"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

5 février 2024 - 15h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

La lutte contre la drogue “Boufa” ou « cocaïne des pauvres », nécessite le renforcement des cadres légaux et institutionnels, et l’imposition de sanctions plus sévères contre les trafiquants, en particulier ceux impliqués dans le trafic de cocaïne ou ceux qui sont indirectement responsables de la mort des consommateurs, constituant une première étape importante, révèle un rapport publié par l’Institut d’Études de Sécurité en Afrique. Ce dernier estime que les peines infligées aux distributeurs et grands barons de cette drogue sont plus légères. Les distributeurs écopent des peines de prison allant de six mois à un an seulement, tandis que les grands trafiquants qui peuvent être condamnés pour une durée allant jusqu’à 30 ans, sont généralement condamnés à une peine maximale de 10 ans de prison, précise-t-il.

À lire :Boufa, la drogue qui terrifie le Maroc

Le rapport met également en lumière les opérations de sécurité menées dans la lutte contre la « Boufa », la nouvelle drogue, « considérée comme l’une des plus dangereuses », qui « envahit certaines zones des villes marocaines, en particulier les quartiers populaires et défavorisés. » Entre août et septembre de l’année dernière, 112 trafiquants de drogues de type “Boufa” ont été arrêtés, et environ 1413 kilogrammes de drogues ont été saisis dans une opération coordonnée couvrant différentes villes marocaines. Six réseaux criminels de drogues opérant à travers le pays ont été également démantelés. En juillet 2023, 15 personnes ont été arrêtées à Casablanca. Ils étaient en possession des outils et ingrédients nécessaires à la fabrication de “Boufa”. Au total, 1371 kilogrammes de cocaïne introduits clandestinement dans le pays depuis l’Espagne ont été interceptés en octobre par les forces de sécurité.

À lire :Punaises de lit en France : le Maroc active le système de vigilance sanitaire aux frontières

Malgré les affaires traitées, les arrestations et les saisies, les autorités ont encore un long chemin à parcourir pour éradiquer le problème, note l’Institut d’Études de Sécurité en Afrique.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Drogues - Santé - Criminalité - Violences et agressions

Aller plus loin

Punaises de lit en France : le Maroc active le système de vigilance sanitaire aux frontières

Suite à l’annonce de la propagation des punaises de lit en France, le Ministère de la Santé et de la Protection Sociale a activé le système de vigilance et de surveillance...

Boufa, la drogue qui terrifie le Maroc

Le Maroc mène des actions de lutte contre les drogues dont la « Boufa », une nouvelle drogue, « considérée comme l’une des plus dangereuses », qui « envahit certaines zones des...

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc teste un système de santé intelligent

Le Maroc prévoit d’installer un « système de santé intelligent » dans les centres de santé des régions de Rabat-Salé-Kénitra (16), Fès-Meknès (15), Beni Mellal-Khénifra (11) et Draâ-Tafilalet (11). Cette première phase du projet devrait nécessiter un...

Ramadan et diabète : un mois sacré sous haute surveillance médicale

Le jeûne du Ramadan, pilier de l’islam, implique une abstinence de boire et de manger du lever au coucher du soleil. Si ce rite revêt une importance spirituelle majeure pour les fidèles, il n’en demeure pas moins une période à risque pour les personnes...

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Violences faites aux hommes : les Arabes brisent le silence

Dans les pays arabes, les hommes victimes de violences conjugales commencent à briser le silence. Au Maroc, on dénombre environ 24 000 cas et les chiffres sont sans doute sous-estimés.

Maroc : il tue son père pour des cigarettes

Drame dans la commune d’Ait Amira. Un jeune homme a donné un coup de couteau mortel à son père après que ce dernier a refusé de lui donner de l’argent pour acheter un paquet de cigarettes.

Atteint par le Covid-19, Noussair Mazraoui donne de ses nouvelles

L’international marocain Noussair Mazraoui a reçu le soutien de ses fans qui ont appris qu’il a attrapé le Covid-19 lors de sa participation à la coupe du monde Qatar 2022. À son tour, il leur a exprimé sa gratitude.

Le Maroc ouvre ses portes aux médecins étrangers

Des médecins étrangers pourront bientôt exercer au Maroc. C’est ce que vient de confirmer le ministre de la Santé Khaled Ait Taleb.

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».