Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

23 janvier 2024 - 07h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Le président du ministère public a instruit les procureurs du roi près la Chambre chargée des crimes financiers des tribunaux de Marrakech, Casablanca, Rabat et Fès afin que des enquêtes soient ouvertes sur les affaires impliquant au moins 24 élus des deux Chambres du parlement, rapportent des sources au quotidien Al Akhbar, précisant qu’il s’agit des parlementaires exerçant des fonctions de président de commune ou ayant occupé précédemment le poste.

Les investigations sont menées par la BNPJ, la brigade nationale de la Gendarmerie et les brigades régionales de la police judiciaire, chargées des crimes financiers. Le parquet demande aux procureurs du roi de faire diligence dans le traitement de ces affaires et à finaliser dans les meilleurs délais celles dont les enquêtes sont closes depuis un an.

À lire : Fès : trois présidents de communes devant la justice pour détournement de fonds

Selon les mêmes sources, la lenteur dans le traitement de ces affaires s’explique par le fait que certains parlementaires mis en cause ne répondent pas aux convocations du juge d’instruction ou de la police judiciaire, justifiant leur absence par des certificats médicaux. Pourtant, on les voit assister aux séances du parlement et participer aux rencontres officielles.

En 2023, la Cour des comptes a envoyé 14 rapports sur des affaires de corruption au ministère public, soit plus du double du nombre reçu en 2022. Ces rapports ont été transmis au parquet compétent. Au cours de la même période, le ministère public a également reçu quatre rapports des inspections générales de certains ministères, lesquels ont permis de mener des enquêtes pour délits de corruption et de dilapidation de fonds publics.

Sujets associés : Parlement marocain - Droits et Justice - Corruption

Aller plus loin

« Escobar du désert » : 20 personnes en détention au Maroc, dont des parlementaires

Le Procureur général du Roi près la Cour d’appel de Casablanca vient d’annoncer l’incarcération d’une vingtaine de personnes dans le cadre de la vaste enquête liée à l’affaire...

Vol d’un milliardaire à Agadir : Le tribunal rend son verdict

La cour d’Appel d’Agadir vient de condamner deux anciens parlementaires et un avocat à deux ans de prison, dont un avec sursis, pour leur implication dans le vol du coffre-fort...

Détournement de fonds : lourde peine pour l’ex-président de commune au Maroc

L’ancien président de la commune de Mechraâ Bel Ksiri, dans la province de Sidi Kacem, vient d’être condamné à une peine de deux ans de prison ferme et au versement d’une amende...

Maroc : plusieurs élus jugés pour détournement de fonds publics

Condamnés par la deuxième chambre chargée des crimes financiers, plusieurs élus sont de retour au tribunal. Il s’agit du président de la région de l’Oriental et de celui de la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : le parlement discute de la fiscalité des auto-entrepreneurs

Au Parlement marocain, des groupes de l’opposition ont proposé des amendements concernant le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2024 dont l’un vise à encourager l’engagement dans l’économie organisée et à améliorer l’attractivité du système...

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Port d’armes : le Maroc durcit son arsenal juridique

Le gouvernement fait du contrôle des armes à feu une priorité. Dans ce sens, il a adopté un projet de loi pour répondre aux défis actuels et aux mutations sociales et technologiques. Ce projet est déjà sur la table du Parlement.

Maroc : une centaine de nouveaux trains à acquérir

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a annoncé l’acquisition progressive de 100 nouveaux trains fabriqués localement, et ceci dans les 10 prochaines années.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Des Marocains exploités dans des hôtels associés au Mondial Qatar 2022

Treize des 17 groupes hôteliers associés à la Coupe du monde Qatar 2022 emploient des migrants d’Afrique dont des Marocains et d’Asie, selon une étude.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Maroc : 217 personnes interpellées grâce à la ligne téléphonique anti-corruption

Lancée il y a trois ans, la ligne téléphonique anti-corruption du Ministère public reçoit plus de 100 appels par jour, selon Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’Administration.

Grosse amende pour Maroc Telecom

L’Agence nationale de règlementation des télécommunications (ANRT) a récemment notifié à Maroc Telecom une nouvelle sanction en lien avec l’affaire de dégroupage dans laquelle elle a été condamnée en 2020. Elle va devoir payer 2,45 milliards de...