PLF 2021 : le seuil de taxation est de 20 000 dirhams pour les particuliers

15 novembre 2020 - 06h20 - Economie - Ecrit par : G.A

La disposition portant sur la contribution sociale de solidarité a été amendée par les députés qui y ont apporté plusieurs changements. Ainsi, le seuil de l’application de la contribution passe à 20 000 dirhams pour les personnes physiques, bien loin des 10 000 dirhams que prévoyait le gouvernement.

Les modifications ne sont pas allées vers le taux d’imposition qui demeure à 1,5%. Quant à l’imposition des entreprises, elle sera applicable dès 1 million de dirhams de bénéfice net contre 5 MDH proposé par la version initiale du PLF 2021.

En ce qui concerne le taux à payer, un système progressif a été instauré, sur trois tranches. Les députés de la majorité avaient proposé de mettre en place deux taux : 1% pour les salaires situés entre 240 000 dirhams et 420 000 dirhams et 2% pour ceux situés au-delà de 420 000 dirhams.

La commission des finances et du développement économique à la Chambre des représentants avait adopté, dans la nuit du mercredi à jeudi, avec 21 voix pour et 12 contre, la première partie du projet de loi de Finances (PLF) N°65.20 au titre de l’exercice 2021. Il s’agit de 165 propositions d’amendements qui ont été présentées par différentes composantes de la Chambre et 20 autres par le gouvernement.

Tous les regards sont tournés vers la première Chambre qui a pour tâche de voter le projet de loi de finances dans son entièreté. Les autorités rassurent sur le fait que ces séances se tiendront dans le respect des mesures préventives contre le Covid-19.

Sujets associés : Budget - Parlement marocain - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Maroc : impôts, ce qui va changer

Pour le compte du projet de Loi de Finances 2020, des changements sont annoncés sur la TVA à l’importation, la Taxe intérieure de Consommation (TIC) et sur les droits...

Le Maroc augmente fortement le budget de son armée

Le budget 2020 de la Défense nationale du Maroc connaît une hausse de près de 30% par rapport à 2019 (45,4 milliards de dirhams contre 35,1 milliards), afin de faire face à...

Maroc : la croissance repart à la hausse dès 2021

Le rapport préalable au budget prévoit une croissance économique annuelle moyenne se situant à 4,5% entre 2021 et 2023. Cette croissance sera-t-elle suffisante pour effacer les...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : en difficulté, les hôtels subventionnés par l’Etat

L’État va octroyer une nouvelle subvention aux établissements d’hébergement hôtelier qui présentent des « cas exceptionnels », afin de mettre à niveau leurs infrastructures. Les détails de cette opération ont été publiés. Le dépôt des demandes jusqu’au...

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Pourquoi le PJD s’oppose-t-il à l’encradrement des dons ?

Le Parti de la justice et du développement (PJD) n’adhère pas au projet de loi relatif aux appels à la générosité publique et a choisi de s’abstenir lors de son adoption en commission à la première Chambre.

Maroc : le parlement discute de la fiscalité des auto-entrepreneurs

Au Parlement marocain, des groupes de l’opposition ont proposé des amendements concernant le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2024 dont l’un vise à encourager l’engagement dans l’économie organisée et à améliorer l’attractivité du système...

Les banques marocaines ont résisté à la crise sanitaire

Les banques marocaines ont été résilientes pendant la crise sanitaire liée au Covid-19, selon un rapport de la Banque centrale du royaume.

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.

Aziz Akhannouch confiné après avoir contracté le Covid-19

Le Chef du gouvernement,Aziz Akhannouch, a contracté le Covid-19, sous une forme asymptomatique, selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Augmentation de la pension rentraite des Marocains

Les travailleurs du secteur privé pourraient se retrouver avec 100 DH de plus sur leurs pensions de retraite. Le gouvernement étudie sérieusement sa faisabilité actuellement.