Corruption : des élus locaux pris la main dans le sac

29 juin 2024 - 13h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, tente d’en finir avec la corruption et la dilapidation de deniers publics. Dans son viseur, une trentaine de présidents de commune et de grand élus dont il a transféré les dossiers devant l’agent judiciaire du royaume.

Abdelouafi Laftit est décidé à mener la vie dure aux élus communaux. Il a déféré les dossiers de 30 présidents de commune et de grands élus soupçonnés de diverses violations devant l’agent judiciaire du royaume et a « menacé de poursuivre les auteurs de dilapidation de l’argent public parmi les présidents de conseil, lesquels ont commencé en toute hâte à planifier pour bénéficier de la “rente” et de la corruption dans les assemblées élues », rapporte Assabah. Informé des agissements de certains présidents de région et d’assemblée élue dans plusieurs villes, le ministre a « juré qu’il ne ménagera personne », rapportent des sources. Dans ce sens, il entend dynamiser le rôle de l’Inspection générale de l’administration territoriale après la nomination d’un inspecteur général, dans le cadre des désignations prévues dans les rangs des grands responsables du ministère, afin que les tribunaux chargés des crimes financiers poursuivent le jugement des présidents de commune malhonnêtes, dont certains seront jugés de façon rétroactive.

À lire :Affaire Mohamed Moubdii : d’autres présidents de communes dans le collimateur

Les présidents d’autres communes pourraient être aussi poursuivis pour dilapidation de deniers publics après la condamnation de plusieurs élus à des peines de prison par les tribunaux administratifs à Rabat, Marrakech, Fès et Casablanca. Il n’est pas exclu que le département de Laftit s’appuie sur des interventions de parlementaires dans la commission du ministère de l’Intérieur et des collectivités territoriales en déférant les dossiers de certains présidents, anciens et actuels, devant les tribunaux de crimes financiers. L’agent judiciaire du royaume a déjà renvoyé devant les tribunaux chargés de crimes financiers une liste de 15 présidents de commune soupçonnés de corruption dans les différentes régions du pays.

À lire :Fès : trois présidents de communes devant la justice pour détournement de fonds

Il n’y a pas eu que la condamnation de présidents de commune. Il y a aussi l’arrestation de directeurs de bureaux d’études et d’entreprises à qui il est reproché de s’être accaparé de tous les marchés avec la bénédiction de personnalités influentes dans la direction générale des collectivités territoriales.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Ministère de l’Intérieur (Maroc) - Abdelouafi Laftit - Droits et Justice - Corruption

Aller plus loin

Accusations graves à Sidi Kacem : un haut responsable interrogé

Visé par une plainte pour formation d’une organisation criminelle, falsification de documents officiels et leur utilisation, détournement de fonds publics et complicité, le...

Affaire Mohamed Moubdii : d’autres présidents de communes dans le collimateur

D’autres têtes pourraient tomber dans l’affaire de l’ancien ministre Mohamed Moubdiî, président de la commune de Fkih Ben Saleh et député du Mouvement populaire (MP),...

Maroc : rappel à l’ordre d’Abdelouafi Laftit aux présidents de communes

Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit a instruit les walis et les gouverneurs à l’effet de rappeler aux présidents des communes la nécessité de se conformer aux...

Maroc : des présidents de communes poursuivis pour crimes financiers

Les dossiers de neuf présidents de communes sur qui pèsent de lourds soupçons de dilapidation de deniers publics et d’abus de confiance, ont été confiés à la justice. Certains...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : 32 villes dotées de 3 500 bus flambant neufs

Le Maroc va mobiliser 10 milliards de dirhams pour l’acquisition d’une flotte de 3 500 bus de transport urbain au profit de 32 villes sur la période 2024-2029, a annoncé lundi Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur.

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Corruption au Maroc : Les chiffres alarmants

La lutte contre la corruption ne produit pas de résultats encourageants au Maroc qui est mal logé dans les classements mondiaux depuis quatre ans.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Les restaurateurs marocains accusés d’empoisonner leurs clients

Les propriétaires des cafés et restaurants ont rejeté les accusations de fraude formulées contre eux par une députée du Rassemblement national des indépendants (RNI). Celle-ci a adressé une question écrite au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit...

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Le Maroc renforce le contrôle des locations Airbnb

En collaboration avec les ministères du Tourisme et de l’Intérieur, les services de contrôle de l’Office des changes mènent un vaste audit des transferts internationaux pour la location de résidences touristiques via la plateforme Airbnb.