Ce que rapporte à la Belgique le trafic de drogue en provenance du Maroc

31 mai 2020 - 11h00 - Belgique - Ecrit par : S.A

Alors que les revenus du trafic de drogue en provenance du Maroc et d’autres pays s’établissent à 30 milliards d’euros par an en Belgique, la justice belge n’a connaissance que de 11,5 millions.

"Selon les estimations les plus optimistes, seuls 10 % des importations seraient interceptées, ce qui porte le chiffre d’affaires annuel total de la cocaïne transitant par la Belgique, à la somme astronomique de 30 milliards d’euros. Même s’il ne s’agit que d’une estimation grossière, ces chiffres sont révélateurs de l’importance des activités de blanchiment liées au trafic de drogue", indique le rapport annuel de la cellule de traitement des informations financières, encore appelée cellule anti blanchiment.

Or, les dossiers transmis à la justice belge par la cellule anti blanchiment, ne fait mention que de 11,51 millions d’euros provenant du narcotrafic et répartis sur 127 dossiers, rapporte L’Écho. Qu’est-ce qui pourrait expliquer cette situation ? Selon la cellule anti blanchiment, l’argent de la drogue peut être dissimulé dans d’autres dossiers, notamment de fraude sociale ou fiscale.

"On a par exemple identifié 151 millions d’euros dans des dossiers de ‘criminalité organisée’. Les sommes détectées provenant du narcotrafic viendraient davantage des petits dealers que du sommet des organisations criminelles", explique-t-on. Ce n’est qu’une raison mineure, car la principale raison réside en ce que ces milliards d’euros sont blanchis par des différents canaux.

Il s’agit des crypto devises et des nouveaux moyens de paiement ; transport de cash ; sociétés-écrans actives dans des secteurs brassant beaucoup de cash ; transferts vers les Émirats Arabes Unis, le Maroc et la Turquie, investis ensuite dans l’immobilier -via de nombreux détours- en Belgique ou à l’étranger ; constructions diverses pour noyer l’argent sale parmi des transactions commerciales ordinaires (internationales) ; jeux de hasard…, est-il précisé.

En conséquence, ces fonds échappent à la vigilance des systèmes de détection anti blanchiment.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Belgique - Drogues - Trafic

Ces articles devraient vous intéresser :

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Boufa, la drogue qui terrifie le Maroc

Le Maroc mène des actions de lutte contre les drogues dont la « Boufa », une nouvelle drogue, « considérée comme l’une des plus dangereuses », qui « envahit certaines zones des villes marocaines, en particulier les quartiers marginaux et défavorisés. »

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.