Le ministre de la justice contre la ripouïsation de la justice marocaine

29 août 2003 - 12h09 - Maroc - Ecrit par :

L’opération "mani pulite" de Mohamed Bouzoubaa

Neuf juges suspendus, dont cinq devraient passer devant la cour spéciale de justice dans les prochaines semaines, tandis que 3 autres ont été mutés. En tout 11 juges, soit la moitié des juges de la cour d’appel de Tétouan, ont directement été sanctionnés pour leur implication dans le vaste réseau mafieux démantelé au début du mois d’août

C’est sur un ton grave que le ministre de la Justice, M. Mohamed Bouzoubaa, qui organisait sa deuxième conférence de presse en moins d’un mois, évoquera la sensibilité de cette affaire qui a révélé "l’implication de plusieurs hauts responsables appartenant à différents corps d’Etat".

La situation est grave, dira-t-il parce qu’il s’agit de hauts responsables de l’administration des forces de l’ordre, de la gendarmerie royale, des douanes, d’hommes d’affaires et d’un président de commune. Dès le 5 août, soit deux jours après le déclenchement de cette affaire, le ministre affirme avoir "dépêché une commission d’inspection à Tétouan composée de grands juges". C’est cette commission qui a élaboré le rapport préliminaire qui s’est "avéré suffisamment étayé pour permettre à la police judiciaire de mener son enquête", a déclaré M.Bouzoubaa.

Résultat de cette opération mani pulite (mains propres) : Mounir Erramach et 17 autres inculpés seront déférés par le procureur du Roi près de la cour d’appel de Tétouan devant le juge d’instruction. Parmi eux un préfet, des commissaires divisionnaires (2), des officiers supérieurs (4), des magistrats (5), des gendarmes (2), un agent technique de l’administration des douanes et un rédacteur judiciaire principal. A l’exception de Mounir Erramach, qui est un trafiquant de drogue notoire, tous les inculpés appartiennent au corps de l’Etat.

A ce sujet le ministre insistera sur deux points importants. D’abord sur la "qualité" des personnes impliquées chargées traditionnellement de la sécurité des citoyens et du bon fonctionnement de l’Etat. Ensuite sur les dispositions et les mesures prises par l’Etat pour contrer la corruption.

En d’autres termes, c’est la "ripouïsation" de la justice qui est ici mise en avant pour justifier la rapidité et le sérieux avec lesquels ce très épineux dossier est traité. "Le Ministère public n’hésitera pas à aller très loin dans l’exécution effective des directives royales", à savoir le contrôle rigoureux et la bonne gestion de la chose publique. Les personnes arrêtées qui sont toutes poursuivies pour association de malfaiteurs, trafic de drogue lié à un réseau international, tentative d’homicide avec préméditation et détention illégale d’armes, pourraient voir leurs rangs grossir dans les semaines à venir. "L’enquête est loin d’être terminée",, a déclaré M.Bouzoubaa qui a tout de même rappelé l’aspect insolite de cette affaire déclenchée suite à un règlement de comptes entre trafiquants. Une simple bagarre entre des membres du grand banditisme national qui s’est transformée en un quart de tour en affaire d’Etat.

Aux procès sur le terrorisme intégriste qui ont commencé le 21 juillet à Casablanca et qui se poursuivent à Rabat, vont s’ajouter ceux de plusieurs uniformes et de robes noires qui seront jugés par une cour spéciale "par attachement aux principes de l’égalité devant la loi et à la sacralité et l’honneur dont ils sont chargés", a expliqué le ministre.

Répondant à Libé sur "la surcharge" possible de la justice marocaine, le ministre a estimé que si la justice allait devoir compter sur neuf magistrats en moins pour faire son travail, l’important était de "mettre fin à l’impunité et de protéger l’Etat de Droit".

Libération (Casablanca)

27 Août 2003
Amina Talhimet

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Corruption - Procès

Ces articles devraient vous intéresser :

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Corruption au Maroc : les chiffres qui révèlent l’étendue des dégâts

Une étude de l’Instance Nationale de la Probité, de la Prévention et de la Lutte contre la Corruption (INPPLC) dresse un état des lieux préoccupant de la corruption au Maroc.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.