’affaire, le ministère a dépêché sur place une commission d’enquête composée de magistrats qui ont rédigé un rapport préliminaire, lequel s’est avéré suffisamment étayé pour ordonner à la police judiciaire de diligenter l’enquête sur cette affaire, a ajouté M. Bouzoubaâ.

Tous les mis en cause, qui ont été déférés au juge d’instruction près la Cour d’appel de Tétouan et le juge d’instruction de la Cour spéciale de justice ont été interrogés, à titre préliminaire, a indiqué le ministre, affirmant que toutes les garanties juridiques ont été accordées aux prévenus. L’enquête se poursuit pour identifier d’autres personnes impliquées, a-t-il dit.

Le ministre a fait remarquer que c’est la première fois qu’un certain nombre de fonctionnaires de haut rang sont déférés à la Cour spéciale de justice en concrétisation des principes de l’égalité devant la loi et par attachement à la sacralité et à l’honneur de la mission dont ils sont chargés.

D’autre part, le ministre a déploré le fait que l’implication de magistrats ait une telle ampleur, puisque « la moitié des magistrats de la Cour d’appel de Tétouan ait été soit mutée, soit suspendue, soit traduite en justice » dans le cadre de l’enquête. Il a affirmé que la stratégie de lutte contre la corruption s’inspire des Hautes orientations de S.M. le Roi Mohammed VI dans lesquelles le Souverain ne cesse d’insister sur le contrôle rigoureux et la bonne gestion de la chose publique.

A ce propos, le ministère ne ménagera aucun effort pour aller de l’avant dans le processus de mise en application des Hautes instructions Royales, a souligné le ministre. Interrogé sur l’affaire du journaliste d’Al Alam, Houcine Majdoubi, le ministre a indiqué que ce dernier a été relâché lundi après avoir été entendu par le juge d’instruction près la Cour d’appel de Tétouan pour implication dans la corruption et non-dénonciation d’un délit. Selon le ministre, le nom du journaliste a été cité par certains accusés en rapport avec un article de ce dernier qui contient des informations erronées en relation avec cette affaire.

MAP

Sujets associés : Drogues - Mohamed Bouzoubaa - Administration - Corruption - Tétouan - Gendarmerie Royale

Aller plus loin

Laâyoune : plusieurs arrestations pour trafic de drogue

Les éléments du Service préfectoral de la Police judiciaire de Laâyoune viennent de procéder à l’arrestation de quatre individus. Ils auraient des liens avec un réseau criminel...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : voici les salaires dans la fonction publique

Le rapport sur les ressources humaines annexé au projet de Loi de Finances 2024 indique que le salaire mensuel net moyen dans la fonction publique marocaine a augmenté de 18,08 %, passant de 7 250 dirhams en 2013 à 8 561 dirhams en 2023.

Bientôt une centaine de radars mobiles déployés au Maroc

120 nouveaux radars seront bientôt déployés dans plusieurs villes marocaines, pour renforcer la sécurité routière. Ces équipements ont été remis mardi, à la Gendarmerie Royale et à la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) (Police).

Hafid Derradji accuse la CAF de corruption à cause du Maroc

Le commentateur sportif algérien de beIN Sports, Hafid Derradji, affirme que la Confédération africaine de football (CAF) a attribué l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2025 au Maroc et n’hésite pas à accuser l’organisation de...

Plus de 90 000 fonctionnaires marocains payés à ne rien faire

La ministre déléguée auprès du chef du gouvernement chargée de la Transition numérique et de la réforme de l’administration, Ghita Mezzour, n’a pas souhaité ouvrir une enquête sur le scandale des fonctionnaires fantômes, estimés à plus de 90 000 dans...

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume ?

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Corruption au Maroc : Les chiffres alarmants

La lutte contre la corruption ne produit pas de résultats encourageants au Maroc qui est mal logé dans les classements mondiaux depuis quatre ans.

Des nouvelles caméras-piétons pour les gendarmes marocains

La Gendarmerie Royale a reçu dernièrement des nouvelles caméras-piétons. Ces dispositifs doivent protéger les gendarmes lors de leur intervention mais aussi servir de preuve en cas de contestation de l’infraction.

Maroc : conflit au sein des cabinets ministériels

Les membres de cabinets ministériels au Maroc se déchirent sur les prérogatives. À l’origine de ce conflit, le retard observé dans la nomination de nouveaux secrétaires généraux.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.