Un retraité marocain arrêté par erreur à Barcelone, il est en prison

25 février 2024 - 18h00 - Espagne - Ecrit par : S.A

Alors qu’il descendait de l’avion à l’aéroport de El Prat, en provenance de Nador, un septuagénaire marocain a été arrêté puis incarcéré à la prison de Brians 1, en attendant son extradition vers la France, où il doit purger une peine de 10 ans de prison. Stupéfaite, sa famille affirme qu’il est victime d’une homonymie.

En descendant de l’avion à l’aéroport de El Prat, en provenance de Nador, Mohamed el-Maadioui, 71 ans, était à mille lieues d’imaginer ce qu’il l’attendait. Cet homme qui a travaillé et résidé en Catalogne avec sa famille, pris sa retraite avant de s’installer avec une partie de ses proches au Maroc, a l’habitude de rendre visite à ses enfants et neveux résidant dans la zone de Mataró (Maresme) a été arrêté dimanche 18 février à l’aéroport de El Prat de Llobregat. Alors que ses proches l’attendaient pendant des heures au Terminal 2, ils n’ont vu l’ombre du septuagénaire qui n’a pas de téléphone portable. Inquiets, ils se sont rapprochés du personnel de l’aéroport, mais ils n’ont obtenu la moindre information sur son arrestation. 24 heures après ce qu’ils croyaient être une disparition, les fils et cousins de Mohamed sont allés porter plainte auprès des Mossos d’Esquadra à Mataró. 30 heures plus tard, ils ont reçu un appel des éléments de la force de police autonome de la Catalogne, les informant de l’arrestation et de l’incarcération de Mohamed el-Maadioui. D’après les explications qui leur ont été fournies, le nom du septuagénaire, ses prénoms et sa date de naissance correspondent à ceux d’un criminel recherché en France pour appartenance à un gang criminel, pour trafic d’armes et de drogues. Depuis septembre dernier, le fugitif faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international après avoir été condamné à 10 ans par un tribunal français.

À lire :Un Algérien recherché par la France arrêté à Marrakech

« Je ne pouvais pas imaginer une telle situation, mais le niveau atteint ce point invraisemblable : arrêter une personne au Terminal 2 de Barcelone, la transférer à Madrid, pensant qu’elle est une personne qu’elle n’est pas. Il semble maintenant que nous devons non seulement surveiller nos actions, mais aussi celles des personnes avec qui nous partageons un nom. Injuste. Triste. Horrible », s’indigne Ahmed el-Maadioui dont le père est le cousin de Mohamed auprès du journal espagnol El Periódico. Après son arrestation, l’oncle a été incarcéré à la prison de Brians 1 en attendant son extradition vers la France. Le neveu exprime son inquiétude pour le temps qu’il passera en prison. Il « ne doit rien comprendre, tout à coup, il s’est retrouvé enfermé sans savoir pourquoi, juste pour être la mauvaise personne. C’est irréel et surréaliste », fulmine de colère Ahmed, qui pointe « une erreur très grave » qui ne devrait pas se produire « dans un pays sérieux ». Il regrette que les agents n’aient pas regardé son document d’identité pour le comparer avec les données figurant sur l’ordre d’arrestation.

À lire :Un célèbre rappeur arrêté à l’aéroport de Casablanca

Aranzazu Menéndez Fernández, l’avocate de Mohamed, se bat pour empêcher l’extradition et obtenir la libération de son client, qu’elle et les proches du détenu estiment être victime d’une homonymie. En plus du nom et du prénom, les deux Mohamed partagent la date de naissance, le 1ᵉʳ janvier, ainsi que l’année. Au Maroc, il est courant dans la bureaucratie avant les années 80 de mettre par défaut dans tous les documents d’identité le même jour, le 1ᵉʳ janvier, comme date de naissance, explique-t-on. Seule l’année change. De plus, les el-Maadioui sont originaires du Nord du Maroc. L’avocate entend en outre réclamer des dommages et intérêts pour cette arrestation et pour le temps que Mohamed passera en détention provisoire. Elle assure que son client n’a jamais été en France et qu’il s’agit d’une erreur qui envoie un septuagénaire souffrant d’hypertension en prison.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Espagne - Nador - Extradition - Prison - MRE

Aller plus loin

Un Marocain (71 ans) passe neuf jours en prison à cause d’une erreur judiciaire

Mohamed el-Maadioui a vécu un véritable cauchemar. Après un voyage au Maroc, il a été arrêté à l’aéroport d’El Prat à Barcelone le 18 février dernier, confondu avec un...

Un célèbre rappeur arrêté à l’aéroport de Casablanca

Visé par une plainte pour violences conjugales, un célèbre rappeur a été arrêté à l’aéroport Mohammed V de Casablanca alors qu’il était sur le point de quitter le Maroc.

Un Algérien recherché par la France arrêté à Marrakech

Les agents de la police à l’aéroport, Marrakech-Menara ont interpellé, mercredi, un ressortissant algérien âgé de 39 ans, faisant l’objet d’un mandat d’arrêt international émis...

Un Belgo-marocain en cavale depuis 2014 arrêté en Thaïlande

La Cour d’appel de Bruxelles avait condamné par contumace un DJ Belgo-marocain à 10 ans de prison ferme pour des faits commis en janvier 2014. Cet homme vient d’être arrêté par...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

L’aide au logement connait un succès auprès des MRE

Depuis son ouverture le 2 janvier, le site d’assistance pour l’aide au logement connaît un succès croissant, notamment auprès des Marocains résidant à l’étranger.

Les Marocains résidant à l’étranger boostent l’économie grâce à leurs transferts de fonds

Selon l’Office des changes, les transferts de fonds des Marocains résidant à l’étranger (MRE) ont connu une croissance significative de 16 % en mars 2023, pour atteindre près de 27,11 milliards de dirhams. Ce chiffre représente une hausse de 3,73...

Royal Air Maroc veut renforcer ses vols vers les pays où résident les MRE

La compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM) a décidé de renforcer, cet été, ses vols vers les pays où vivent les Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Les MRE et la détaxe, ce qu’en dit la Douane

De très nombreux Marocains résidant à l’Etranger effectuent des achats quand ils sont en vacances au Maroc. Ces achats peuvent-ils faire l’objet d’une détaxe, c’est-à-dire donner lieu au remboursement, à ces acheteurs, de la Taxe sur la Valeur ajoutée...

Africa Morocco Link (AML) s’offre un nouveau bateau

L’Africa Morocco Link (AML) aurait acquis pour 2,4 millions d’euros le navire marocain « Boraq » appartenant au groupe maritime grec Attica Group, lors de la vente aux enchères qui s’est déroulée le 27 juin au siège de l’Autorité portuaire de la baie...

Les Marocains du monde, au cœur d’une importante réunion à Rabat

Le Premier ministre marocain, Aziz Akhannouch, a présidé la dixième réunion de la Commission ministérielle dédiée aux Marocains résidant à l’étranger (MRE)à Rabat hier, jeudi. Dans le cadre de cette réunion, il a mis en avant l’engagement du...

La CTM rachète Africa Morocco Link

Le groupe d’Othman Benjelloun, O Capital Group, redistribue les cartes dans le secteur du transport maritime marocain. La Compagnie de Transports au Maroc (CTM) s’empare en effet de la participation majoritaire (51 %) d’Africa Morocco Link (AML)...

Match Maroc-France : difficile pour les binationaux de faire un choix

La qualification du Maroc et de la France pour la demi-finale de la coupe du monde au Qatar est une joie pour les Franco-marocains. Certains parmi eux ont encore du mal à réaliser la surprenante ascension de l’équipe marocaine, véritable surprise de...

L’économie marocaine dopée par les MRE

Le dernier rapport de la Banque mondiale sur les migrations et le développement indique que 20 % des transferts d’argent de la région MENA proviennent des Marocains résidant à l’étranger (MRE).