Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

20 janvier 2024 - 20h00 - France - Ecrit par : S.A

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour servir des intérêts étrangers, entre 2021 et 2022, sans en référer à sa hiérarchie, Rachid M’barki, ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance », est finalement passé aux aveux lors de sa garde à vue à la brigade de répression de la délinquance économique (BRDE).

« Il m’est arrivé de recevoir des sommes d’argent […] Oui, je reconnais les faits de corruption passive », a confessé Rachid M’barki lors de sa garde à vue à la brigade de répression de la délinquance économique (BRDE). Ces rares confessions font suite aux investigations de la BRDE menées à la suite d’une enquête interne qui a été menée pour savoir s’il « a agi seul, et identifier les dysfonctionnements ayant permis l’arrivée à l’antenne de ces brèves hors de toutes les règles internes habituelles. » En janvier dernier, il était accusé d’avoir utilisé l’antenne pour diffuser des informations erronées ou très orientées pour servir des intérêts étrangers, entre 2021 et 2022, sans en référer à sa hiérarchie, notamment un reportage sur l’organisation d’un forum économique Maroc-Espagne à Dakhla, lors duquel il a employé le terme « Sahara marocain » en lieu et place du terme « Sahara occidental », terme utilisé par les médias français. Les éléments de la BRDE sont ainsi tombés sur un grand nombre de messages compromettants pour l’ex-présentateur de la célèbre émission de faits divers « Faites entrer l’accusé » sur RMC. Il s’agit d’échanges confidentiels entre le lobbyiste Jean-Pierre Duthion, un homme payé pour défendre les intérêts de clients, également mis en examen et le journaliste, exhumés du téléphone du premier par les enquêteurs.

À lire : En larmes, Rachid M’Barki parle d’un « lynchage médiatique »

« Rachid, salut mon frérot, si tu pouvais me dire quand tu peux m’envoyer les scripts parce qu’ils m’ont appelé du bled, juste que je puisse leur dire qu’on puisse voir si on peut faire deux trois rectifs », peut-on lire dans l’une de ces conversations. Il ressort des investigations que Rachid M’Barki a envoyé à au moins neuf reprises les photos des textes de son prompteur en intégralité à sa source en amont de leur diffusion, fait savoir Le Parisien, ajoutant qu’« il aurait effectué des modifications à la demande insistante du lobbyiste ». Pour preuve, un sujet sur la tenue d’un forum économique entre le Maroc et l’Espagne au Sahara. Deux versions du prompteur ont été retrouvées sur le téléphone du lobbyiste, fait-on savoir. Autre message compromettant : un échange portant sur la « possibilité d’un sujet critiquant un blogueur britannique qui irrite les oligarques russes en révélant les yachts dont ils sont propriétaires saisis dans le cadre des sanctions européennes ». « Ils [les clients] veulent se le faire, ce blogueur. Tu peux M’Barkiser ça ou tu penses que c’est trop chaud ? », demande Jean-Pierre Duthion à Rachid M’Barki. « Je regarde mais c’est possible […] Ça va te faire des dettes supplémentaires, mdr », lui répond le journaliste.

À lire :Rachid M’Barki licencié par BFMTV, une plainte déposée

Le lobbyiste a payé les services du journaliste avec des billets de banque lors de rendez-vous à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine). Les enquêteurs ont retrouvé la photocopie du relevé d’identité bancaire d’un compte au Maroc de Rachid M’Barki sur le téléphone de Jean-Pierre Duthion, ainsi que la trace d’un virement de 2 000 euros. « Au départ, j’étais un peu surpris et disons qu’il a été insistant et voilà, j’ai pris », a-t-il confessé. « Pour quelle raison avoir accepté cet argent la première fois ? Est-il normal pour un journaliste de toucher de l’argent de la part d’une source ? », lui a demandé une enquêtrice. « Sans doute par faiblesse, s’est excusé le journaliste en garde à vue. […] C’est une entorse, même un coup de canif à la déontologie du journaliste. » À l’en croire, il aurait encaissé entre six et huit mille euros. Une rémunération occulte jugé dérisoire au regard des risques professionnels et judiciaires encourus. Il aurait été également motivé par la frustration professionnelle. Le journaliste franco-marocain justifie par ailleurs son acte par son sentiment d’avoir été « de plus en plus écarté » au sein de la chaîne d’informations depuis l’arrivée de Marc-Olivier Fogiel à la direction générale.

À lire :Rachid M’Barki : une entreprise de désinformation israëlienne impliquée

Aujourd’hui, Rachid M’barki, ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, poursuit sa carrière de journaliste au sein du groupe Eco Média, au Maroc.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Football - Droits et Justice - Rachid M’Barki

Aller plus loin

Rachid M’Barki : une entreprise de désinformation israëlienne impliquée

Une entreprise de désinformation installée en Israël serait impliquée dans les soupçons d’ingérence concernant le présentateur franco-marocain de BFMTV Rachid M’Barki. C’est ce...

Viré de BFMTV, Rachid M’barki trouve du travail au Maroc

Quelques mois après son licenciement pour faute grave, Rachid M’barki, ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV pose ses valises au Maroc, où il...

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas...

Le journaliste Rachid M’Barki sanctionné par BFMTV

La chaîne d’information en continu, BFMTV, a lancé un audit interne après la diffusion de contenus non vérifiés lors de l’émission « Le journal de la nuit » présenté par le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Mondialito : Walid Regragui voit le Wydad en finale

À quelques jours du démarrage du Mondial des clubs, prévu du 1ᵉʳ au 13 février au Maroc, le sélectionneur national, Walid Regragui, a apporté son soutien au Wydad, club avec lequel il s’est révélé au monde sportif en tant qu’entraineur.

Achraf Hakimi parmi les joueurs les plus rapides de la Ligue des Champions

Le latéral droit marocain du PSG Achraf Hakimi figure dans le top 5 des joueurs les plus rapides de l’UEFA Champions League.

Azzedine Ounahi à Arsenal ?

Azzedine Ounahi, le Lion de l’Atlas de l’Olympique de Marseille serait l’option parfaite pour Arsenal qui souhaite renforcer davantage son milieu de terrain. Il est dans le viseur des Gunners.

Le Maroc à la CAN : jeunesse et expérience au rendez-vous

C’est une équipe avec un mélange de jeunesse et d’expérience que le sélectionneur de l’équipe du Maroc, Walid Reagrgui, a dévoilée, jeudi, lors d’une conférence de presse au Complexe Mohammed VI à Maâmora.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Aston Villa s’intéresse à Yassine Bounou

Après avoir été impressionné par ses performances à la coupe du monde Qatar 2022, Aston Villa manifeste son intérêt pour faire signer le gardien de but marocain Yassine Bounou.

Walid Regragui n’est pas finaliste du trophée « The Best » du meilleur entraîneur

Les trois finalistes du trophée « The Best » du meilleur entraîneur ont été dévoilés par la FIFA. Deux absences de taille : Walid Regragui du Maroc et Didier Deschamps de la France.

Après un Mondial historique, le Maroc confronté à la pression de la CAN

Il y a un peu plus d’un an, lors de la Coupe du Monde au Qatar, le Maroc avait établi un nouveau standard pour le football africain en atteignant la demi-finale. Ayant placé la barre très haut, les Marocains sont attendus au tournant et ils devront...

PSG - Montpellier : les notes d’Achraf Hakimi par la presse

Le Paris Saint-Germain s’est offert une large victoire nette de 3-0 contre Montpellier lors de 11ᵉ journée de Ligue 1. Voyons la prestation du Marocain Achraf Hakimi, selon la presse spécialisée.

Achraf Hakimi s’explique sur sa nationalité sportive

À quelques heures du coup d’envoi du match des huitièmes de finale de la Coupe du monde entre les Lions de l’Atlas et La Roja, la star du PSG Achraf Hakimi explique son choix d’opter pour la nationalité sportive marocaine au lieu de celle de son pays...